Framasoft - Toute l'actualité http://framasoft.org Toute l'activité du réseau Framasoft en un seul flux. en-us Copyright 2007-2016 http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/ Framapad • Re: suppression de paternité : retour en arrière https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39201&p=294438#p294438 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39201&p=294438#p294438 Wed, 01 Jun 2016 01:33:58 CDT JosephK at Framagora On ne peut pas restaurer les couleurs de paternité si on les a enlevé, non.Concernant les problèmes d'import, ça ne fonctionne pas toujours effectivement mais comme le simple copier/coller répond au besoin dans 90% des cas, les développeurs ne semblent pas en faire une priorité.Par ailleurs, l'export au format etherpad et le seul format qui permettent de conserver toutes les données (paternité, historique, tchat) mais vu la manière dont elles sont enregistrées en base de données c'est un format extrêmement lourd ce qui explique probablement les difficultés à traiter l'import proprement ensuite.(Depuis qu'on utilise PostgreSQL l'export fonctionne, mais auparavant sur MongoDB l'export terminait très souvent en timeout. On avait du le désactiver pour éviter que ce soit source de plantage des instances)Donc oui, il est préférable d'importer les pads dans des pads neufs pour éviter les problèmes d'instabilité.Statistiques: Publié par JosephK — Mer 01 Juin, 2016 07:33
Concernant les problèmes d'import, ça ne fonctionne pas toujours effectivement mais comme le simple copier/coller répond au besoin dans 90% des cas, les développeurs ne semblent pas en faire une priorité.

Par ailleurs, l'export au format etherpad et le seul format qui permettent de conserver toutes les données (paternité, historique, tchat) mais vu la manière dont elles sont enregistrées en base de données c'est un format extrêmement lourd ce qui explique probablement les difficultés à traiter l'import proprement ensuite.
(Depuis qu'on utilise PostgreSQL l'export fonctionne, mais auparavant sur MongoDB l'export terminait très souvent en timeout. On avait du le désactiver pour éviter que ce soit source de plantage des instances)

Donc oui, il est préférable d'importer les pads dans des pads neufs pour éviter les problèmes d'instabilité.

Statistiques: Publié par JosephK — Mer 01 Juin, 2016 07:33


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapad • Re: couleur de police non modifiable https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39202&p=294437#p294437 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39202&p=294437#p294437 Wed, 01 Jun 2016 01:17:56 CDT JosephK at Framagora Ça arrive si le formatage a été appliqué à plusieurs endroit de la phrase et qu'il y a des balises en trop dans le code html enregistré en bdd. (Dans le même genre, on a déjà vu aussi un texte alterner de couleur à chaque caractère d'une phrase.)Pour corriger ça, il suffit de couper la phrase, la coller dans un éditeur de texte qui ne conserve pas la mise en forme (= comme sur Libreoffice, c'est la distinction entre "Coller" et "Collage spécial > Texte non formaté").Et recoller la phrase dans le pad en lui attribuant la bonne couleur.Statistiques: Publié par JosephK — Mer 01 Juin, 2016 07:17
Pour corriger ça, il suffit de couper la phrase, la coller dans un éditeur de texte qui ne conserve pas la mise en forme (= comme sur Libreoffice, c'est la distinction entre "Coller" et "Collage spécial > Texte non formaté").
Et recoller la phrase dans le pad en lui attribuant la bonne couleur.

Statistiques: Publié par JosephK — Mer 01 Juin, 2016 07:17


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Améliorons ensemble le réseau Framasoft • Re: Framadrive connexion via client https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39447&p=294436#p294436 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39447&p=294436#p294436 Tue, 31 May 2016 17:06:19 CDT yostral at Framagora As-tu mis les dépôts pour Ubuntu qui correspondent bien à ta version de Mint ? Comme dit ici, tu dois utiliser les dépôts pour Ubuntu 14.04 .Statistiques: Publié par yostral — Mar 31 Mai, 2016 23:06 ici, tu dois utiliser les dépôts pour Ubuntu 14.04 .

Statistiques: Publié par yostral — Mar 31 Mai, 2016 23:06


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Minetest, piochez en toute liberté par S LIAIGRE http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/#comment-45804 http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/#comment-45804 Tue, 31 May 2016 15:16:14 CDT S LIAIGRE at Commentaires pour Framablog Un petit tuto pour compiler minetest sur PI afin de profiter des dernières version avec ses élèves cela serait super cool :) Un petit tuto pour compiler minetest sur PI afin de profiter des dernières version avec ses élèves cela serait super cool 🙂

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Améliorons ensemble le réseau Framasoft • Re: Framadrive connexion via client https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39447&p=294435#p294435 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39447&p=294435#p294435 Tue, 31 May 2016 14:19:02 CDT shikaruko at Framagora Manip faite sans souci mais l'update se fait pas ... et en voulant cleaner l'install trop ancienne et faire l'install de la dernière version (en graphique ou via le terminal)j'ai ceci : https://framapic.org/pCIc5Cege9S8/USzILcrTrXm5.pngStatistiques: Publié par shikaruko — Mar 31 Mai, 2016 20:19 j'ai ceci : https://framapic.org/pCIc5Cege9S8/USzILcrTrXm5.png

Statistiques: Publié par shikaruko — Mar 31 Mai, 2016 20:19


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapad • Re: suppression de paternité : retour en arrière https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39201&p=294434#p294434 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39201&p=294434#p294434 Tue, 31 May 2016 09:46:38 CDT Fil at Framagora Pas de réponse, mauvaise réponse, je suppose donc que la réponse est non et que l'historique ne sert actuellement qu'à recréer de nouveaux documents, mais pas à restaurer d'anciennes versions.Le module https://github.com/ether/etherpad-lite/pull/2329 serait-il une solution installable pour ajouter cette fonctionnalité ?Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:46
Le module https://github.com/ether/etherpad-lite/pull/2329 serait-il une solution installable pour ajouter cette fonctionnalité ?

Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:46


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapad • Re: ajout de 3 espaces lors d'un copier-coller dans un frama https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39100&p=294433#p294433 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39100&p=294433#p294433 Tue, 31 May 2016 09:39:16 CDT Fil at Framagora J'ai refait l'essai, le problème est toujours présent.Dans https://beta.etherpad.org/ le problème ne semble pas exister, il s'agit peut-être d'un problème de version.Quelle version est installée ?Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:39 Dans https://beta.etherpad.org/ le problème ne semble pas exister, il s'agit peut-être d'un problème de version.

Quelle version est installée ?

Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:39


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapad • Re: suivi des modifications/historique https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39206&p=294432#p294432 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39206&p=294432#p294432 Tue, 31 May 2016 09:37:23 CDT Fil at Framagora Pour détailler un peu plus, il s'agirait quand on affiche une version d'un document de 10000 lignes de déplacer l'écran sur la première modif, et de permettre de se déplacer ensuite à la suivante.Pour cela, l'affichage sur l'un des bords d'une barre représentant la longueur du doc, parsemée de points de couleur aux endroits où des modif ont eu lieu faciliterait le repérage.Mais la fonctionnalité essentielle est un bouton permettant de naviguer parmi les modif d'une même version.Je n'ai pas trouvé d'éléments indiquant l'existence d'une telle fonctionnalité, et je ne pense pas que cela relève de l'adaptation par framasoft de etherpad, donc j'ai soumis un ticket : https://github.com/ether/etherpad-lite/issues/2995Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:37 Pour cela, l'affichage sur l'un des bords d'une barre représentant la longueur du doc, parsemée de points de couleur aux endroits où des modif ont eu lieu faciliterait le repérage.
Mais la fonctionnalité essentielle est un bouton permettant de naviguer parmi les modif d'une même version.

Je n'ai pas trouvé d'éléments indiquant l'existence d'une telle fonctionnalité, et je ne pense pas que cela relève de l'adaptation par framasoft de etherpad, donc j'ai soumis un ticket : https://github.com/ether/etherpad-lite/issues/2995

Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:37


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapad • Re: couleur de police non modifiable https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39202&p=294431#p294431 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39202&p=294431#p294431 Tue, 31 May 2016 09:34:54 CDT Fil at Framagora Pour rappel, il s'agit d'un pad temporaire, c-à-d pas créé avec un compte, dont la durée de vie était temporaire.Une ligne entièrement en police rouge refusait de changer de couleur lorsqu'on utilisait le bouton prévu à cet effet. Nous avions fait un essai sous deux machines/systèmes d'exploitation différents.Je n'arrive pas à recréer le souci, mais la façon dont il était apparu était déjà obscur.Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:34 Une ligne entièrement en police rouge refusait de changer de couleur lorsqu'on utilisait le bouton prévu à cet effet. Nous avions fait un essai sous deux machines/systèmes d'exploitation différents.
Je n'arrive pas à recréer le souci, mais la façon dont il était apparu était déjà obscur.

Statistiques: Publié par Fil — Mar 31 Mai, 2016 15:34


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Améliorons ensemble le réseau Framasoft • Re: Framadrive connexion via client https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39447&p=294427#p294427 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39447&p=294427#p294427 Mon, 30 May 2016 16:10:41 CDT shikaruko at Framagora Merci pour ton retour,Étant sur Mint 17.2 (encore relativement récente bien qu'on s'approche de la 18 et que le 17.3 est dispo qu'depuis fin d'année dernière), je pensais pas subir de souci de version datée sur les dépôts 'natifs' bien que j'ai déjà dû en rajouté quelques uns propres au logiciel que je voulais tenir à jour. Une raison de plus de multiplié ses sources de MaJ faut croire Statistiques: Publié par shikaruko — Lun 30 Mai, 2016 22:10
Étant sur Mint 17.2 (encore relativement récente bien qu'on s'approche de la 18 et que le 17.3 est dispo qu'depuis fin d'année dernière), je pensais pas subir de souci de version datée sur les dépôts 'natifs' bien que j'ai déjà dû en rajouté quelques uns propres au logiciel que je voulais tenir à jour. Une raison de plus de multiplié ses sources de MaJ faut croire ;)

Statistiques: Publié par shikaruko — Lun 30 Mai, 2016 22:10


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Les WebApps • Re: PMB : notices qui ne s'affiche plus dans l'OPAC en reche https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39449&p=294426#p294426 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39449&p=294426#p294426 Mon, 30 May 2016 14:38:21 CDT fat115 at Framagora Pong !Déjà répondu par mail : réindexation en premier lieu.Si besoin, on continuera là plutôt que par mail, ça permet à d'autres d'intervenir Statistiques: Publié par fat115 — Lun 30 Mai, 2016 20:38
Déjà répondu par mail : réindexation en premier lieu.
Si besoin, on continuera là plutôt que par mail, ça permet à d'autres d'intervenir ;)

Statistiques: Publié par fat115 — Lun 30 Mai, 2016 20:38


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Tutoriel Framavox https://framatube.org/media/tutoriel-framavox https://framatube.org/media/tutoriel-framavox Mon, 30 May 2016 10:59:55 CDT Latest Media source https://www.youtube.com/watch?v=CoYYNthNxOY http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/ Le site Centre Actu (http://www.centre-actu.fr), petit média indépe... https://framasphere.org/p/1865796 https://framasphere.org/p/1865796 Mon, 30 May 2016 05:50:40 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Le site Centre Actu, petit média indépendant parlant d'informatique et de jeux vidéos, nous a proposé une entrevue vidéo pour parler du #Libre, de #Framasoft, de #GAFAM et de #Degooglisons... Alors [Pouhiou](/u/pouhiou) a passé une petite demi-heure avec eux. https://www.youtube.com/watch?v=SOXAnl7qO8c Oui, la vidéo est sur YouTube, mais ils ont eu la bonne grâce de la placer en #CC-BY ;) ! #free #LogicielLibre #GAFA Le site Centre Actu, petit média indépendant parlant d'informatique et de jeux vidéos, nous a proposé une entrevue vidéo pour parler du #Libre, de #Framasoft, de #GAFAM et de #Degooglisons... Alors [Pouhiou](/u/pouhiou) a passé une petite demi-heure avec eux.

https://www.youtube.com/watch?v=SOXAnl7qO8c

Oui, la vidéo est sur YouTube, mais ils ont eu la bonne grâce de la placer en #CC-BY ;) !

#free #LogicielLibre #GAFA

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Minetest, piochez en toute liberté par Madame Bidouille http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/#comment-45784 http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/#comment-45784 Sun, 29 May 2016 04:20:01 CDT Madame Bidouille at Commentaires pour Framablog Bonjour, En France, Minetest est utilisé par Les Petits Débrouillards (notamment Aquitaine et PACA) dans le but de modéliser des objets qui seront ensuite imprimés en 3D : http://www.lespetitsdebrouillardspaca.org/OPEN-BIDOUILLE-CAMPx84-COURTHEZON.html Bonjour,
En France, Minetest est utilisé par Les Petits Débrouillards (notamment Aquitaine et PACA) dans le but de modéliser des objets qui seront ensuite imprimés en 3D : http://www.lespetitsdebrouillardspaca.org/OPEN-BIDOUILLE-CAMPx84-COURTHEZON.html

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Minetest, piochez en toute liberté par vvillenave http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/#comment-45775 http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/#comment-45775 Sat, 28 May 2016 13:08:24 CDT vvillenave at Commentaires pour Framablog Intéressant. (La partie how-to de cet article n’était peut-être pas indispensable dans le cadre du Framablog ; elle évoque plutôt les notices du vénérable site SPIP :-) Pas un mot sur Voxelands, par contre ? https://translate.google.com/translate?sl=auto&tl=en&js=y&prev=_t&hl=en&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fweb.archive.org%2Fweb%2F20141009224803%2Fhttps%3A%2F%2Fthomas-leister.de%2Fopen-source%2Flinux%2Fmicrosoft-minecraf%2F&edit-text=&act=url Intéressant. (La partie how-to de cet article n’était peut-être pas indispensable dans le cadre du Framablog ; elle évoque plutôt les notices du vénérable site SPIP 🙂

Pas un mot sur Voxelands, par contre ?
https://translate.google.com/translate?sl=auto&tl=en&js=y&prev=_t&hl=en&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fweb.archive.org%2Fweb%2F20141009224803%2Fhttps%3A%2F%2Fthomas-leister.de%2Fopen-source%2Flinux%2Fmicrosoft-minecraf%2F&edit-text=&act=url

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Minetest, piochez en toute liberté (http://framablog.org/2016/05/28... https://framasphere.org/p/1859924 https://framasphere.org/p/1859924 Sat, 28 May 2016 06:00:22 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Minetest, piochez en toute liberté MIcrosoft a acheté Minecraft, le fameux jeu « bac à sable », à son créateur. Et pour une petite fortune ! Forcément, l’ogre de Redmond avait une idée derrière la tête… #framablog #framasoft #Libre #free #jeux #microsoft #minecraft #minestest #mod #planet #planetedu #rezotic #seriousgame #serveur #traduction Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/ Minetest, piochez en toute liberté

MIcrosoft a acheté Minecraft, le fameux jeu « bac à sable », à son créateur. Et pour une petite fortune ! Forcément, l’ogre de Redmond avait une idée derrière la tête…

#framablog #framasoft #Libre #free #jeux #microsoft #minecraft #minestest #mod #planet #planetedu #rezotic #seriousgame #serveur #traduction

Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Minetest, piochez en toute liberté http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/ http://framablog.org/2016/05/28/minetest-piochez-en-lberte/ Sat, 28 May 2016 05:59:53 CDT Framalang at Framablog MIcrosoft a acheté Minecraft, le fameux jeu « bac à sable », à son créateur. Et pour une petite fortune ! Forcément, l’ogre de Redmond avait une idée derrière la tête… Dans ce long article traduit par le groupe Framalang, Paul Brown propose … Lire la suite­­ MIcrosoft a acheté Minecraft, le fameux jeu « bac à sable », à son créateur. Et pour une petite fortune ! Forcément, l’ogre de Redmond avait une idée derrière la tête…

Dans ce long article traduit par le groupe Framalang, Paul Brown propose une alternative pour pouvoir piocher en paix, et utiliser la puissante idée de Markus Persson en toute liberté.

 

Minetest, un serious game pour l’éducation

par Paul Brown

Article original Mining for education

Traduction Framalang : Pouhiou, MagicFab, touriste, audionuma, lamessen, LaPalice, line, Qwerty, Bromind, line, goofy, Frédéric V., Penguin, Isammoc, roptat, Meridel, galadas, Frederic V., Valdo, Roka, Vincent + 14 contributeurs anonymes

Quelle serait votre réaction si tous les menus de la cantine de votre enfant étaient livrés par un seul et unique fournisseur de plats préparés et de boissons sucrées ? Que diriez-vous si le régime alimentaire de votre enfant était limité à des chips, des tortillas goût fromage et des boissons sucrées gazeuses, sans possibilité d’alternative plus saine ?

Étant parent moi-même, je suppose que vous trouveriez épouvantable l’idée que l’école n’offre que de la malbouffe à votre enfant, à tel point que vous seriez prêt à envisager de le changer d’établissement. Mais que faire si c’était la même chose dans tout le pays ?

Ce n’est pas tout, imaginez qu’en plus le fournisseur de malbouffe ait apposé son logo partout : sur les tasses, les assiettes et sur les affiches qui décorent les murs des classes. D’ailleurs, en parlant de salles de classe, quand arrive le moment de l’apprentissage des bases de la nutrition, les chapitres du manuel scolaire s’avèrent rédigés par le service marketing de cette même entreprise qui fournit déjà les repas.

La plupart des parents, je l’espère, trouveraient cela scandaleux. Pourtant, on n’entend pas beaucoup de protestations véhémentes quand il se passe exactement la même chose dans un cours d’informatique et même pendant une session d’apprentissage assisté par ordinateur.

Les élèves n’apprennent pas à se servir d’un traitement de texte, ils apprennent Microsoft Word. Il n’apprennent pas à concevoir des présentations, ils apprennent Microsoft PowerPoint. On leur demande de présenter leurs travaux, que ce soit une rédaction, un diaporama, ou un graphique, dans l’un des formats propriétaires de Microsoft, de les enregistrer sur des clés USB formatées suivant le système de fichiers breveté par Microsoft. C’est ça et rien d’autre.

Voici comment Microsoft souhaite rentrer dans les écoles...

Voici comment Microsoft souhaite rentrer dans les écoles…

Pour une gigantesque entreprise comme Microsoft, c’est tout à fait logique. Non seulement le marché de l’éducation est immense et juteux en soi, mais transformer des élèves en futurs travailleurs, managers et entrepreneurs qui ont appris à la lettre et de façon formelle à dépendre exclusivement de ses produits, voilà une perspective qui doit être irrésistible.

Mais tandis que les produits Microsoft prédominent dans l’enseignement secondaire et universitaire, il manquait encore à l’entreprise la principale part du gâteau de l’éducation. En tant que manipulateur aguerri du marché, Microsoft reconnaît que le lavage de cerveau fonctionne d’autant mieux que vous commencez jeune. Mais jusqu’à ces dernières années, ils n’avaient tout simplement pas le produit pour capter cette tranche d’âge.

Maintenant, si. Maintenant, ils ont Minecraft.

Pour détruire tout espoir que ce logiciel immensément populaire soit un jour publié sous licence libre (comme Markus « Notch » Persson a prétendu jadis qu’il pourrait l’être), Microsoft a déboursé 2,5 milliards de dollars en 2014 pour le jeu de Persson et s’est immédiatement attelé à le rendre encore plus attrayant grâce à la conclusion d’un accord avec Lego qui a fait du jeu la star de sa technologie Hololens, grâce aussi à la réalisation d’un film, en limitant toutefois les fonctionnalités dans le même temps.

Ah bon, vous n’aviez pas entendu parler de ce dernier point ? Je dois vous révéler que dès que vous faites abstraction du nouvel emballage attrayant et du tapage médiatique, vous pouvez enfin voir ce que Microsoft entend faire de Minecraft. En simplifiant le jeu pour l’adapter à sa version mobile, et en ne le faisant plus tourner sous Java, Microsoft peut mieux contrôler sur quelles plateformes il pourra fonctionner (vous savez que Minecraft fonctionne bien sous GNU/Linux parce qu’il est écrit en Java ? C’est la première chose qui sera supprimée), et tuer d’un coup tout l’écosystème de mods non validés par Microsoft.

C’est ainsi que les choses se profilent. Avant que tout ne parte en vrille, la question est de savoir si la communauté du logiciel libre a un plan B. Existe-t-il un logiciel libre susceptible de rivaliser avec Minecraft ?

Une solution ouverte

Cet article serait bien court si la réponse était « non ».

Pour être certain de ne pas me fourvoyer, j’ai passé la majeure partie des quatre dernières semaines à la recherche d’alternatives. N’ayant pas eu beaucoup d’expérience avec les jeux d’origine (Infiniminer et Dwarf Fortress), j’ai appris les rudiments du minage et de l’artisanat (du crafting), puis davantage. J’ai discuté avec des développeurs et des utilisateurs sur leurs canaux IRC – principalement pour demander de l’aide quand j’étais bloqué. J’ai aussi appelé en renfort des joueurs expérimentés de Minecraft (en l’occurrence, mon fils et ses copains) pour tester différentes versions libres et à code source ouvert de ce genre de jeux, afin qu’ils me fassent part de leurs commentaires.

Le verdict est tombé. La réponse est Minetest.

Le soleil se lève sur un lagon de Minetest. toutes les images sont CC-BY-SA Paul Brown / OCSMag

Le soleil se lève sur un lagon de Minetest.
toutes les images sont CC-BY-SA Paul Brown / OCSMag

Je ne vais pas enfoncer des portes ouvertes et vous dire que Minetest est libre tant au sens de « liberté d’expression » qu’au sens d’« entrée libre », c’est-à-dire gratuit. Il ne vous coûtera pas un sou pour être en droit de le télécharger, de le partager et d’y jouer ; vous n’aurez pas à endurer la moindre magouille de la part d’un vendeur ; il est soutenu par une communauté qui veut simplement construire un jeu vraiment amusant et y jouer, par conséquent de nouvelles fonctionnalités ont tendance à s’ajouter au fil du temps, et aucune ne sera supprimée de façon arbitraire. Je ne veux pas répéter ici ce qui est commun à la plupart des projets de logiciels libres… Bon, trop tard, je viens de le faire. Mais outre tout ce qui précède, Minetest est assez impressionnant par lui-même.

Pour commencer, il est écrit en C/C++, ce qui le rend plus léger et plus rapide que Minecraft. Mais surtout, il fonctionne plus ou moins partout (voyez sa page de téléchargements), que ce soit sur les ordinateurs fonctionnant avec FreeBSD, Windows, GNU/Linux (cherchez-le dans vos dépôts logiciels) et MacOS X ; sur les téléphones Android ; et, chose importante pour l’éducation, il fonctionne aussi sur le Raspberry Pi.

Minetest sur le Raspberry Pi

Faire tourner Minestest sur Raspbian pour Raspberry Pi est relativement simple. Commencez par ouvrir un terminal et saisissez :

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

pour être certain que le système est bien à jour. Puis installez Minetest avec :

sudo apt-get install minetest

Vous pouvez aussi installer un serveur, des créatures (« MOBs ») et des mods pour étendre les capacités du jeu original. Recherchez-les avec :

apt-cache search minetest

et choisissez ce dont vous pensez avoir besoin.

Une fois que votre gestionnaire de logiciels en a terminé avec l’installation, Minetest devrait être disponible dans le sous-menu Jeux. Mais vous ne pourrez pas y jouer tout de suite !

Minetest nécessite OpenGL, une collection de bibliothèques 3D libres. Pour activer OpenGL, lancez :

sudo raspi-config

Sélectionnez Options avancées, puis AA GL Driver, Activer et OK. Ceci démarrera le pilote expérimental OpenGL pour votre bureau.

Redémarrez votre Pi. Quand vous serez de retour sur votre bureau, vous pourrez démarrer Minetest normalement.

N.B. : Il se peut que vous ayez besoin de désactiver le pilote OpenGL pour pouvoir jouer à Minecraft.

Ce qui est bien, c’est que mises à part certaines fonctionnalités pour la gestion des écrans tactiles, ça reste le même jeu. Même la version pour Raspberry Pi est exactement identique à la version PC. Cela constitue déjà un bon atout par rapport à Minecraft qui, sur Raspberry Pi, est très limité et ne fournit pas du tout la même expérience que son équivalent sur PC. Je le sais, car à une époque, j’ai écrit à propos de Minecraft sur le Pi, et depuis, les choses n’ont pas changé d’un iota.

Vous pouvez télécharger Minetest pour votre système d’exploitation, ou si vous avez la chance d’utiliser une distribution GNU/Linux, laisser votre gestionnaire de logiciels faire le gros du travail à votre place. Vous pourrez aussi trouver quelques extras dans les dépôts de votre distribution : un serveur Minetest évidemment, et des paquets de mods fournissant des créatures, une météo, etc.

 

Tout est affaire de Mods

C’est l’une des principales différences entre Minecraft et Minetest : dans ce dernier, presque tout est un mod. En fait, si vous lanciez Minetest sans aucun mod, vous vous retrouveriez à vagabonder dans un monde constitué exclusivement de blocs de pierre. Le jeu Minetest standard est principalement un catalogue de mods, de blocs (« nodes » dans le jargon Minetest), de textures et de sons ajoutés au moteur de jeu. Jetez un coup d’œil dans le dossier games/minetest_game situé dans le dossier partagé minetest/ et vous comprendrez ce que je veux dire.

Vous pouvez installer de nouveaux mods en les téléchargeant depuis le wiki du site Minetest. Ensuite, vous les déposez dans le dossier mods/ (créez-le s’il n’existe pas) situé dans votre dossier minetest/. Veuillez noter que sous GNU/Linux, le dossier peut être caché, dans ce cas recherchez .minetest/ dans votre dossier home.

Admettons que vous vouliez une météo, de la pluie, de la neige et des choses du genre, dans votre monde ? Allez dans votre dossier minetest/mods/

cd minetest/mods/

ou bien

cd .minetest/mods/

et téléchargez le mod météo :

git clone https://github.com/Jeija/minetest-mod-weather.git

Le mod est maintenant installé. C’était facile, non ?

Tout ce qu’il vous reste à faire, c’est de l’activer.

Un dépôt de Mods pour Minetest

Si vous exécutez la version 0.4.10 de Minetest, vous avez peut-être remarqué un bouton Online mod repository sous l’onglet Mods du menu.
Lorsque vous cliquez dessus, il ne se passe pas grand-chose. Si vous consultez le fichier debug.txt dans votre répertoire minetest, vous constaterez que le programme essaie de se connecter à une page web des forums Minetest qui n’existe plus. Selon les développeurs, le dépôt de mods, ainsi que l’installation de ceux-ci à partir du jeu lui-même, sont actuellement une expérimentation infructueuse, mise en pause jusqu’à ce qu’ils trouvent quelqu’un pour implémenter un modèle fonctionnel et évolutif.
Dans la version de développement 0.4.13 de Minetest, ce bouton n’existe plus.
Bonne nouvelle pour les utilisateurs de Minetest sous Android néanmoins : il existe une application qui installe les mods de façon transparente sur votre mobile. Elle est disponible sur Google Play et marche très bien.

Démarrez Minetest, et si ce n’est déjà fait, créez un nouveau monde en cliquant sur le bouton Nouveau dans l’onglet Solo. Une nouvelle boîte de dialogue apparaît. Donnez un nom à votre monde et laissez le reste tel quel. Cliquez sur Créer.

Une fois votre monde sélectionné, cliquez sur le bouton Configurer. Cela vous affiche une liste des mods disponibles. Double-cliquez sur weather et il passera du blanc au vert. Cela signifie que ce mod sera activé quand vous lancerez votre monde.

Cliquez sur Jouer et le mod weather ouvrira les canalisations d’eau de temps en temps. Si vous êtes impatient, vous pouvez faire pleuvoir en ouvrant le HUD ([F10]) et en saisissant :

/setweather rain

ou bien

/setweather snow

à l’invite de commande.

Pour l’arrêter, saisissez :/setweather none

Si un message d’erreur apparaît et vous indique que vous n’avez pas les permissions pour démarrer et arrêter la pluie, essayez de vous les octroyer vous-même en saisissant :

/grant [votre nom de joueur] weather

dans le HUD.

Faites tomber la neige avec le mod weather

Faites tomber la neige avec le mod weather

Quasiment toutes les touches de F1 à F12 ont une fonction, chacune peut être consultée sur le site de Minetest, en même temps que les autres paramètres du clavier. Parmi les plus utiles, on trouve :

Touche Fonction 2nd appui
F5 Affiche les coordonnées du joueur Affiche les statistiques du serveur
F7 Modifie la vue caméra Cycle parmi les vues caméra
F9 Ouvre une mini-carte Agrandit le zoom
F10 Ouvre le HUD Ferme le HUD
F12 Prend une capture d’écran

 

En parlant du HUD… De toutes les touches ci-dessus, F10 est peut-être celle qui mérite que l’on s’y attarde. Le HUD, ou Head Up Display (affichage tête haute), vous permet de saisir des messages dans le chat ou des commandes qui vous permettent de faire davantage de choses qu’avec de simples appuis de touches.
En saisissant :

/teleport 500,5,500

par exemple, vous pouvez directement vous rendre aux coordonnées (500, 5, 500) – si vous avez le pouvoir de téléportation, je précise.

/time 9:00

réglera l’heure du jour sur 9 heures du matin.

Utilisez le HUD pour tchater ou taper des commandes

Utilisez le HUD pour tchater ou taper des commandes

/sethome

Cette commande définit un point, par exemple, là où vous avez construit votre refuge, où vous pouvez toujours vous téléporter avec la commande :

/home

…utile si vous êtes perdu ou en danger.

Pour envoyer un message à un autre joueur, vous pouvez utiliser :

/msg [nom du joueur] [message]

La commande :

/msg Paul Bonjour Paul !

envoie « Bonjour Paul ! » au joueur de ce nom. Vous pouvez également envoyer des messages à tous les joueurs ou des messages privés comme décrit ci-dessus en appuyant sur la touche `t` (pour talk, parler en anglais).

Si vous administrez votre propre monde, vous pouvez utiliser le HUD pour envoyer des instructions afin de contrôler les joueurs indisciplinés, ainsi que des commandes spécifiques à certains mods (telles que la commande /setweather que nous avons vue plus haut). Pour obtenir la liste complète des commandes, saisissez :

/help all

 

Jouer au jeu

Créez un fourneau pour transformer les minerais en lingots.

Créez un fourneau pour transformer les minerais en lingots.

Est-ce vraiment différent de jouer à Minetest, en comparaison d’avec Minecraft ? Très peu en fait. La plupart des raccourcis clavier sont exactement les mêmes et, bien sûr, il y a toute la partie fabrication. Vous n’avez pas besoin de session d’apprentissage dans Minetest. Appuyez simplement sur la touche [i] et vous accéderez à tous les emplacements contenant les matériaux et objets que vous transportez avec vous, ainsi qu’une grille de fabrication. Cela dit, vous aurez besoin de construire un fourneau pour fondre le minerai en lingots.

À côté des haches, des pelles et des épées, un autre outil très utile (et spécifique à Minetest) que vous devriez construire est le tournevis. C’est une bonne idée d’en fabriquer un assez tôt dans le jeu, dès que vous avez du bois et du fer. Le tournevis vous permet de changer l’orientation des autres objets. Si vous fabriquez des escaliers, par exemple, et que vous les disposez dans le mauvais sens, placez le tournevis dessus et vous pourrez les faire tourner sur eux-mêmes.

Différents mods ajoutent de nouveaux objets que vous pourrez fabriquer et de nouveaux matériaux bruts ou transformés. Le module Technic, par exemple, ajoute toutes sortes de trucs hi-tech, depuis le fil en cuivre pour les circuits électriques, jusqu’aux forets en diamant. Ce mod est continuellement mis à jour. L’un des plus récents ajouts est le réacteur nucléaire, qui est utile, mais aussi dangereux !

Bien que l’intérêt de Minetest ne réside pas tant dans le combat contre des monstres (et c’est pour ça que les créatures ne sont pas incluses par défaut) que dans la construction, la présence de créatures menaçant votre propriété peut certainement rendre les choses plus amusantes. Mais ce qui est encore plus amusant cependant, c’est de construire et protéger sa propriété avec des amis.

Serveur Minetest

Monter un serveur Minetest pour vos amis, vos collègues ou votre école est facile. Minetest est constitué de deux parties : le client, qui est le programme avec lequel vous interagissez directement, et un serveur, qui génère le monde, gère les joueurs, leur localisation et leur inventaire, et avec lequel vous interagissez indirectement.
Lorsque vous jouez en solo, vous faites tourner un serveur pour vous seul. En fait, si vous voulez inviter des amis dans le monde dans lequel vous jouez, vous pouvez quitter votre partie et revenir au menu, et dans l’onglet « Serveur », cocher l’option « Public ». Si vos amis sont sur le même réseau, il leur suffira de se connecter à votre adresse IP avec leurs propre clients et de commencer à jouer.

Un serveur dédié

Bien que vous puissiez vouloir éviter de faire tourner un serveur Minetest pour votre organisation en arrière-plan sur le poste de travail de quelqu’un, vous n’avez pas besoin d’une machine exclusivement dédiée à Minetest. Minetest est conçu pour être léger et, avec la puissance du matériel moderne et les capacités disque qui de nos jours atteignent le téraoctet, une tour standard suffira.

Héberger un serveur Minetest sur votre serveur de fichiers ou d’impression fera probablement l’affaire, tant que vous faites attention à sa sécurisation (voir ci-dessous).

Même un Raspberry Pi conviendra pour servir de façon réactive une demi-douzaine d’utilisateurs environ. Cependant, s’il y a beaucoup plus de joueurs, des créatures errant ici et là, de nombreuses fabrications et que de vastes explorations ont lieu, vous pourriez trouver que le Pi commence à ramer et vous devrez alors opter pour une configuration plus musclée.

Si vous prévoyez quelque chose de plus ambitieux, peut-être un serveur public ou un serveur pour votre école entière, vous devriez envisager une machine sur laquelle le serveur Minetest pourra tourner sans interface graphique.

Sur Debian GNU/Linux ou sur un système basé sur cette distribution (comme Ubuntu, Mint ou Raspbian), saisir :
su
apt-get install minetest-server

sur Debian, ou bien :
sudo apt-get install minetest-server
pour Ubuntu, Raspbian et Linux Mint pour installer le serveur autonome.

Vous pouvez démarrer le serveur à la main sans être administrateur en saisissant :
minetestserver --info
Le paramètre –info vous informera des problèmes éventuels et affichera aussi des événements, par exemple quand un utilisateur se connecte au serveur pour jouer.

C’est une bonne méthode pour vérifier que tout fonctionne, mais les développeurs de Minetest recommandent, pour des raisons de sécurité, d’utiliser un utilisateur standard n’ayant pas les droits de super-utilisateur (sudo) pour faire tourner le serveur. Stoppez le serveur en appuyant sur les touches [Ctrl]+[c] et créez un utilisateur avec la commande suivante :

su
adduser minetest

si vous utilisez Debian, ou :

sudo su
adduser minetest

si vous utilisez Ubuntu, Mint ou Raspbian.

Définissez le mot de passe pour le nouvel utilisateur. Vous pouvez laisser tous les autres champs vides.

Quittez la session super-utilisateur (exit), connectez-vous en tant qu’utilisateur minetest et déplacez-vous dans son répertoire personnel :

exit
su minetest
[saisissez le mot de passe de minetest]
cd

Lancez à nouveau minetestserver en tant que ce nouvel utilisateur.

Vous pouvez aussi jouer sur les serveurs publics d'autres joueurs.

Vous pouvez aussi jouer sur les serveurs publics d’autres joueurs.

Le serveur Minetest écoute par défaut sur le port 30000 (bien que vous puissiez le changer avec le paramètre –port), donc vous devrez autoriser cet accès au niveau de votre pare-feu et faire suivre vers ce port au niveau de votre routeur si vous lancez le serveur sur votre réseau local et que vous voulez que des joueurs de l’extérieur puissent accéder à votre partie.

Pour installer des mods, copiez-les vers le répertoire /usr/share/games/minetest/games/minetest_game/mods/ et ils seront automatiquement chargés et activés quand le serveur tournera. Pour vérifier que les mods que vous voulez ont bien été chargés, lancez le jeu, ouvrez le HUD ([F10]) et saisissez /mods.

Si vous voulez restreindre l’accès à votre serveur, car vous ne voulez jouer qu’avec vos amis et ne souhaitez pas que des inconnus viennent gâcher la fête, créez un fichier .conf et chargez-le au moment de lancer le serveur.

Un fichier .conf Minetest est un fichier texte avec une série de paires clef = valeur sur chaque ligne. Si vous voulez limiter les utilisateurs à vos seuls amis, vous pouvez par exemple demander à ce que les joueurs utilisent un mot de passe et définir un mot de passe initial que seuls vous et vos amis connaissez. Le fichier .conf devrait ressembler à ça :

name = Mon Minetest
disallow_empty_password = true
default_password = MotDePasseSecret
motd = Si ce n'est pas déjà fait, merci de changer votre mot de passe.

où MotDePasseSecret est le mot de passe que vous communiquez à vos amis.

Cela affichera aussi un message à tous les utilisateurs leur demandant de changer leur mot de passe par défaut. Les utilisateurs peuvent changer leur mot de passe en appuyant sur [Échap] (ou sur le bouton retour sous Android) depuis le jeu et en cliquant sur le bouton Changer le mot de passe.

Changer son mot de passe depuis le menu utilisateur

Changer son mot de passe depuis le menu utilisateur

Démarrez le serveur en saisissant :

mineetestserver --config /chemin/vers/votre/fichier/de/configuration.conf

pour le forcer à charger votre fichier .conf.

Vous trouverez un exemple de fichier de configuration avec beaucoup d’autres options sur le dépôt GitHub de Minetest.

Une fois que tout est opérationnel, vous pouvez octroyer des privilèges à chaque utilisateur comme bon vous semble en éditant le fichier auth.txt que vous trouverez dans le répertoire de votre monde. Chaque ligne ressemble à ça :

Paul:x69lFMHqU/qrUHlRoCpIF34/56M:interact,shout

Vous voyez trois champs séparés par deux points ( :). Vous avez d’abord le nom d’utilisateur, puis une version chiffrée de son mot de passe et enfin une liste séparée par des virgules de ses privilèges. Vous pouvez ajouter des privilèges en complétant la liste :

Paul2:x69lFMHqU/qrUHlRoCpIF34/56M:interact,shout,home

Le privilège « home » permet à un joueur d’utiliser les commandes /sethome et /home que nous avons vues précédemment.

Une autre manière d’accorder des privilèges est d’accorder le privilège « privs » à votre propre joueur. Ensuite, vous pourrez accorder de nouveaux privilèges directement depuis le HUD. La commande :

/grant [player name] home

permet d’accorder le privilège « home » à un joueur. Vous pouvez aussi vous accorder plus de privilèges de cette manière.

Vous pouvez révoquer les privilèges d’un joueur en saisissant :

/revoke [player name] [privilege]

Pour voir les privilèges dont vous disposez :

/privs

dans le HUD, ou bien :

/privs [player name]

pour voir les privilèges qu’un autre joueur possède.

Une fois que vous êtes satisfait de la configuration de votre serveur, vous pourriez souhaiter configurer votre système de façon à démarrer Minetest à chaque fois que vous allumez votre ordinateur. Pour ce faire, vous pouvez créer une tâche cron qui s’exécute au démarrage.

Accédez à votre utilisateur minetest depuis une fenêtre de terminal, et ouvrez l’éditeur crontab avec la commande :

crontab -e

Ajoutez à la fin du fichier une ligne semblable à celle-ci :

@reboot /usr/games/minetestserver --config /chemin/vers/votre/fichier/de/configuration.conf

Vous devez également ajouter toute autre option dont vous auriez besoin, comme le nom du monde que vous voulez charger au démarrage, le port sur lequel vous voulez que votre serveur écoute, etc. Pour voir une liste complète des commandes possibles, saisissez :

minetestserver --help

dans un terminal.

La plupart des distributions GNU/Linux modernes, dont Debian, Ubuntu, Mint et Raspbian, utilisent désormais systemd pour gérer des choses comme les démons et les services. Les versions futures de Minetest tireront profit de ce sous-système, installeront automatiquement les fichiers de configuration et créeront un utilisateur pour les exécuter.

Un outil pédagogique

L’argument majeur en faveur de l’utilisation de Minetest par rapport à une alternative propriétaire est sa modularité. Les débutants apprécieront le fait de pouvoir modifier toutes les caractéristiques de leur personnage et des différents objets à l’intérieur du monde qu’ils ont créé.

Même les formes des personnages peuvent être modifiées en utilisant Blender

Même les formes des personnages peuvent être modifiées en utilisant Blender

Il existe même un mod wardrobe (armoire) que l’administrateur du serveur peut remplir de textures personnalisées afin que les joueurs puissent changer leur apparence en cours de jeu.

La modularité va au delà de la simple esthétique cependant, et les développeurs de Minetest ont créé un framework complet séparé du programme principal, qui permet aux utilisateurs de créer de nouveaux blocs et d’en ajuster le comportement, de concevoir de nouveaux objets à fabriquer, et de construire pratiquement tout ce que vous pouvez imaginer. Vous pouvez également créer des mods qui affecteront le comportement du monde et vous permettre, par exemple, de créer des parties depuis le jeu Minetest lui-même.

Prenez par exemple l’ensemble de mods éducatifs listés sur le wiki de Minetest. Cela va de paquets apportant de simples blocs illustrés de lettres et de nombres, jusqu’à des mods qui rendent Minetest compatible avec l’API Python de Minecraft pour Raspberry Pi.

Voyons un exemple.

Les blocks du mod teaching

Les blocks du mod teaching

Le mod Minetest-teaching (l’apprentissage par Minetest) fournit des outils pour créer des casse-têtes arithmétiques et orthographiques. Si les élèves parviennent à les résoudre, vous pouvez les récompenser avec des objets rares ou des blocs.

Pour commencer à l’utiliser, téléchargez-le vers votre répertoire minetest/mods/ :

https://github.com/pbrown66/minetest-teaching.git

Renommez le répertoire en teaching/, sinon ça ne fonctionnera pas. Démarrez Minetest et activez le mod. Pour créer une énigme, par exemple 2+2=, entrez dans le jeu en utilisant le mode créatif et donnez-vous les privilèges de professeur. Pour cela, ouvrez le HUD ([F10]) et saisissez :

/grant [votre nom] teacher

Appuyez à nouveau sur [F10] pour fermer le HUD.

Pour mettre en place l’énigme, creusez une tranchée de 5 blocs de long. Ouvrez l’inventaire ([i]), choisissez l’onglet Nodes (Blocs) et déplacez-vous jusqu’à ce que vous voyiez les blocs d’apprentissage.

Pour l’énigme ci-dessus, vous aurez besoin de quatre blocs lab, d’un bloc checking, de deux blocs allow-dig, de deux blocs 2, d’un bloc +, d’un bloc =, d’un bloc 5 (une mauvaise réponse) et d’un bloc 4 (la bonne réponse).

Posez les quatre blocs lab dans la tranchée en commençant complètement à gauche. Dans le trou qui reste, posez le bloc checking. Placez les blocs 2, +, 2 et = sur les blocs lab comme indiqué ci-dessous.

En posant les blocs qui constituent l’énigme sur des blocs lab, vous les rendez indestructibles et les élèves ne pourront pas détruire de façon accidentelle ou volontaire l’activité proposée.

des blocs vont sur lab pour l'énigme, un emplacement cheking pour répondre, et des emplacement allow dig pour les blocs de réponses.

des blocs vont sur lab pour l’énigme, un emplacement cheking pour répondre, et des emplacement allow dig pour les blocs de réponses.

Cliquez du bouton droit de la souris sur le bloc checking à droite de la tranchée, et une boîte de dialogue apparaîtra. Utilisez-la pour indiquer au bloc quelle est la bonne réponse et lui faire offrir un nugget de sagesse et un prix. Dans l’exemple suivant, la bonne réponse est évidemment 4. Lorsque l’élève trouve la bonne réponse, le message « Bravo ! Voici un diamant. » s’affichera dans son chat et un diamant apparaîtra au-dessus du bloc de solution.

Pour résoudre l’énigme, les élèves doivent saisir les blocs de solution et placer le bon sur le bloc de vérification. Vous pouvez déposer les blocs de solution n’importe où, mais vous devez les placer sur un bloc allow-dig, sinon il deviennent indestructibles et les élèves ne pourront plus le récupérer. Donc, creusez deux trous là où vous souhaitez laisser les blocs de solution, placez un bloc allow-dig à l’intérieur de chacun d’eux, et placez les blocs 4 et 5 sur chacun des blocs allow-dig.

À présent, vous pouvez lâcher vos élèves en liberté dans votre monde.

Quand un élève place une réponse incorrecte (dans notre exemple, le bloc 5) sur le bloc de vérification, rien ne se passe. Il peut le détruire et réessayer. Mais quand il place la bonne réponse (dans notre cas, le bloc 4), l’énigme offre le prix et se verrouille, empêchant l’élève de frapper et de casser le bloc, et de le remettre sans cesse en place pour obtenir une infinité de diamants.

Et la bonne réponse, récompensée par un diamant.

Et la bonne réponse, récompensée par un diamant.

Seul le joueur possédant les droits de professeur peut réinitialiser l’énigme. Il peut effectuer cela en frappant le bloc de solution, en frappant le bloc situé en dessous du bloc de solution et en replaçant et reprogrammant le bloc de vérification.

Blocs de construction

Toute la magie du modding est obtenue grâce à l’utilisation de Lua, un langage de programmation de haut niveau ressemblant par bien des aspects à Python (le langage utilisé dans l’édition Raspberry Pi de Minecraft). C’est un bon choix, car il est clair (vous n’avez pas à vous soucier de symboles étranges comme en PERL, ou de points virgules en fin de ligne comme en C/C++). Il combine les fonctionnalités des langages orientés objet avancés et des langages fonctionnels, et il est spécialement conçu pour la programmation de jeux vidéo.

Bien que ce ne soit pas l’endroit pour enseigner le Lua (il y a déjà d’excellentes ressources en ligne), et qu’expliquer tous les tenants et aboutissants du modding de Minetest allongerait bien trop ce qui est déjà un article excessivement long, regardons au moins l’anatomie d’un mod de type Hello World pour que vous puissiez avoir une idée de la façon de vous lancer.

Ouvrez un éditeur de texte et copiez-y ce qui suit :

minetest.register_on_joinplayer(function(player)
minetest.chat_send_all("Hello " .. player:get_player_name() .. " !")
end)

Voici votre premier mod.

Pour comprendre la première ligne, songez au fait que dans Minetest, la plupart des choses s’exécutent lorsque le joueur fait quelque chose ou que quelque chose se produit dans le monde. On appelle ces choses des événements. Quand un joueur se connecte à un monde Minetest, un événement joinplayer est envoyé. « register_on_joinplayer » est une méthode intégrée qui demande à l’objet minetest de se mettre à écoute d’un tel événement et d’exécuter une fonction quand cela se produit. La fonction est ce que vous pouvez voir entre parenthèses.

Dans notre cas, la fonction prend l’objet « player » (joueur) associé à l’événement et, à la deuxième ligne, extrait le nom du joueur en utilisant la méthode intégrée « get_player_name() ». Le nom renvoyé est stocké dans une chaîne de caractères (notez que « .. » est ce que Lua utilise pour concaténer des chaînes de caractères) qui est ensuite envoyée à tous les joueurs via la méthode intégrée « chat_send_all ».

Une fois que vous avez fini de copier le code, créez un répertoire nommé hello/ dans minetest/mods/ (ou .minetest/mods/) et sauvegardez votre fichier sous le nom init.lua dans votre nouveau répertoire. Vous pouvez aussi créer un fichier texte dans le répertoire hello/ avec une brève description du module – enregistrez-le sous le nom description.txt et il apparaîtra dans l’onglet Mods du panneau de contrôle de Minetest.

Activez le mod et tous les joueurs seront salués lorsqu’ils se joindront à la partie.

Votre mod apparaîtra dans le panneau de contrôle.

Votre mod apparaîtra dans le panneau de contrôle.

Pour en savoir plus sur la manière d’écrire des mods Minetest, consultez le wiki officiel du site des développeurs et jetez un œil aux méthodes Minetest. Cela vous donnera une idée de ce que vous pouvez faire avec le framework Lua. N’oubliez pas non plus d’étudier la façon dont vous devriez organiser les bricoles à l’intérieur de votre répertoire mod.

Mises en garde

Minetest est assez génial, mais bien entendu, il n’est pas parfait. La complexité des composants logiciels sous-jacents fait que le client comme le serveur peuvent planter de temps en temps… Ou du moins, c’est ce que les développeurs me disent. Il est intéressant de noter qu’au cours des recherches consacrées à cet article, je n’ai fait l’expérience d’aucun plantage, même quand j’utilisais la branche de développement instable.

Voici un problème bien plus réel : si Minetest aspire à être utilisé en tant que logiciel éducatif, ce qui devrait être le cas, il ne doit pas seulement rivaliser avec le poids lourd Minecraft sur ses mérites, mais aussi avec le fait que Minecraft arrive pré-installé dans Raspbian pour le Raspberry Pi et avec son interface Python.

Même si l’API Lua de Minetest est bien plus puissante que le Python de Minecraft, à tel point que ce dernier passe pour un joujou en comparaison, et que Dieu me garde de préconiser l’adoption d’une technologie seulement parce que c’est le standard de fait, il faut bien prendre en compte la résistance naturelle de l’humain au changement. Demander aux professeurs de changer à la fois de jeu et de langage de programmation va être difficile à vendre.

La modularité est un autre aspect à prendre en compte. Je l’ai dit tout à l’heure, c’est l’une des raisons qui font de Minetest un jeu génial, mais elle peut être intimidante pour les nouveaux utilisateurs. Une installation basique de Minetest est un peu spartiate : pas de créatures, pas de survie, pas de nourriture, pas de météo… On excuserait facilement un nouvel utilisateur qui, y jouant pour la première fois, se dirait que Minetest n’est qu’une très pâle copie de Minecraft. Je suggérerais la création d’une « version grand public » de Minetest, qui embarquerait le plus grand nombre possible de fonctionnalités de Minecraft que les joueurs attendent de trouver, et qui par conséquent éviterait de décevoir les nouveaux venus.

Pour terminer, il y a ma bête noire que j’évoque très souvent : la documentation. J’ai souvent dû m’en remettre au canal IRC de Minetest. Les wikis de Minetest, bien qu’ils affichent un nombre d’index impressionnant, contiennent beaucoup trop de sections vides. Les exemples de code, quand ils existent, sont inexpliqués et non commentés. Il n’y a pas de tutoriels « apprendre par la pratique ». Quand vous posez la question, les moddeurs les plus expérimentés (qui sont par ailleurs très patients et serviables) mentionnent tout le temps un fichier texte spécifique qui contient des descriptions courtes et souvent énigmatiques des modules et des attributs. Encore une fois, il n’y a pas d’exemples dans ce document qui aideraient les nouveaux utilisateurs à comprendre les outils offerts par l’API.

Conclusion

Minetest a parcouru un chemin incroyable depuis la dernière fois où nous en avions parlé. Le seul fait qu’il fonctionne sur toutes les plateformes, que ce soit GNU/Linux, Windows, OS X, Android ou Raspberry Pi, le place clairement en tête de la compétition. Il a développé une communauté saine et dynamique, et étant open source et doté d’une API ouverte relativement facile à utiliser, il a bénéficié littéralement de centaines d’extensions et de mods.

En tant qu’outil éducatif/collaboratif à destination des jeunes (et des adultes), il est idéal, même meilleur que Minecraft, en raison de sa nature ouverte et libre et de la puissance du polyvalent framework Lua. C’est logique : Minecraft a été décrit à une époque comme un « Lego social » et est vénéré parce qu’il encourage la collaboration, mais qu’y a-t-il de plus social et de plus collaboratif qu’un logiciel libre ouvert jusqu’à son code source ?

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Silex, le logiciel en ligne pour créer son premier site web par akuma http://framablog.org/2016/05/19/silex-le-logiciel-en-ligne-pour-creer-son-premier-site-web/#comment-45769 http://framablog.org/2016/05/19/silex-le-logiciel-en-ligne-pour-creer-son-premier-site-web/#comment-45769 Fri, 27 May 2016 08:56:19 CDT akuma at Commentaires pour Framablog Ah mince, on ne peut même pas coller du code html dans votre formulaire pour qu'il apparaisse correctement ni corriger son commentaire après coup... Ah mince, on ne peut même pas coller du code html dans votre formulaire pour qu’il apparaisse correctement ni corriger son commentaire après coup…

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Silex, le logiciel en ligne pour créer son premier site web par akuma http://framablog.org/2016/05/19/silex-le-logiciel-en-ligne-pour-creer-son-premier-site-web/#comment-45767 http://framablog.org/2016/05/19/silex-le-logiciel-en-ligne-pour-creer-son-premier-site-web/#comment-45767 Fri, 27 May 2016 08:52:44 CDT akuma at Commentaires pour Framablog Le postulat de départ de cet article est pour moi à côté de la plaque. Je cite : >> Lorsque l’on veut créer sa première page web, on se heurte très vite à la problématique de l’apprentissage du code. << Donc apprendre c'est problématique. Si un noob complet débarque et lit cette première phrase il va penser que l'auteur de l'article sait mieux que lui et par conséquent qu'apprendre un langage aussi simple que le HTML5 est un problème et donc qu'il vaut mieux ne pas essayer. On est quand même sur un site où régulièrement on "milite" pour l'apprentissage du code à l'école. Mais là, non, apprendre à coder une page en HTML5 c'est trop problématique. Mieux vaut renoncer et perdre du temps à apprendre à utiliser une application Web. Donc au final ne rien apprendre. Il n'y a aucune problématique liée à l'apprentissage du code HTML5 ni à coder sa première page. Une page Web de base se résume à ceci : Titre de la page ... <!-- Le reste du contenu entre les balises --> ... A coller dans son éditeur de texte et à enregistrer sous index.html. Cliquer sur le fichier ainsi créé et regarder le résultat dans son navigateur Web. Ensuite, je cite : >>Si l’on n’est pas développeur, on cherchera donc à avoir une solution permettant de créer sa première page via des menus et des clics au sein d’une interface graphique.<>Ces solutions visuelles sont souvent maladroites et limitées, mais voici le logiciel en ligne Silex, qui vous permettra de vous initier au web design mais aussi d’aller jusqu’au code CSS quand vous aurez progressé, grâce à l’éditeur avec visualisation instantanée.<< Limitées comme Silex. Les limitations pour l'utilisateur sont toujours celles codées par les développeurs dans ce type de logiciel. Alors bien sûr si dés qu'un logiciel propose une suite de designs tendances on considère qu'on n'est plus dans la limitation c'est un autre débat. Mais pour ce qui est des limitations à la créativité, n'importe qui voulant créer son site Web à lui et pas un bête clone à base d'éléments et de typos du moment qui seront hasbeen l'année prochaine à tout intérêt à apprendre le HTML5 et le CSS3, seule condition à la non limitation de sa créativité. Il n'est rien de mieux que l'apprentissage de quelque chose parce qu'on en a besoin. Et partir d'une trame de base pour l'enrichir à l'aide tutoriels disponibles partout sur le Web permet de progresser rapidement et de comprendre ce qu'on fait. Que des gens veuillent créer une application Web pour créer une page html en deux clics, pourquoi pas. Bien que je ne vois pas où ces gens ont trouvé qu'il y avait une demande. Il y a 10 ans peut-être et encore. Que Framasoft en fasse un article, c'est très bien, il faut bien remplir le blog. Par contre je ne comprends pas l'argument servant de répulsif à l'apprentissage des langages HTML5 et CSS3 qui sont des langages simples et rapides à apprendre. Le postulat de départ de cet article est pour moi à côté de la plaque.

Je cite :

>> Lorsque l’on veut créer sa première page web, on se heurte très vite à la problématique de l’apprentissage du code. <<

Donc apprendre c'est problématique.

Si un noob complet débarque et lit cette première phrase il va penser que l'auteur de l'article sait mieux que lui et par conséquent qu'apprendre un langage aussi simple que le HTML5 est un problème et donc qu'il vaut mieux ne pas essayer. On est quand même sur un site où régulièrement on "milite" pour l'apprentissage du code à l'école. Mais là, non, apprendre à coder une page en HTML5 c'est trop problématique. Mieux vaut renoncer et perdre du temps à apprendre à utiliser une application Web. Donc au final ne rien apprendre.

Il n'y a aucune problématique liée à l'apprentissage du code HTML5 ni à coder sa première page.

Une page Web de base se résume à ceci :

Titre de la page


<!– Le reste du contenu entre les balises –>

A coller dans son éditeur de texte et à enregistrer sous index.html. Cliquer sur le fichier ainsi créé et regarder le résultat dans son navigateur Web.

Ensuite, je cite :

>>Si l’on n’est pas développeur, on cherchera donc à avoir une solution permettant de créer sa première page via des menus et des clics au sein d’une interface graphique.<>Ces solutions visuelles sont souvent maladroites et limitées, mais voici le logiciel en ligne Silex, qui vous permettra de vous initier au web design mais aussi d’aller jusqu’au code CSS quand vous aurez progressé, grâce à l’éditeur avec visualisation instantanée.<<

Limitées comme Silex. Les limitations pour l'utilisateur sont toujours celles codées par les développeurs dans ce type de logiciel. Alors bien sûr si dés qu'un logiciel propose une suite de designs tendances on considère qu'on n'est plus dans la limitation c'est un autre débat. Mais pour ce qui est des limitations à la créativité, n'importe qui voulant créer son site Web à lui et pas un bête clone à base d'éléments et de typos du moment qui seront hasbeen l'année prochaine à tout intérêt à apprendre le HTML5 et le CSS3, seule condition à la non limitation de sa créativité.

Il n'est rien de mieux que l'apprentissage de quelque chose parce qu'on en a besoin. Et partir d'une trame de base pour l'enrichir à l'aide tutoriels disponibles partout sur le Web permet de progresser rapidement et de comprendre ce qu'on fait.

Que des gens veuillent créer une application Web pour créer une page html en deux clics, pourquoi pas. Bien que je ne vois pas où ces gens ont trouvé qu'il y avait une demande. Il y a 10 ans peut-être et encore.

Que Framasoft en fasse un article, c'est très bien, il faut bien remplir le blog.

Par contre je ne comprends pas l'argument servant de répulsif à l'apprentissage des langages HTML5 et CSS3 qui sont des langages simples et rapides à apprendre.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Logiciel privateur de liberté… jusqu’à la prison ? par Nicolas Floquet http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/#comment-45760 http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/#comment-45760 Thu, 26 May 2016 08:26:18 CDT Nicolas Floquet at Commentaires pour Framablog @bruno-legrand: voici quelques liens pour poursuivre votre réflexion concernant les outils médicaux libres : - http://wiki.librehealthcare.flqt.fr/index.fr.html - https://librehealthcare.org/ - https://freemedforms.com/fr/start - http://medintux.org/ @bruno-legrand: voici quelques liens pour poursuivre votre réflexion concernant les outils médicaux libres :
http://wiki.librehealthcare.flqt.fr/index.fr.html
https://librehealthcare.org/
https://freemedforms.com/fr/start
http://medintux.org/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Logiciel privateur de liberté… jusqu’à la prison ? par Nicolas Floquet http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/#comment-45759 http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/#comment-45759 Thu, 26 May 2016 08:22:16 CDT Nicolas Floquet at Commentaires pour Framablog @Pierre: votre second paragraphe évoque le SaaS, qui pose un problème similaire aux logiciels privateurs. Stallman traite de ce sujet ici : http://www.gnu.org/philosophy/who-does-that-server-really-serve.html. Et la solution à ce problème est l&#039;auto-hébergement : http://wiki.auto-hebergement.fr/. Une excellente introduction à l&#039;auto-hébergement reste la conférence de Benjamin Bayart de 2007 : https://www.fdn.fr/actions/confs/internet-libre-ou-minitel-2-0/ @Pierre: votre second paragraphe évoque le SaaS, qui pose un problème similaire aux logiciels privateurs. Stallman traite de ce sujet ici : http://www.gnu.org/philosophy/who-does-that-server-really-serve.html. Et la solution à ce problème est l’auto-hébergement : http://wiki.auto-hebergement.fr/. Une excellente introduction à l’auto-hébergement reste la conférence de Benjamin Bayart de 2007 : https://www.fdn.fr/actions/confs/internet-libre-ou-minitel-2-0/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Framateam : libérez vos équipes des groupes Facebook (et de Slack) par Damoun http://framablog.org/2016/05/10/framateam-liberez-vos-equipes-des-groupes-facebook-et-de-slack/#comment-45758 http://framablog.org/2016/05/10/framateam-liberez-vos-equipes-des-groupes-facebook-et-de-slack/#comment-45758 Thu, 26 May 2016 07:56:59 CDT Damoun at Commentaires pour Framablog L&#039;application android n&#039;est compatible qu&#039;avec Mattermost 3.0, il faut attendre que Framasoft upgrade leur version. L’application android n’est compatible qu’avec Mattermost 3.0, il faut attendre que Framasoft upgrade leur version.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Emmabuntüs n’est pas une distribution « de pauvres » par bruno-legrand http://framablog.org/2016/05/24/emmabuntus-nest-pas-une-distribution-de-pauvres/#comment-45748 http://framablog.org/2016/05/24/emmabuntus-nest-pas-une-distribution-de-pauvres/#comment-45748 Wed, 25 May 2016 09:53:51 CDT bruno-legrand at Commentaires pour Framablog Petite correction à faire les copains, à cette question : &quot;Fred de Paris : Et alors, elle a évolué comment, la distribution ? Vous dites qu’elle va être basée sur Debian ? Qu’est-ce qui vous a fait changer ?&quot; Le collègue David dit : &quot;Les versions testing sont.....&quot; Le collègue voulait parler des version Stables puisque on indique dans notre lien (http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/index.php/February_15_2016_Emmabuntus_DE_starts_a_new_adventure/fr) donné par Patrick que la bêta était basée sur Debian Stable 8.3, il devait être fatigué. ;) Petite correction à faire les copains, à cette question :
“Fred de Paris : Et alors, elle a évolué comment, la distribution ? Vous dites qu’elle va être basée sur Debian ? Qu’est-ce qui vous a fait changer ?”
Le collègue David dit :
“Les versions testing sont…..”
Le collègue voulait parler des version Stables puisque on indique dans notre lien (http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/index.php/February_15_2016_Emmabuntus_DE_starts_a_new_adventure/fr) donné par Patrick que la bêta était basée sur Debian Stable 8.3, il devait être fatigué. 😉

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Framateam : libérez vos équipes des groupes Facebook (et de Slack) par Legoinc http://framablog.org/2016/05/10/framateam-liberez-vos-equipes-des-groupes-facebook-et-de-slack/#comment-45747 http://framablog.org/2016/05/10/framateam-liberez-vos-equipes-des-groupes-facebook-et-de-slack/#comment-45747 Wed, 25 May 2016 09:30:58 CDT Legoinc at Commentaires pour Framablog Oups dsl je viens de lire un peu les autres commentaires et la question à déjà été posé, et bien je pense qu&#039;il faut être patient, bon courage pour la rédaction du tuto ! Oups dsl je viens de lire un peu les autres commentaires et la question à déjà été posé, et bien je pense qu’il faut être patient, bon courage pour la rédaction du tuto !

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Emmabuntüs n'est pas une distribution « de pauvres » (http://framab... https://framasphere.org/p/1847464 https://framasphere.org/p/1847464 Tue, 24 May 2016 10:30:06 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Emmabuntüs n&#39;est pas une distribution « de pauvres » On les connaît bien, les copains d’Emmabuntüs, on les a déjà cuisinés plusieurs fois, mais on aime bien les titiller, parce qu’ils ont de l’humour. On leur a demandé ce qu’il y avait de neuf du côté de chez eux. #framablog #framasoft #Libre #free #communaute #debian #interview #projet #ubuntu Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/24/emmabuntus-nest-pas-une-distribution-de-pauvres/ Emmabuntüs n'est pas une distribution « de pauvres »

On les connaît bien, les copains d’Emmabuntüs, on les a déjà cuisinés plusieurs fois, mais on aime bien les titiller, parce qu’ils ont de l’humour. On leur a demandé ce qu’il y avait de neuf du côté de chez eux.

#framablog #framasoft #Libre #free #communaute #debian #interview #projet #ubuntu

Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/24/emmabuntus-nest-pas-une-distribution-de-pauvres/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Emmabuntüs n’est pas une distribution « de pauvres » http://framablog.org/2016/05/24/emmabuntus-nest-pas-une-distribution-de-pauvres/ http://framablog.org/2016/05/24/emmabuntus-nest-pas-une-distribution-de-pauvres/ Tue, 24 May 2016 10:22:03 CDT framasoft at Framablog On les connaît bien, les copains d’Emmabuntüs, on les a déjà cuisinés plusieurs fois, mais on aime bien les titiller, parce qu’ils ont de l’humour. On leur a demandé ce qu’il y avait de neuf du côté de chez eux. &#8230; Lire la suite­­ On les connaît bien, les copains d’Emmabuntüs, on les a déjà cuisinés plusieurs fois, mais on aime bien les titiller, parce qu’ils ont de l’humour.
On leur a demandé ce qu’il y avait de neuf du côté de chez eux.

Bon alors vous faites une action pour les pauvres, et vous leur donnez une version pauvre d’Ubuntu ? Vous trouvez qu’ils peuvent se contenter d’une version simplifiée ?

David : Nous ne faisons pas vraiment cela pour les « pauvres », mais pour ceux qui pensent que l’informatique doit être accessible à tous, sans condition de revenus.

Et surtout, nous pensons que donner une seconde chance à un ordinateur est un choix, celui de réduire la quantité de déchets, et que pour faciliter ce choix, le prix est un des critères, c’est pour cela que souvent les ordinateurs proposés le sont à un prix attractif.

Emmabuntüs est une version simplifiée de Ubuntu dans le sens « accessible » ce qui veut dire que des débutants peuvent s’en servir, mais vous pouvez aussi très bien développer un logiciel avec, ou mettre au point un serveur de SMS pour faire du recensement de population. Le système reste une Ubuntu (bientôt une Debian), et en conserve donc toutes les possibilités.

Emmabuntüs n’est donc pas une distribution « de pauvres », mais une distribution « pour tous » 🙂 utilisée à la fois par des personnes dans le besoin et des startups très rentables. C’est ce qui fait sa force : http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/index.php/L_age_de_faire_Mars_2014

Papy du 18 : « des débutants peuvent s’en servir », ça m’intéresse… mais concrètement, comment ça se passe si je veux essayer Emmabuntüs ? Il faut que j’aille chez Emmaüs à Bourges avec mon ordinateur et on me l’installe ? Ou bien il faut que je me débrouille tout seul même si je n’y connais rien, n’ayant pas touché à un ordinateur depuis Windows 95 ? (j’ai arrêté leurs trucs d’Internet à l’époque parce que les stridences du modem me donnaient des acouphènes)

David : Eh bien le plus simple est de trouver une « install party » près de chez toi (terme barbare désignant un regroupement de gentils geeks prêts à aider les gens à installer une distribution sur leur ordinateur). Tu y trouveras toute l’aide pour installer Emmabuntüs sur ton ordinateur et apprendre à l’utiliser. Tu peux aussi demander au « GULL » local (groupe d’utilisateur de Logiciels Libres), qui t’assistera, je crois qu’il y en a un à Bourges. Si tu connais des gens utilisant Linux, ils pourront aussi certainement t’aider car la procédure d’installation est très similaire à celle des autres distributions.

Patrick : Une autre solution consiste à acheter un ordinateur sous Emmabuntüs à petit prix dans les structures qui utilisent notre distribution : http://reemploi.emmabuntus.org. De plus cela participe à relocaliser l’économie, et à la réduction des déchets informatiques par leur réemploi.

Mamie de Paris : Emmabuntüs c’est le mot-valise entre Emmaüs et Ubuntu. La naissance de cette distribution est-elle une commande d’Emmaüs ? Êtes-vous considérés comme « compagnons » ?

David : Emmabuntüs est en fait le fruit du travail d’un bénévole à la communauté Emmaüs de Neuilly-plaisance, Patrick, qui à l’époque reconditionnait des ordinateurs. Afin de faciliter son travail et celui des compagnons travaillant avec lui, il a commencé à créer des scripts avec le logiciel « AutoIt » sous Windows et permettant d’automatiser certaines tâches. Petit à petit Linux et les logiciels libres se sont imposés comme le choix le plus évident par leur grande adaptabilité, la possibilité de les modifier et diffuser librement. Une Ubuntu a donc été modifiée pour donner naissance à Emmabuntüs.

Fred de Paris : En gros, c’est toujours compliqué avec le noyau dur d’Emmaüs ? Je me souviens que votre discours n’était pas super bien accueilli…

David : En fait petit à petit des gens au sein d’Emmaüs commencent à considérer notre travail, qui facilite quand même bien le leur, et donc nous nous faisons notre place au sein de la communauté.

Patrick : Nous avons de plus en plus de communautés Emmaüs qui utilisent notre distribution, et aussi des associations indépendantes du mouvement Emmaüs, et voici une liste des structures recensées qui utilisent Emmabuntüs : http://reemploi.emmabuntus.org.

Mamie de Paris : N’avez-vous pas l’impression de surcharger la distribution en y mettant plusieurs logiciels qui font exactement la même chose ? Plusieurs suites bureautiques, plusieurs lecteurs vidéos….

David : (sourire) La distribution est de plus en plus utilisée dans des structures reculées qui n’ont pas facilement accès à internet, et qui ont à intervenir dans des domaines très variés tels que des écoles, des centres sociaux, mais aussi des EPN et des centres de formation. Elle est même utilisée par certains indépendants et bien sûr par de nombreuses familles. Nous avons donc inclus le plus possibles d’outils en respectant la contrainte des 4Go (taille de la partition FAT pour démarrer sur la clé USB), afin que nos utilisateurs disposent d’une boite à outils qu’ils peuvent ensuite adapter à leur usage.

Libriste mordicus : Vous utilisez une distribution libre fournie avec des logiciels libres installables sans Internet. Pourquoi avez-vous fait le choix d’y ajouter des logiciels privateurs comme Skype ou Ghostery ?

David : Le but de Emmabuntüs est de fournir une distribution pour le reconditionnement et la réduction de la fracture numérique, des logiciels comme Skype sont très utilisés et permettront aux utilisateurs, souvent novices en informatique, de retrouver leurs outils familiers, ils pourront petit à petit basculer vers les logiciels libres en découvrant ceux fournis avec la distribution. En fait c’est un peu comme faire la promotion du libre sur Facebook : il faut aller chercher les utilisateurs là où ils sont [et pan, dans ta frama-face, à force de les chercher…], et souvent par méconnaissance du libre ce sont des réseaux et logiciels propriétaires qui sont utilisés.

Patrick : Concernant le logiciel privateur Ghostery, quand nous l’avons utilisé sur Emmabuntüs 2 nous ne savions pas que celui-ci n’était pas libre, et quand nous l’avons su nous l’avons remplacé par son équivalent libre nommé Disconnect en juin 2014.

Fred de Paris : Mais alors c’est pas 100 % libre ?

David : Pas tout à fait, mais d’une part l’installation de la partie non libre est optionnelle, mais surtout nous faisons la promotion du libre par les documents et logiciels libres livrés avec la distribution en essayant de tendre vers le 100 % libre.

Mamie de Paris : Quels sont vos rapports avec les communautés libristes ? Avec quels GULLs interagissez-vous ?

David : Nous avons évidemment beaucoup de contacts avec les libristes, à la fois membres des projets et blogueurs qui relaient nos articles, voire même souvent écrivent sur nos actions. Nous avons beaucoup échangé avec Ubuntu-fr par notre présence aux premiers samedis et aux Ubuntu Parties.

Patrick : Nous travaillons avec quelques GULL, comme Montpel’libre, les JerryClan France, Côte d’Ivoire, Togo, Cameroun, etc, et surtout de nombreuses associations qui veulent s’inscrire dans une démarche de réemploi des ordinateurs comme PC de l’Espoir, THOT Cis, TriRA, pas uniquement sur la partie distribution GNU/Linux, car notre but premier est l’action humanitaire par le réemploi, et la distribution que nous développons n’est qu’un vecteur pour atteindre ce but.

Libre_En_Fête_2016 à Lannion

Libre_En_Fête_2016 à Lannion

 

Mamie de Paris : Quels sont vos rapports avec les développeurs des logiciels que vous installez ? Respectez-vous les licences et les versions ?

David : Nous en respectons les licences, après, concernant les versions, nous essayons d’inclure les nouveautés quand elles ne posent pas de problème aux utilisateurs car il sera pour beaucoup d’entre eux difficile de s’adapter.
Nous avons des contacts avec les développeurs des logiciels quand ils nous aident ou que nous leurs transmettons les retours de nos utilisateurs, ou bien encore quand nous demandons à inclure certains travaux dans Emmabuntüs, il nous arrive aussi de communiquer avec eux lorsque nous écrivons dans notre blog pour être sûrs d’avoir les bonnes informations concernant leurs actions.

Mamie de Paris : Reversez-vous vos améliorations à la communauté Ubuntu-Fr (ou une autre) comme la licence l’y encourage ?

David : Heuuu, nous pêchons un peu sur ce sujet, en effet nous n’en avons pas le temps. Nous espérons cependant que la promotion faite d’Ubuntu à partir de Emmabuntüs et les contacts que nous avons avec la communauté Ubuntu-fr contribuent à rendre Ubuntu toujours meilleure. 🙂

Patrick : Nous ne participons pas à l’amélioration des communautés du logiciel libre, simplement car nous ne développons pas de code indépendant de notre distribution, qui puisse être intégré dans d’autres distributions. Notre travail pour Emmabuntüs se borne au choix des logiciels utilisés, leur personnalisation, et à des scripts qui permettent l’installation de la distribution et les choix par exemple installer ou pas les logiciels non libres lors de la post-installation.

Notre apport au monde du logiciel libre est de sensibiliser les utilisateurs néophytes à GNU/Linux sur la pertinence d’utiliser des logiciels libres pour prolonger la durée de vie de leur ordinateur, de former des reconditionneurs à la mise en œuvre de distribution GNU/linux pour le réemploi d’ordinateurs. Nous pensons que notre travail est de plus en plus utile et apprécié au regard des associations humanitaires qui utilisent notre distribution (éventuellement complétée des données de culture libre) dans le cadre de leurs beaux projets comme par exemple Ailleurs Solidaires et YovoTogo.

 Photo : Remise d’ordinateurs sous Emmabuntüs par Ailleurs Solidaires à Akashganga Intl Academy en décembre 2015

Photo : Remise d’ordinateurs sous Emmabuntüs par Ailleurs Solidaires à Akashganga Intl Academy en décembre 2015

 

Fred de Paris : Vous êtes potes avec des gens bizarres qui mettent des ordis dans des bidons. Pourquoi ils font ça ? Votre lien est-il toujours aussi fort ?

David : Hahahaha ouiiiiiiiiiii et plus que jamais, en fait quand nous avons rencontré les gens de Jerry DIT, ils ont rapidement adopté Emmabuntüs sur les Jerry, qui sont des ordis reconditionnés dans des bidons. Cette initiative s’est propagée bien au delà de l’Europe, surtout en Afrique où les “Jerry Clans” sont très vite apparus comme les ancêtres des labs que nous connaissons aujourd’hui. Jerry c’est le partage, l’opposition du faire ensemble si cher au logiciel libre à la culture du Do It Yourself malheureusement récupéré par les entreprises. Jerry, main dans la main avec Emmabuntüs, a donné naissance à des cyber Cafés (Jerry Cyber en Côte d’Ivoire), mais aussi à pas mal de salles d’informatique et d’ateliers au Bénin, Togo, Côte d’Ivoire, Gabon…

Le lien reste très fort oui, et nous espérons vraiment qu’il le restera. Même si les deux projets restent indépendants, nous nous soutenons mutuellement parce que nous sommes faits pour avancer ensemble. Un des membres de notre collectif est justement en train de créer Jerry Clan Cameroun avec sa fiancée, mais je ne balancerai pas. 😀

Jerry fonctionnant sous Emmabuntüs qui a permis à l'Ayiyikôh FabLab obtenir le prix de la meilleure application à l'Africa Web Festival 2015 avec l'application Gbame qui donne l'itinéraire des bus à Abidjan

Jerry fonctionnant sous Emmabuntüs qui a permis à l’Ayiyikôh FabLab d’obtenir le prix de la meilleure application à l’Africa Web Festival 2015 avec l’application Gbame qui donne l’itinéraire des bus à Abidjan

 

Fred de Paris : Et alors, elle a évolué comment, la distribution ? Vous dites qu’elle va être basée sur Debian ? Qu’est-ce qui vous a fait changer ?

David : Debian nous permettra une plus grande souplesse, et surtout une plus grande stabilité dans la base utilisée pour construire la distribution. Les versions testing sont maintenues très longtemps, sont stables et éprouvées. Nous garderons les dépôts Ubuntu pour les logiciels qui nécessitent une version récente. Debian est aussi de base plus légère et les versions 32 bits sont toujours maintenues. Cela nous permet de continuer à assurer aux reconditionneurs la continuité de Emmabuntüs en 32 bits pour les vieux ordis.

Patrick : Effectivement nous venons de sortir la version Beta de l’Emmabuntüs DE (Debian Edition) en février 2016, grâce à l’aide précieuse de membres d’autres communautés comme : Arpinux et Thuban de la distribution HandyLinux, Mamahadou et Moussa de l’Ayiyikôh Incubator, François de Multisystem, Nicolas de Montpel’libre et les blogueurs Frédéric Bezies et Rodolphe. Nous comptons sortir la version 1.00 pour fin mai début juin de cette année.

Fred de Paris : Vous mettriez pas Tonton Roger comme moteur de recherche par défaut ? Ça vous rapporterait pas un rond, je vous préviens. Ce serait pour l’élégance du geste…

David : Tu parles de Framabee ? [nan, je parle de Tonton Roger, on lui a donné un nom rigolo, faut que ça serve] Je pense que nous le pouvons oui, il est vraiment très agréable à utiliser.

Patrick : Nous sommes toujours partant pour intégrer des applications innovantes et libres des amis du monde Libre, par contre nous avons une nouvelle contrainte liée à notre diffusion internationale (la France ne représentant plus que 25 % de nos téléchargements) qui nous oblige pour les moteurs de recherche d’être en plusieurs langues. Après avoir abandonné G…. au profit de StartPage nous l’avons remplacé par Qwant car des utilisateurs anglophones nous ont informé qu’ils n’arrivent pas à basculer facilement la langue par défaut du moteur. Par contre nous garderons toujours sur notre fond d’écran cette phrase en français que nous devons à nos amis de Framasoft : « Un jour, le monde sera libre ! », et sans qui Emmabuntüs n’aurait jamais existé.

Merci beaucoup de nous avoir aidé dans cette belle aventure, et grâce à vous nous venons de fêter les 5 ans de notre collectif. Nous allons poursuivre celle-ci grâce au soutien de nos amis de Montpel’libre, YovoTogo, Ailleurs Solidaires, PC de l’Espoir, THOT Cis, TriRA, les JerryClan France, Côte d’Ivoire, Togo,  Ayiyikôh FabLab, BloLab, Je suis Jerry et bien sûr le DouaLab  😉

Salle informatique du village de Nayéga

Photo : Salle informatique du village de Nayéga, région des Savanes au nord Togo équipée par YOVOTOGO et JUMP Lab’Orione

 

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Si vous l'aviez loupée, l'ami Pouhiou a donné une interview auprès ... https://framasphere.org/p/1843360 https://framasphere.org/p/1843360 Mon, 23 May 2016 07:03:31 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Si vous l&#39;aviez loupée, l&#39;ami [Pouhiou](/u/pouhiou) a donné une interview auprès de Alpinux en parlant (beaucoup, car c&#39;est un grand bavard) de droits d&#39;auteur, de Framasoft, de Dégooglisons et de GAFAM, de souveraineté numérique... Bref, le podcast est là : http://alpinux.tuxfamily.org/podcast/04-souverainete-des-donnees-avec-framasoft-interview/ #libre #GAFAM #GAFA #Degooglisons #Podcast #Audio #Framasoft Si vous l'aviez loupée, l'ami [Pouhiou](/u/pouhiou) a donné une interview auprès de Alpinux en parlant (beaucoup, car c'est un grand bavard) de droits d'auteur, de Framasoft, de Dégooglisons et de GAFAM, de souveraineté numérique...

Bref, le podcast est là : http://alpinux.tuxfamily.org/podcast/04-souverainete-des-donnees-avec-framasoft-interview/

#libre #GAFAM #GAFA #Degooglisons #Podcast #Audio #Framasoft

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Tutoriel Framapad https://framatube.org/media/tutoriel-framapad https://framatube.org/media/tutoriel-framapad Fri, 20 May 2016 03:00:47 CDT Latest Media Tutoriel vidéo réalisé par Frédéric Véron, professeur de SVT dans l’Académie de Créteil. http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/ Silex, le logiciel en ligne pour créer son premier site web (http:/... https://framasphere.org/p/1831540 https://framasphere.org/p/1831540 Thu, 19 May 2016 05:17:16 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Silex, le logiciel en ligne pour créer son premier site web Lorsque l&#39;on veut créer sa première page web, on se heurte très vite à la problématique de l&#39;apprentissage du code. #framablog #framasoft #Libre #free #association #code #crowdfunding #html #silexlabs #site #web #webdesign Silex, le logiciel en ligne pour créer son premier site web

Lorsque l'on veut créer sa première page web, on se heurte très vite à la problématique de l'apprentissage du code.

#framablog #framasoft #Libre #free #association #code #crowdfunding #html #silexlabs #site #web #webdesign

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Silex, le logiciel en ligne pour créer son premier site web http://framablog.org/2016/05/19/silex-le-logiciel-en-ligne-pour-creer-son-premier-site-web/ http://framablog.org/2016/05/19/silex-le-logiciel-en-ligne-pour-creer-son-premier-site-web/ Thu, 19 May 2016 05:00:35 CDT Genma Saotome at Framablog Lorsque l&#8217;on veut créer sa première page web, on se heurte très vite à la problématique de l&#8217;apprentissage du code. Si l&#8217;on n&#8217;est pas développeur, on cherchera donc à avoir une solution permettant de créer sa première page via des &#8230; Lire la suite­­ Lorsque l’on veut créer sa première page web, on se heurte très vite à la problématique de l’apprentissage du code. Si l’on n’est pas développeur, on cherchera donc à avoir une solution permettant de créer sa première page via des menus et des clics au sein d’une interface graphique. Les plus anciens d’entre nous se rappelleront feu Frontpage, la solution propriétaire de Microsoft incluse dans Office dans les années 2000. Les libristes eux se rappelleront Nvu… Ces solutions visuelles sont souvent maladroites et limitées, mais voici le logiciel en ligne Silex, qui vous permettra de vous initier au web design mais aussi d’aller jusqu’au code CSS quand vous aurez progressé, grâce à l’éditeur avec visualisation instantanée.

Logo Silex

À savoir : Silex est issu du monde associatif, Silex Labs est une association à but non lucratif, qui organise régulièrement des ateliers sur des langages et des logiciels libres, luttant contre la fracture numérique. L’association maintient le logiciel libre Silex pour permettre à ses membres d’initier des novices au web design, afin qu’ils puissent réaliser des sites internet sans savoir coder et aussi pour qu’ils s’initient aux langages du Web (HTML5, CSS3, Javascript). Des vidéos et des tutoriels sont disponibles gratuitement sur le blog de l’association et sur la chaîne YouTube de l’association.

À l’occasion de leur campagne de financement participatif, nous avons interviewé le président de l’association, Alex, pour en savoir un peu plus sur Silex Labs l’association, sur Silex le logiciel et ses évolutions à venir.

Gig animée présentant le logiciel Silex

Q : Bonjour Alex, peux-tu nous présenter l’association Silex Labs ?

Silex Labs est née en 2009 en banlieue parisienne, nous étions un groupe informel d’indépendants, professionnels du web. Nous avions créé Silex ensemble pour nos activités de designer, développeurs et chefs de projet. L’outil s’est avéré tellement efficace que nous avons décidé d’en faire quelque chose d’utile pour d’autres professionnels, mais aussi pour la communauté. Nous avons commencé par organiser des ateliers pour former les gens à Silex et au fur et à mesure une communauté de professionnels s’est formée, ça nous a donné envie d’organiser davantage d’ateliers pour initier le plus grand nombre aux logiciels et langages libres.

Q : Le tour du Web en 50 ateliers, c’est quoi tout ça ?

C’est un programme de 50 ateliers organisés dans toute l’île de France que nous avons mis en place en 2015, pour permettre à tous de comprendre ce que sont les métiers et les technologies du web, les communautés qui font un web libre, et découvrir les nombreuses opportunités professionnelles qui existent dans ce domaine. Nous souhaitons donner des perspectives professionnelles à des personnes qui pensent que c’est un secteur inaccessible. Le réseau et la collaboration sont au centre du programme, autant que le bien commun et la vie privée.

Q : Et sinon Silex, c’est quoi ? En quoi ça consiste ?

Silex c’est un logiciel libre, gratuit et accessible en ligne pour permettre au plus grand nombre de réaliser des sites internet en fonction des niveaux de chacun. Les débutants pourront réaliser leur site sans faire une ligne de code mais ceux qui connaissent déjà un peu de HTML de CSS ou de JS pourront aussi utiliser leurs connaissances pour améliorer le design ou l’interactivité de leur site.

Tu n’as qu’à aller sur silex.me et tu peux insérer, modifier, déplacer des textes, des images et des vidéos, tu crées des liens et BIM : tu as ton site !

C’est un bon outil pour faire un site vitrine, c’est-à-dire un site visuellement attractif, qui n’a pas un contenu énorme et changeant tous les jours. Tout est fait pour aider les gens à s’initier au web design mais ça peut aussi être un bon choix pour un pro qui veut un moyen efficace de créer puis de maintenir des sites pour des clients.

Bon c’est aussi un logiciel qui respecte ta vie privée, tes données et une communauté internationale qui grandit.

Q : C’est tout en logiciel libre ?

Oui, la licence est GPL, les contributions sont les bienvenues et la gouvernance se fait en discutant sur Github et Gitlab

Toutes les contributions sont les bienvenues même si tu n’as jamais codé tu peux contribuer à ton niveau par exemple en faisant un rapport de bug, ou en proposant des templates quand tu auras utilisé un peu plus Silex !

Q : Donc la famille Dupuis-Morizeau va pouvoir créer son site web en ligne ? Et le mettre où elle veut ?

Eh oui mon bon Monsieur, on ne fait pas payer, on n’utilise pas vos données à votre insu, et en plus on vous laisse aller où vous voulez avec, vous restez propriétaire de vos données ! Un site fait avec Silex c’est une simple page HTML et quelques fichiers CSS et Javascript. Il suffit de le coller sur un hébergement et c’est en ligne. On peut aussi s’auto-héberger, utiliser un hébergement à la netlify (simple glissé / déposé de vos fichiers sur leur site pour mettre en ligne) ou encore faire appel à des gens sympas et militants comme les Indiehosters pour vous garantir un service rapide et toujours disponible.

Q : On approche des 8 ans des toutes premières lignes de code du logiciel. Comment le logiciel a-t-il évolué au cours du temps ?

Beaucoup de choses ont changé depuis la première version qui était un logiciel qu’il fallait installer et qui était plus complexe à prendre en main et avec un code source beaucoup plus lourd et surtout basé sur des vieilles technos. Nous avons décidé pour cette nouvelle version d’utiliser des technos innovantes pour gagner en performance et surtout de simplifier au maximum l’interface pour permettre au plus grand nombre de réaliser son site internet et de laisser beaucoup de liberté aux utilisateurs pour décider d’utiliser les éditeurs de code ou non.

Q : Pourquoi lancer une campagne de Crowdfunding, à quoi va servir l’argent ?

Un sondage récent a montré que les utilisateurs attendent un éditeur de version mobile (responsive), pour offrir une expérience personnalisée aux visiteurs sur téléphone ou tablette.

Ils attendent aussi et surtout plus de docs, plus de “templates” – des sites prêts à l’emploi pour ne pas démarrer d’une page vide. Il y en a déjà mais pas suffisamment.

L’éditeur de version mobile (responsive) est déjà en route et même si un peu d’argent nous permettrait d’accélérer le mouvement, c’est une certitude on y va ! Par contre les templates / sites prêts à l’emploi, il va nous falloir un budget pour nous payer les services de designers. Et la doc aussi, un budget nous permettra de mobiliser quelqu’un dessus à plein temps pour mettre en place les bases que la communauté maintiendra ensuite.

Une partie de la somme récoltée sera dédiée à la réalisation d’ateliers dans des banlieues parisiennes défavorisées pour accompagner des jeunes déscolarisés et des chômeurs à réaliser leurs sites internet CV avec Silex.

Q : Le mot de la fin ?

Venez nous rencontrer aux apéros de l’asso chaque mois à Paris, dans un bar pour discuter ou dans une salle pour contribuer.

Photo de l'Equipe Silex labs

Merci à Alexandre d’avoir bien voulu se prêter au jeu de l’interview et souhaitons à leur campagne de financement participatif de réussir.

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Logiciel privateur de liberté… jusqu'à la prison ? (http://framablo... https://framasphere.org/p/1826201 https://framasphere.org/p/1826201 Tue, 17 May 2016 11:12:58 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Logiciel privateur de liberté… jusqu&#39;à la prison ? Dans le mode du logiciel libre, et contrairement à ce que le nom laisse suggérer, ce n&#39;est pas le logiciel qui est libre, mais bien l&#39;utilisateur du logiciel. #framablog #framasoft #Libre #free #code #loi #opensource #planet #planetedu #rezotic #traduction Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/ Logiciel privateur de liberté… jusqu'à la prison ?

Dans le mode du logiciel libre, et contrairement à ce que le nom laisse suggérer, ce n'est pas le logiciel qui est libre, mais bien l'utilisateur du logiciel.

#framablog #framasoft #Libre #free #code #loi #opensource #planet #planetedu #rezotic #traduction

Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
#NuitDebout Ce week-end, j'ai passé mes après-midi à #République un... https://framasphere.org/p/1823073 https://framasphere.org/p/1823073 Mon, 16 May 2016 11:10:48 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed #NuitDebout Ce week-end, j&#39;ai passé mes après-midi à #République un drapeau #Framasoft à la main, des tracts dans l&#39;autre, à discuter et présenter le projet de #Degooglisation par Framasoft à toute personne qui s&#39;arrêtait intéressé par le drapeau. Toutes étaient déjà sensibilisée au fait qu&#39;il n&#39;y a pas que Google, les personnes utilisent DuckDuckGo ou Qwant. Une bon tiers connaissait Framasoft au moins de nom et utilisait un service, le reste était super intéressé et prenait volontiers un petit flyer (format A5, j&#39;en ai plein qui me reste) pour avoir l&#39;adresse et pouvoir se servir des services. Un bon moment à la rencontre du publique non geek. J&#39;ai pu sensibilisé à la notion d&#39;#hygienenumerique, à la prochaine install party pour les demandeurs de Linux... Quelques personnes m&#39;ont demandées de revenir, de prendre la parole à la commission numérique, de sensibiliser encore plus... C&#39;est beaucoup de temps de bénévolat que je n&#39;ai pas forcément...Un week-end crevant mais je suis content de l&#39;avoir fait. #NuitDebout Ce week-end, j'ai passé mes après-midi à #République un drapeau #Framasoft à la main, des tracts dans l'autre, à discuter et présenter le projet de #Degooglisation par Framasoft à toute personne qui s'arrêtait intéressé par le drapeau. Toutes étaient déjà sensibilisée au fait qu'il n'y a pas que Google, les personnes utilisent DuckDuckGo ou Qwant. Une bon tiers connaissait Framasoft au moins de nom et utilisait un service, le reste était super intéressé et prenait volontiers un petit flyer (format A5, j'en ai plein qui me reste) pour avoir l'adresse et pouvoir se servir des services.
Un bon moment à la rencontre du publique non geek. J'ai pu sensibilisé à la notion d'#hygienenumerique, à la prochaine install party pour les demandeurs de Linux...

Quelques personnes m'ont demandées de revenir, de prendre la parole à la commission numérique, de sensibiliser encore plus... C'est beaucoup de temps de bénévolat que je n'ai pas forcément...Un week-end crevant mais je suis content de l'avoir fait.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Logiciel privateur de liberté… jusqu’à la prison ? http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/ http://framablog.org/2016/05/16/logiciel-privateur-de-liberte-jusqua-la-prison/ Mon, 16 May 2016 06:13:59 CDT Framalang at Framablog Dans le mode du logiciel libre, et contrairement à ce que le nom laisse suggérer, ce n&#8217;est pas le logiciel qui est libre, mais bien l&#8217;utilisateur du logiciel. Le logiciel propriétaire, c&#8217;est-à-dire l&#8217;opposé du logiciel libre, est alors parfois appelé &#8230; Lire la suite­­ Dans le mode du logiciel libre, et contrairement à ce que le nom laisse suggérer, ce n’est pas le logiciel qui est libre, mais bien l’utilisateur du logiciel.

Le logiciel propriétaire, c’est-à-dire l’opposé du logiciel libre, est alors parfois appelé « logiciel privateur », car il prive l’utilisateur de certaines libertés fondamentales (étudier, exécuter, etc. le code source du programme).

Rebecca Wexler, étudiante dans l’école de droit de Yale (Yale Law School) nous montre ici qu’en plus ne nous priver de ces libertés qui peuvent parfois sembler bien futiles pour tout un chacun, ces logiciels peuvent compromettre le système judiciaire et nous priver ainsi de nos libertés fondamentales.

Condamnés par le code

par Rebecca Wexler

Source : Convicted by code (Slate)

Traduction :Vincent,  McGregor, roptat, oS,Diane, CLC, touriste, teromene, Piup, Obny et anonymes.

Obny CC BY-NC-SA Dérivé de Su morais et CyberHades.

Obny CC BY-NC-SA Dérivé de Su morais et CyberHades.

Le code « secret » est partout : dans les ascenseurs, les avions, les appareils médicaux.

En refusant de publier le code source de leurs logiciels, les entreprises rendent impossible son inspection par des tiers, et ce même si le code a un impact énorme sur la société et la politique. Verrouiller l’accès au code empêche de connaître les failles de sécurité qui peuvent nous rendre vulnérables au piratage et à la fuite de données. Cela peut menacer notre vie privée en accumulant de l’information sur nous à notre insu. Cela peut interférer avec le principe d’égalité devant la loi si le gouvernement s’en sert pour vérifier notre éligibilité à une allocation, ou nous inscrire sur une liste d’interdiction de vol. De plus, le code gardé secret permet le trucage des données et occulte les erreurs, comme dans l’affaire Volkswagen : l’entreprise a récemment avoué avoir utilisé un logiciel caché pour truquer les tests d’émission menés sur 11 millions de voitures, qui rejetaient l’équivalent de 40 fois la limite légale.

Mais aussi choquante que la fraude de Volkswagen puisse être, elle ne fait qu’en annoncer bien d’autres du même genre. Il est temps de s’occuper de l’un des problèmes de transparence technologique les plus urgents et les plus négligés : les programmes secrets dans le système judiciaire. Aujourd’hui, des logiciels fermés, propriétaires, peuvent vous envoyer en prison et même dans le couloir de la mort. Et dans la plupart des juridictions des États-Unis, vous n’avez pourtant pas le droit de les inspecter. Pour faire court, les procureurs ont le même problème que Volkswagen.

Prenons la Californie. Martell Chubbs est actuellement accusé de meurtre pour des faits remontant à 1977, dans lesquels la seule preuve contre lui est une analyse ADN effectuée par un logiciel propriétaire. Chubbs, qui dirigeait une petite entreprise de dépannage à domicile à l’époque de son arrestation, a demandé à inspecter le code source du logiciel afin de pouvoir contester la précision de ses résultats. Il cherchait à déterminer si le code implémente correctement les procédures scientifiques établies pour l’analyse ADN et s’il fonctionne comme son fabriquant le prétend. Mais ce dernier a affirmé que l’avocat de la défense pourrait voler ou dupliquer le code et causer des pertes financières à l’entreprise. Le tribunal a rejeté la requête de Chubbs, lui autorisant l’examen du rapport de l’expert de l’état, mais pas l’outil qu’il a utilisé. Des tribunaux de Pennsylvanie, Caroline du Nord, Floride et d’autres ont rendu des décisions similaires.

Nous devons faire confiance aux nouvelles technologies pour nous aider à trouver et condamner les criminels, mais aussi pour disculper les innocents. Les logiciels propriétaires interfèrent avec cette confiance dans de plus en plus d’outils d’investigation, des tests ADN aux logiciels de reconnaissance faciale et aux algorithmes qui indiquent à la police où chercher les futurs crimes. Inspecter les logiciels n’est cependant pas seulement bon pour les accusés : divulguer le code à des experts de la défense a permis à la Cour suprême du New Jersey de confirmer la fiabilité scientifique d’un éthylotest.

Non seulement il est injuste de court-circuiter la possibilité pour la défense de contre-expertiser les preuves médico-légales, mais cela ouvre la voie à de mauvaises pratiques scientifiques. Les experts décrivent la contre-expertise comme « le meilleur instrument légal jamais inventé pour la recherche de la vérité ». Mais des révélations récentes ont révélé une épidémie de mauvaises pratiques scientifiques qui sapent la justice criminelle. Des études ont contesté la validité scientifique des recherche de similitudes sur les marques de morsure, les cheveux et les fibres, des diagnostics du syndrome du bébé secoué, de techniques balistiques, des séances d’identifications olfactives par des chiens, des preuves issues de l’interprétation de taches de sang, et des correspondances d’empreintes digitales. Le Massachusetts se démène pour gérer les retombées des falsifications de résultats par un technicien d’un laboratoire criminel qui a contaminé les preuves de dizaines de milliers d’affaires criminelles. Et le Projet Innocence rapporte que de mauvaises analyses légales ont contribué à l’incrimination injustifiée de 47 % des prévenus. L’Académie Nationale des Sciences (National Academy of Sciences) accuse entre autres le manque de processus d’évaluation par les pairs dans les disciplines liées à l’analyse légale d’être responsable de cette crise.

Les logiciels ne sont pas non plus infaillibles. On a découvert des erreurs de programmation qui changent les ratios de probabilité des tests ADN d’un facteur 10, amenant des procureurs australiens à remplacer 24 avis d’experts dans des affaires criminelles. Quand les experts de la défense ont identifié une erreur dans le logiciel de l’éthylotest, la Cour suprême du Minnesota a invalidé le test en tant que preuve pour tous les futurs jugements. Trois des plus hautes cours de l’état (américain, NdT) ont encouragé à accepter davantage de preuves de failles dans des programmes, de manière à ce que les accusés puissent mettre en cause la crédibilité de futurs tests.

La contre-expertise peut aider à protéger contre les erreurs – et même les fraudes – dans la science et la technique de l’analyse légale. Mais pour que cet appareil judiciaire puisse fonctionner, l’accusé doit connaître les fondements des accusations de l’état. En effet, lorsque le juge fédéral de Manhattan, Jed S. Rakoff, a démissionné en signe de protestation contre la commission sur les sciences légales du président Obama, il a prévenu que si l’accusé n’a pas accès à toutes les informations pour effectuer une contre-expertise, alors le témoignage d’un expert judiciaire n’est « rien d’autre qu’un procès par embuscade » (c.-à-d. sans accès préalable aux éléments  de preuve, NdT).

La mise en garde de Rakoff est particulièrement pertinente pour les logiciels des outils d’analyse légale. Puisque éliminer les erreurs d’un code est très difficile, les experts ont adopté l’ouverture à l’analyse publique comme le moyen le plus sûr de garder un logiciel sécurisé. De manière identique, demander au gouvernement d’utiliser exclusivement des outils d’analyse légale ouverts permettrait leur contre-expertise participative. Les fabricants d’outils d’analyse légale, qui vendent exclusivement aux laboratoires d’expertise criminelle du gouvernement, peuvent manquer de motivations pour conduire les tests de qualité minutieux requis.

Pour en être certains, les régulateurs du gouvernement conduisent actuellement des tests de validation pour au moins quelques outils d’analyse légale numériques. Mais même les régulateurs peuvent être incapables d’auditer le code des appareils qu’ils testent, se contentant à la place d’évaluer comment ces technologies se comportent dans un environnement contrôlé en laboratoire. De tels tests « en boite noire » n’ont pas été suffisants à l’Agence de Protection de l’Environnement (Environmental Protection Agency) pour repérer la fraude de Volkswagen et ce ne sera pas non plus assez pour garantir la qualité des technologies numériques d’analyse légale.

La Cour suprême a depuis longtemps reconnu que rendre les procès transparents aide à s’assurer de la confiance du public dans leur équité et leur légitimité. Le secret de ce qu’il y a sous le capot des appareils d’informatique légale jette un doute sur ce processus. Les accusés qui risquent l’incarcération ou la peine de mort devraient avoir le droit d’inspecter les codes secrets des appareils utilisés pour les condamner.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
#Framateam : libérez vos équipes des groupes Facebook (et de Slack)... https://framasphere.org/p/1815363 https://framasphere.org/p/1815363 Sat, 14 May 2016 06:47:57 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed #Framateam : libérez vos équipes des groupes Facebook (et de Slack) ! Voici un article #framablog pour mieux comprendre... http://framablog.org/2016/05/10/framateam-liberez-vos-equipes-des-groupes-facebook-et-de-slack/ --&gt; Lien direct vers Framateam : https://framateam.org/ [Framasoft](/u/framasoft) #degooglisons #logicielslibres #Framateam : libérez vos équipes des groupes Facebook (et de Slack) ! Voici un article #framablog pour mieux comprendre...
http://framablog.org/2016/05/10/framateam-liberez-vos-equipes-des-groupes-facebook-et-de-slack/

--> Lien direct vers Framateam : https://framateam.org/

[Framasoft](/u/framasoft) #degooglisons #logicielslibres

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Dogmazic fête la première année de sa nouvelle ère (http://framablo... https://framasphere.org/p/1814799 https://framasphere.org/p/1814799 Sat, 14 May 2016 02:10:09 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Dogmazic fête la première année de sa nouvelle ère Il y a un an le Framablog avait interviewé Alain, membre de Dogmazic qui avait participé au grand retour de la plateforme d&#39;écoute de musique sous licence libre. #framablog #framasoft #Libre #free #artlibre #culture #dogmazic #interview #musique-libre #planet #planetedu #rezotic Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/14/dogmazic-fete-la-premiere-annee-de-sa-nouvelle-ere/ Dogmazic fête la première année de sa nouvelle ère

Il y a un an le Framablog avait interviewé Alain, membre de Dogmazic qui avait participé au grand retour de la plateforme d'écoute de musique sous licence libre.

#framablog #framasoft #Libre #free #artlibre #culture #dogmazic #interview #musique-libre #planet #planetedu #rezotic

Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/14/dogmazic-fete-la-premiere-annee-de-sa-nouvelle-ere/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Dogmazic fête la première année de sa nouvelle ère http://framablog.org/2016/05/14/dogmazic-fete-la-premiere-annee-de-sa-nouvelle-ere/ http://framablog.org/2016/05/14/dogmazic-fete-la-premiere-annee-de-sa-nouvelle-ere/ Sat, 14 May 2016 02:09:10 CDT framasoft at Framablog Il y a un an le Framablog avait interviewé Alain, membre de Dogmazic qui avait participé au grand retour de la plateforme d&#8217;écoute de musique sous licence libre. Pour fêter le premier anniversaire du site renouvelé, on a eu envie &#8230; Lire la suite­­ Il y a un an le Framablog avait interviewé Alain, membre de Dogmazic qui avait participé au grand retour de la plateforme d’écoute de musique sous licence libre.

Pour fêter le premier anniversaire du site renouvelé, on a eu envie de détailler avec lui le bilan bien fourni de cette année… En profitant de deux belles conférences aux JDLL, Roka et Pouhiou ont mitonné la petite interview que voici pour qui ne pouvait être à Lyon lors de ces rencontres.

Salut Alain, même si on t’as déjà déjà interviewé sur le Framablog, peux-tu nous rappeler ce qu’est Dogmazic ?

Dogmazic est une archive de musiques publiées avec des licences libres et ouvertes existant depuis 2004. Le site est sans publicité. C’est un projet de l’association Musique Libre qui est financé par les dons. Il regroupe aujourd’hui près de 60 000 morceaux de musique, pour environ 5000 artistes/groupes et plus de 250 netlabels.

Donc je peux dire que vous êtes le Itunes ou le Spotify du libre ou alors je suis insultant ?

Nous ne vendons pas d’abonnements, ni de fichiers avec des DRM. Notre but est l’accessibilité, la diffusion, la mise en valeur de tout un pan de la culture qui n’est pas représentée dans des médias mainstream. Nous sommes une alternative à Aytoune et Spoutifay.

vue de dogmazic

…et ils font pas dans la confiture.

 

Concrètement, qu’est-ce qui est libre chez vous ? Je peux télécharger votre logiciel ? La musique ?

Le logiciel Ampache qui propulse le site est publié sous licence AGPLv3 depuis 2001. Le contenu du site est publié soit en licences libres (type Licence Art Libre, GNU-GPL-Art, Creative Commons By SA…), soit en licences ouvertes (Licences Creative Commons BY NC ND pour la plus restrictive). La musique est téléchargeable, partageable et, selon les licences, réutilisable selon différents contextes.

Voilà un an que le projet a été relancé et du coup on a plein de questions à te poser. D’abord, est-ce que tu es content de cette première année d’existence ?

Nous sommes absolument ravis de cette réouverture, après tant de péripéties derrière nous maintenant ! Avant la réouverture du site, parler de musique libre c’était un peu caduque : peu d’autres exemples francophones comme Dogmazic pouvaient être cités. Cette première année nous a permis de mieux cerner les possibilités d’Ampache, de faire évoluer le site, son interface et de faire remonter pas mal de retours d’expérience des utilisateurs (bugs, features…).

Est-ce que le public a été au rendez-vous ? C’est quoi la fréquentation du site aujourd’hui ?

Nous avons eu un pic à la réouverture du site, puis ça s’est un peu calmé. Aujourd’hui, le rythme des visites est le même qu’à la réouverture, donc c’est plutôt encourageant ! Nous avons en moyenne 2 à 3 albums publiés par semaine par des artistes.

Le logo de Dogmazic

Le logo de Dogmazic

J’imagine que pour beaucoup de musiciens ce n’est pas une évidence de diffuser ses créations sous licence libre. Tu dirais quoi pour convaincre un artiste de le faire ?

Si on veut être indépendant, on doit aussi se poser la question de l’indépendance vis-à-vis de la Sacem qui n’est pas qu’une simple société — privée — de gestion de redevances pour droits d’auteurs. Elle porte aussi un projet politique (Hadopi, DADVSI…etc.). De plus, participer à une alternative est souvent plus intéressant pour un artiste, cela lui permet de rentrer en contact direct avec ses auditeurs, de discuter de projets partagés, de participer à des créations collectives. Il est possible d’avoir une existence artistique sans la Sacem.

Dans mes rencontres, je laisse le libre choix aux personnes. Souvent, un artiste rentre à la Sacem « par défaut », et ne se rend pas compte de sa démarche. Parfois c’est déjà trop tard, l’artiste est lié avec son nom civil (donc quel que soit le pseudo de son projet artistique) pour 10 ans, parfois la réflexion nécessite de nouvelles rencontres.

Dernier point du bilan mais non des moindres, les sous ? Comment un projet libre tel que le vôtre s’est financé et surtout comment vous voyez l’avenir à ce sujet ?

Nous sommes financés par les dons de nos utilisateurs. Le site en lui-même ne nous coûte pas grand chose à financer, mais cela risque de changer avec sa montée en puissance et la publicité faite autour de lui. En 2008-2009, lorsque l’ancienne interface fonctionnait bien, l’association arrivait à recevoir près de 4000 € de dons par an. Nous pouvons nous donner cet objectif pour le moment, ça nous permettra de proposer par exemple des fichiers en .flac.

Quelles sont les innovations lancées cette année sur Dogmazic ? Je pense notamment à l’écoute sur mobile qui est forcément demandée par les utilisateurs.

L’écoute sur mobile est possible grâce à l’application Subsonic qui reprend l’interface d’Ampache. Il n’y a qu’à renseigner l’adresse du site ainsi que son login et mot de passe utilisateur pour utiliser le site en version mobile. Des applications sur f-droid comme sur le Playstore existent. Avoir une application dédiée serait le mieux, il nous manque quelques compétences à ce sujet.

Ampache, le moteur du site, a évolué et fait évoluer le site. En mars, une nouvelle interface avec un contenu plus directement accessible a été mise en ligne.

Derrière Dogmazic, il y a donc ce logiciel  : Ampache… Lui aussi il a grandi en un an ? Quelles sont ses nouveautés et les petites fonctionnalités qui changent tout ?

Le lien entre le développement d’Ampache et Dogmazic est fort. Il n’y a pas de fork du logiciel pour faire tourner Dogmazic. Ampache est passé de la version 3.7 à 3.8.2 avec de nombreuses corrections de bugs, des traductions de fonctions, une interface remaniée.

Les possibilités d’Ampache sont assez énormes et tout n’est pas encore bien mis en place. Notamment le lien avec des services d’identification de contenus basés sur Musicbrainz, LastFM, LibreFM, les modules de dons Flattr pour les comptes artistes… À terme, nous aimerions que les artistes et les labels puissent disposer d’un espace plus grand pour la personnalisation de leur espace (à base d’html).

Et si je veux utiliser Ampache pour autre chose que la musique… je peux ? T’as des exemples (ou des rêves) d’utilisations « autres » ?

Ampache est utilisé depuis le début comme un logiciel pour monter son propre serveur privé de médias. Images, vidéos, musiques, tout peut se partager avec Ampache. Mais Dogmazic est le premier exemple de serveur public avec une gestion multi-utilisateurs avancée (près de 28 000 comptes).

Cette vidéo présente le développement du projet (vidéo YouTube) :


Vidéo de présentation d'Ampache sur Youtube

Mon rêve pour Dogmazic ? Qu’Ampache permette de tout connaître d’un artiste : musique, vidéos, textes… avec des liens vers l’extérieur pour enrichir le contenu, des relations entre artistes… Et pourquoi pas intégrer des modules comme SourceML qui permet de partager des musiques avec leurs sources.

Ça peut être une idée pour un de vos prochains articles d’ailleurs…

C’est noté, merci ^^ ! C’est quoi vos projets pour la suite ? On peut s’attendre à quelles innovations pour la plateforme ?

Ampache va passer en version 4.0 à la fin de l’année, avec notamment une refonte de son interface. L’objectif : rendre plus visibles des fonctionnalités qui sont bien présentes aujourd’hui mais qui sont cachées, l’abandon de quelques vieilles technologies datant de 2001, l’intégration d’autres plus récentes.

Travailler sur la communauté du site, remettre en forme le forum (qui, petit à petit revient à la vie), les relations entre artistes avec les fonctions communautaires d’Ampache (messages persos, partages)…

Ça c’est pour le moyen terme.

Pour le plus long terme, on a quelques réflexions sur les modules de dons du site, le développement de la C3S, société coopérative européenne de gestion collective… De gros projets sur ce point sont en réflexion.

Pour que ces innovations adviennent, vous avez besoin de quoi ? De sous, de bras…  ?

Ampache a toujours besoin de bras, de développement. Le développement de la version 4.0 va demander pas mal de travail. La traduction de l’interface aussi (espagnol, allemand, portugais, arabe, japonais, russe…).

L’association Musique Libre a toujours besoin de dons pour développer ses actions, imprimer des flyers, des tracts à distribuer lors de concerts, des gens pour les distribuer, des programmateurs de concerts sur des événements libres, sur des web-radios… Nous aimerions aussi proposer une application native pour Dogmazic (Android).

L’association a aussi besoin de personnes pour s’y investir, être à l’écoute de ce qui se passe dans la musique libre, car nous avons des oreilles un peu partout, mais nous ne sommes pas omniscients… !

Dons / Adhésions : http://musique-libre.org/a-propos/adherer-soutenir/

Nous rencontrer : http://www.dogmazic.net/irc/

Quelle est l’actualité de l’association ?

Nous organisons un concert, le 17 juin, 20h à St Étienne au Pax (27 rue Élisée Reclus), PAF 8€. Avec Bololipsum et Mig Inc. Au menu, art libre avec circuit blending, et électro-noise.

Le 14 juillet, le NetLabel Day. Pour sa 2e édition le Netlabel Day prend de l’ampleur. Initié par les joyeux drilles du netlabel chilien MIST,lLe Netlabel Day représente déjà près de 1800 contributions (contre 150 l’an dernier).

Merci pour tes réponses Alain. En attendant de te retrouver dans un an pour un nouveau bilan je te laisse le dernier mot, tradition oblige.

La musique libre est une alternative, défendre cette possibilité, c’est aussi défendre l’idée que d’autres alternatives puissent exister et se développer.

 

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Dédicaces, BD, DRM et Yukulélé : l'interview Kamoulox. (http://fram... https://framasphere.org/p/1812442 https://framasphere.org/p/1812442 Fri, 13 May 2016 06:05:51 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Dédicaces, BD, DRM et Yukulélé : l&#39;interview Kamoulox. La dernière fois qu&#39;il a dédicacé dans cette librairie, il a sorti son yukulélé pour des moments... mémorables. #framablog #framasoft #Libre #free #culture #drm #droit-dauteur #gee #interview #livre #livrelibre #planet #planetedu #ptilouk #rezotic Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/13/dedicaces-bd-drm-et-yukulele-linterview-kamoulox/ Dédicaces, BD, DRM et Yukulélé : l'interview Kamoulox.

La dernière fois qu'il a dédicacé dans cette librairie, il a sorti son yukulélé pour des moments... mémorables.

#framablog #framasoft #Libre #free #culture #drm #droit-dauteur #gee #interview #livre #livrelibre #planet #planetedu #ptilouk #rezotic

Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/13/dedicaces-bd-drm-et-yukulele-linterview-kamoulox/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Dédicaces, BD, DRM et Yukulélé : l’interview Kamoulox. http://framablog.org/2016/05/13/dedicaces-bd-drm-et-yukulele-linterview-kamoulox/ http://framablog.org/2016/05/13/dedicaces-bd-drm-et-yukulele-linterview-kamoulox/ Fri, 13 May 2016 06:05:49 CDT framasoft at Framablog La dernière fois qu&#8217;il a dédicacé dans cette librairie, il a sorti son yukulélé pour des moments&#8230; mémorables. Gee est de retour dans la Librairie A Livr&#8217;Ouvert à Paris pour y dédicacer le premier tome de Grise Bouille qu&#8217;on vous &#8230; Lire la suite­­ La dernière fois qu’il a dédicacé dans cette librairie, il a sorti son yukulélé pour des moments… mémorables.

Gee est de retour dans la Librairie A Livr’Ouvert à Paris pour y dédicacer le premier tome de Grise Bouille qu’on vous a présenté il y a quelques semaines sur le framablog. Si vous voulez un beau dessin original sur votre exemplaire, il vous faut donc lui apporter une idée et votre bouille le samedi 28 mai, dès 15h, au 171 boulevard Voltaire à Paris (métro Charonne).

alivrouvert_mai_2016

À cette occasion (et parce qu’ils traînaient dans le coin) Frédéric Urbain et Pouhiou l’accompagneront pour présenter leurs romans publiés chez Framabook… mais surtout parce qu’une librairie libriste où Bookynette, la patronne, vous incite à apporter votre clé USB pour que vous téléchargiez les Framabooks qu’elle vend au format papier par ailleurs, c’est rare et précieux !

On ne résiste pas à l’occasion de s’offrir une petite interviouve croisée entre l’auteur de BD et la libraire qui l’accueille…

Questions à Gee (auteur illustrateur) et Bookynette (libraire libriste)

Dis, Gee : Grise Bouille est une anthologie du blog éponyme sur lequel tu dessines, écris, commentes l’actualité, déconnes, vulgarises de l’informatique… Bref : c’est un BD-blog au format papier. C’était facile le passage de l’écran au velin ?

Gee : Eh bah en fait très bien, et ça c’est principalement grâce à un merveilleux logiciel qui s’appelle Inkscape. Comme toutes mes BD sont au format vectoriel et sont assez « aérées » (dessins légers séparés uniquement par des blocs de textes), c’est très simple d’adapter la mise en page à un support papier. En gros, je divise mon dessin en hauteur en autant de pages que nécessaire et j’ajuste chaque élément (dessin, texte) pour qu’il couvre bien chaque page (et qu’il ne tombe pas sur une séparation entre 2 pages !). Là dessus, un petit script qui exporte chaque image en PNG (merci le mode console d’Inkscape), qui découpe chaque image en N pages (merci ImageMagick) et qui génère à la volée les fichiers TEX qui sont finalement inclus dans les sources du bouquin.

Pour être honnête, si je n’avais pas eu ces quelques outils libres (Inkscape et ImageMagick et un bon langage de script), ça m’aurait pris un temps fou. Mais avec un peu de bidouille et quelques commandes bien trouvées, on fait des miracles sous Gnunux 🙂

Du coup, t’es fier du rendu de ce tome ?

Gee : À mort. Et je ne dis pas ça pour me la jouer hein. Mais je suis content parce que je n’avais pas spécialement envisagé le passage au papier quand j’ai fixé le format de mes BD. Du coup c’est une bonne surprise que ça passe bien d’un format à l’autre sans trop avoir à tout retoucher dans tous les sens. Il y a juste les quelques aquarelles à la fin qui sont bien sûr diminuées (en noir et blanc et sur format A5), mais c’est plus un bonus dans le livre.

Et c’est aussi là que je me rends compte que j’en ai écrit un paquet, des BD, en 2015… je ne m’en rendais pas trop compte en ligne puisque chaque BD faisait exactement 1 image (plus ou moins longue), mais quand tu dois séparer en pages, bah tu arrives à un bouquin de plus de 250 pages ! Pas mal, non ?

Et qu’en pense notre libraire : ça se lit bien du blog-BD au format papier ?

Bookynette : Franchement, et c’est là qu’on voit l’expérience acquise, quand on compare Grise Bouille et les GKND, on voit la différence. C’est plus espacé, c’est clair, les textes, plus courts, sont toujours aussi frappants et quel humour ! Je défie quiconque de lire ce livre sans sourire une seule fois ! J’avoue l’avoir commencé à la librairie et être allée jusqu’au bout alors que je pensais me le dévorer le soir même. En quelques mots, quand on tombe dedans, on n’en sort plus. Les sujets sont variés, s’adressent à plein de publics différents, l’humour est élégant et on retrouve l’actualité traitée à la manière Gee ! Un régal.

Bookynette, ne nous cachons rien : tu es connue dans le monde libriste : membre de l’April, de Framasoft, de Parinux… Mais du coup il n’y a pas de grand écart entre libraire et libriste ? Par exemple à tes yeux (et en sortant les grand mots), le livre numérique tue-t-il la littérature ?

Bookynette : C’est difficile de répondre à cette question… Peux-tu définir ce que tu entends par livre numérique ?

Il y a plusieurs sortes de livres numériques. Ceux avec et ceux sans DRM. Les DRM réduisent grandement les droits des lecteurs. Pour moi un livre numérique avec DRM est juste un service de location. Alors qu’avec un livre électronique sans DRM, l’utilisateur a globalement les mêmes droits que ceux dont il dispose avec un livre papier. Pour ceux que ça intéresse, je vous conseille cette vidéo que j’ai tournée avec mes coloc :

Pour en revenir à ta question, les livres numériques vendus par les éditeurs français sont tellement “menottés” qu’ils en deviennent quasi aussi chers que le papier. Pour se protéger, les éditeurs passent par des plate-formes professionnelles qui leur imposent les DRM, ce qui leur coûtent aussi cher que des libraires. Bref en France le livre numérique ne prend pas et n’est pas réellement un concurrent des libraires. Sauf pour les titres en langue étrangère… Mais perso, je n’en vends pas 🙂

Tu programmes de nombreuses animations dans ta librairie (dont des soirées Harry Potter)… Alors déjà, où est-ce qu’on trouve le programme, mais surtout : la venue d’une flopée d’auteurs Framabook, c’est un jour comme les autres à la librairie ?

Bookynette : Bon le programme tu le trouves sur mon site : alivrouvert.fr : ateliers pour enfants, club de lecture, soirée Harry Potter et bien sûr dédicaces ! Une journée avec les frama-auteurs c’est la fête non stop, no limite ! J’espère juste qu’il fera beau, parce que trois auteurs comme Pouhiou, Gee et Fred, vu leur carrure, ça va prendre de la place. Du coup, je les mettrais bien sur le trottoir [je sais j’ai déjà fait la blague en interne, mais je l’aime bien]. Et qui dit dédicace Frama, dit apéro après !

Et pour toi, Gee, aller à la rencontre du public et proposer une séance de dédicace…. C’est amusant, stressant, fatiguant ou revigorant ?

Gee : Un peu les quatre ? Bon, okay, pas spécialement stressant. Mais amusant parce qu’on rigole toujours bien avec les framacopains et ça fait toujours plaisir de rencontrer (ou de re-rencontrer) des lecteurs… surtout quand ce sont ceux à qui on parle déjà régulièrement sur les rézozozios 🙂

Bref, Grise Bouille, ce sont de longues heures solitaires à dessiner derrière un écran. Là, on voit des gens, on boit un coup, on passe un bon moment. D’où le côté revigorant. Et après, comme je suis ce qu’on appelle un « introverti » (si vous pensez que ça veut dire « timide », renseignez-vous un peu plus sur le sujet 🙂 ), j’ai toujours besoin de me poser tranquillement et au calme pendant un certain temps après ce genre d’événement pour recharger les batteries. Donc c’est fatiguant aussi (mais c’est bien d’être fatigué, des fois).

Bookynette, tu es une des (trop) rares librairies à proposer les Framabooks… Pourquoi ? C’est compliqué pour une librairie de proposer des éditeurs “hors normes” ? Et donc est-ce que c’est important pour toi en tant que libraire cette fonction de prescriptrice ?

Bookynette : Tout éditeur de livre qui ne passe pas un gros distributeur a du mal à se retrouver en librairie. Et puis les libraires n’aiment pas se compliquer la vie. Sans oublier que les Framabooks sont un peu hors norme… Il y a peu de demandes/clients pour les livres d’informatique, de thermodynamique et même de SF. Je ne sais pas si je suis prescriptrice mais en tout cas, je suis devenue fournisseuse officielle des franciliens et des librairies parisiennes (qui s’adressent à moi en m’envoyant leur coursier).

Si je me suis engagée à distribuer les Framabooks, sans marger, c’est parce que j’ai trouvé dommage de devoir obligatoirement passer un site internet En vente libre. En tant que libraire, libriste de surcroît, je me devais de distribuer ces livres et les rendre plus accessibles à tous les parisiens. C’était ma première contribution à Framasoft, maintenant je suis membre depuis peu et j’espère continuer à participer à cette association aussi vivante !

Concrètement vous deux, qu’est-ce qu’il va se passer le 28 mai, au 171 boulevard Voltaire ? On va (encore) y renverser du poiré ?

Gee : Alors moi je ne suis pas absolument pas responsable, mais j’ai vaguement entendu le mot « apéro » prononcé. Après, c’est p’têt une rumeur… sinon moi je dédicacerai à peu près tout ce que vous me mettrez sous le pinceau (ceci n’est pas un défi, ne mettez pas n’importe quoi sous mes pinceaux, merci). Et après si vous voulez juste passer pour tailler le bout de gras (c’est la vie), vous pouvez venir aussi, on mord pas (à part les bouts de gras, mais là c’est aut’chose).

Bookynette : Moi qui suis censée être responsable, dès 14h45, je vais installer une porte (et oui !) sur des tréteaux, avec une jolie nappe et des chaises hautes. Pi je vais acheter de quoi boire et manger, mais y aura pas de poiré car suis pas allée en Normandie cette année (gros sniff – suis en manque). Donc faudra vous contenter de bière et de chips (ça te fait rien de savoir qu’on va manger des chips ? ! – la classe).

#défi : j’espère bien boire autant de verres que de livres vendus. 😀 Et puis je suis une fan du Yukulélé de Gee, donc y aura de la chanson.

Comme d’hab sur le framablog, on vous laisse le mot (ou le dessin) de le fin !

Gee : Courge.

(Oui, je finis façon Kamoulox.)

Bookynette  : Choisissez des livres ouverts !

Nodrm

CC-BY-SA Anne-Laure Marcault Source : April

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Au revoir Revolv, bonjour obsolescence imposée (http://framablog.or... https://framasphere.org/p/1809605 https://framasphere.org/p/1809605 Thu, 12 May 2016 07:05:21 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Au revoir Revolv, bonjour obsolescence imposée Pendant longtemps, acheter un objet signifiait pouvoir en disposer pleinement. Mais l&#39;ère Google est arrivée, et les temps ont bel et bien changé. #framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #dmca #doctorow #gafam #google #revolv #rezotic Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/10/au-revoir-revolv-bonjour-obsolescence-imposee/ Au revoir Revolv, bonjour obsolescence imposée

Pendant longtemps, acheter un objet signifiait pouvoir en disposer pleinement. Mais l'ère Google est arrivée, et les temps ont bel et bien changé.

#framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #dmca #doctorow #gafam #google #revolv #rezotic

Originally posted at: http://framablog.org/2016/05/10/au-revoir-revolv-bonjour-obsolescence-imposee/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
#Maintenance #Framapad bimestriel : c'est parti ! https://status.fr... https://framasphere.org/p/1808949 https://framasphere.org/p/1808949 Thu, 12 May 2016 03:03:46 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed #Maintenance #Framapad bimestriel : c&#39;est parti ! https://status.framasoft.org/incident/121 #Maintenance #Framapad bimestriel : c'est parti ! https://status.framasoft.org/incident/121

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/