Framasoft - Toute l'actualité http://framasoft.org Toute l'activité du réseau Framasoft en un seul flux. en-us Copyright 2007-2017 http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/ [Résolu] Framabee attaqué (https://status.framasoft.org/incident/... https://framasphere.org/p/3416849 https://framasphere.org/p/3416849 Sat, 24 Jun 2017 09:40:02 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed [Résolu] Framabee attaqué #framasoft #statutframasoft Framabee a fait l'objet d'une attaque par DDOS cet après-midi. Par chance, nous l'avons détectée immédiatement. Nous avons réussi à contrer l'attaque vers 16h25 et Framabee est de nouveau opérationnel. [Résolu] Framabee attaqué

#framasoft #statutframasoft

Framabee a fait l'objet d'une attaque par DDOS cet après-midi. Par chance, nous l'avons détectée immédiatement. Nous avons réussi à contrer l'attaque vers 16h25 et Framabee est de nouveau opérationnel.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Framalibre : découvrez l’annuaire du Libre ! par Jerome Formaz https://framablog.org/2017/04/04/framalibre-decouvrez-lannuaire-du-libre/#comment-72511 https://framablog.org/2017/04/04/framalibre-decouvrez-lannuaire-du-libre/#comment-72511 Fri, 23 Jun 2017 12:39:32 CDT Jerome Formaz at Commentaires pour Framablog A + A +

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur La face cachée du web, de la vie, de l’univers, du reste par Philippe https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/#comment-72506 https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/#comment-72506 Thu, 22 Jun 2017 11:58:11 CDT Philippe at Commentaires pour Framablog Merci. C'était NoScript qui me bloquait les boutons "Commander" ... Merci.
C’était NoScript qui me bloquait les boutons « Commander » …

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Workshop CHATONS aux RMLL le 7 juillet (https://framablog.org/2017/... https://framasphere.org/p/3408406 https://framasphere.org/p/3408406 Thu, 22 Jun 2017 08:37:22 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Workshop CHATONS aux RMLL le 7 juillet Nous vous avons déjà parlé des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, qui auront lieu cette année à St-Étienne, du 1er au 7 juillet (très bientôt, donc !). Si vous n'avez pas encore lu l'interview d'une partie de l'organisation, foncez-y, ça donne envie de venir :) Framasoft sera évidemment présente lors des RMLL (sans doute en petit comité, car en ce début d'été, nos membres seront un peu dispersés sur différents événements ou ... en congés !). N'hésitez donc pas à venir à notre rencontre, ou à assister à l'une de nos conférences :) Mais l'objet de ce billet, est surtout de vous annoncer que l'organisation des RMLL a proposé de réserver la journée du vendredi 7 à ... une réunion de chatons ! #framablog #framasoft #Libre #free #ateliers #chatons #planet #rencontres #rezotic #rmll Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/22/workshop-chatons-aux-rmll-le-7-juillet/ Workshop CHATONS aux RMLL le 7 juillet

Nous vous avons déjà parlé des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, qui auront lieu cette année à St-Étienne, du 1er au 7 juillet (très bientôt, donc !). Si vous n'avez pas encore lu l'interview d'une partie de l'organisation, foncez-y, ça donne envie de venir :) Framasoft sera évidemment présente lors des RMLL (sans doute en petit comité, car en ce début d'été, nos membres seront un peu dispersés sur différents événements ou ... en congés !). N'hésitez donc pas à venir à notre rencontre, ou à assister à l'une de nos conférences :) Mais l'objet de ce billet, est surtout de vous annoncer que l'organisation des RMLL a proposé de réserver la journée du vendredi 7 à ... une réunion de chatons !

#framablog #framasoft #Libre #free #ateliers #chatons #planet #rencontres #rezotic #rmll

Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/22/workshop-chatons-aux-rmll-le-7-juillet/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Workshop CHATONS aux RMLL le 7 juillet https://framablog.org/2017/06/22/workshop-chatons-aux-rmll-le-7-juillet/ https://framablog.org/2017/06/22/workshop-chatons-aux-rmll-le-7-juillet/ Thu, 22 Jun 2017 08:37:20 CDT pyg at Framablog Nous vous avons déjà parlé des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, qui auront lieu cette année à St-Étienne, du 1er au 7 juillet (très bientôt, donc !). Si vous n’avez pas encore lu l’interview d’une partie de l’organisation, foncez-y, ça donne … Lire la suite­­ Nous vous avons déjà parlé des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, qui auront lieu cette année à St-Étienne, du 1er au 7 juillet (très bientôt, donc !). Si vous n’avez pas encore lu l’interview d’une partie de l’organisation, foncez-y, ça donne envie de venir :)

Framasoft sera évidemment présente lors des RMLL (sans doute en petit comité, car en ce début d’été, nos membres seront un peu dispersés sur différents événements ou … en congés !). N’hésitez donc pas à venir à notre rencontre, ou à assister à l’une de nos conférences :)

Mais l’objet de ce billet, est surtout de vous annoncer que l’organisation des RMLL a proposé de réserver la journée du vendredi 7 à … une réunion de chatons !

Le collectif en action

 

 

Vous le savez peut-être, le Collectif des Hébergeurs Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires (C.H.A.T.O.N.S.) est un collectif de particuliers et de structures qui proposent à leurs communautés des services en ligne Libres, Éthiques, Décentralisés et Solidaires.

Framasoft a impulsé en octobre dernier ce collectif, et est l’un de ses 30 membres actuels.

Le collectif est toujours en phase de structuration et, tel un logiciel libre, est en développement permanent : on y ajoute des fonctionnalités, on explore des possibles, on corrige des bugs, on essaie de faire communauté, etc.

Les moments de rencontre, que ça soit entre membres du collectif, ou pour échanger avec des personnes connaissant peu ou pas le projet CHATONS, sont donc primordiaux.

L’opportunité offerte par les RMLL de nous proposer un temps long (1 journée complète) est donc à saisir !

Cette journée permettra, le matin, de rappeler (très rapidement) les objectifs, de présenter le fonctionnement actuel, et de travailler ensemble la « roadmap ». L’après-midi sera, lui, consacré à des ateliers thématiques (probablement : « juridique », « technique », « communication » et « organisation/économie ») en mode barcamp (= les personnes présentes choisiront elles-mêmes les thèmes de travail).

Bref, vous pourrez poser toutes les questions que vous avez toujours voulu savoir sur CHATONS, mais surtout nous proposer des patches sur la façon dont nous pourrions améliorer le fonctionnement du collectif.

Merci encore aux organisateur⋅ice⋅s des Rencontres de nous offrir ce temps de partages, d’échanges, de réflexion et de production !

Un panier de CHATONS, parce qu’on sait que vous aimez ça !

 

Et, en cadeau, trois petites vidéos (qui s’ouvriront au clic dans un nouvel onglet sur Vimeo) réalisée par Rézonnance, qui, nous l’espérons, vous donneront envie de venir aux RMLL :

Interview PY GOSSET – RMLL2017

Interview Simon CHANSON – RMLL2017

Interview François Aubriot – RMLL2017

 

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framakey • Re: [AeTrayMenu]Tests et infos https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=12249&p=296051#p296051 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=12249&p=296051#p296051 Thu, 22 Jun 2017 08:02:48 CDT matthius at Framagora Bonjour,J'essaie de traduire AeTrayMenu vers Lazarus :https://bitbucket.org/matthieugiroux/aetraymenu-lazarusStatistiques: Publié par matthius — Jeu 22 Juin, 2017 14:02
J'essaie de traduire AeTrayMenu vers Lazarus :
https://bitbucket.org/matthieugiroux/aetraymenu-lazarus

Statistiques: Publié par matthius — Jeu 22 Juin, 2017 14:02


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur La face cachée du web, de la vie, de l’univers, du reste par pohsiz https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/#comment-72502 https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/#comment-72502 Thu, 22 Jun 2017 06:33:09 CDT pohsiz at Commentaires pour Framablog Si : ici : http://www.editions-larousse.fr/la-face-cachee-d-internet-hackers-dark-net-9782035936417 Si : ici : http://www.editions-larousse.fr/la-face-cachee-d-internet-hackers-dark-net-9782035936417

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Si on laissait tomber Facebook ? par pohsiz https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook/#comment-72501 https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook/#comment-72501 Thu, 22 Jun 2017 06:29:43 CDT pohsiz at Commentaires pour Framablog Bah... https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook Bah… https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
[Résolu] Framabee ralenti (https://status.framasoft.org/incident/270) https://framasphere.org/p/3406897 https://framasphere.org/p/3406897 Thu, 22 Jun 2017 02:00:09 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed [Résolu] Framabee ralenti #framasoft #statutframasoft Depuis hier soir, Framabee était ralenti. Cela était du à un très grand nombre de requêtes répétées (plusieurs requêtes similaires par seconde, continuellement) provenant d'une même adresse IP. Tentative de DOS ? Script kiddy qui a découvert les joies d'une boucle infinie ? Nous ne savons pas, mais nous avons bloqué cette adresse (ce matin) afin qu'elle ne perturbe plus le fonctionnement du service. [Résolu] Framabee ralenti

#framasoft #statutframasoft

Depuis hier soir, Framabee était ralenti. Cela était du à un très grand nombre de requêtes répétées (plusieurs requêtes similaires par seconde, continuellement) provenant d'une même adresse IP. Tentative de DOS ? Script kiddy qui a découvert les joies d'une boucle infinie ? Nous ne savons pas, mais nous avons bloqué cette adresse (ce matin) afin qu'elle ne perturbe plus le fonctionnement du service.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Améliorons ensemble le réseau Framasoft • Plug-in wallabag dans framanews https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39971&p=296050#p296050 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39971&p=296050#p296050 Wed, 21 Jun 2017 22:24:32 CDT nayessiva at Framagora Hello Je suis ultra fan du combo Frama Bag/News : l'aggrégateur RSS me permet de suivre l'actu et quand un article m'intéresse je le wallabag pour le lire dans un deuxième temps.Depuis la mise à jour du serveur j'ai bien peur que les adresses ont changé (on est passé de framabag/u/nom_utilisateur à .....) et impossible de trouver cette nouvelle adresse...Une éventuelle idée ?@+!Statistiques: Publié par nayessiva — Jeu 22 Juin, 2017 04:24
Je suis ultra fan du combo Frama Bag/News : l'aggrégateur RSS me permet de suivre l'actu et quand un article m'intéresse je le wallabag pour le lire dans un deuxième temps.

Depuis la mise à jour du serveur j'ai bien peur que les adresses ont changé (on est passé de framabag/u/nom_utilisateur à .....) et impossible de trouver cette nouvelle adresse...
Une éventuelle idée ?

@+!

Statistiques: Publié par nayessiva — Jeu 22 Juin, 2017 04:24


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Améliorons ensemble le réseau Framasoft • Re: framabag 2.0 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39928&p=296048#p296048 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39928&p=296048#p296048 Wed, 21 Jun 2017 22:19:59 CDT nayessiva at Framagora Salut,Pour ma part Wallabag n'était pas à jour.J'utilise F-Droid, il faut mettre à jour les paquets manuellement au préalable pour détecter la nouvelle MàJ Statistiques: Publié par nayessiva — Jeu 22 Juin, 2017 04:19 Pour ma part Wallabag n'était pas à jour.
J'utilise F-Droid, il faut mettre à jour les paquets manuellement au préalable pour détecter la nouvelle MàJ :)

Statistiques: Publié par nayessiva — Jeu 22 Juin, 2017 04:19


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Cherche logiciel libre pour... • Re: logiciel open source équivalent à Microsoft Visio https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=31935&p=296047#p296047 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=31935&p=296047#p296047 Wed, 21 Jun 2017 18:34:58 CDT LucN31 at Framagora Je vois que ce fil a été déterré, c'est que le besoin est toujours présent. Ce n'est pas de fonctionnalités dont manque le module Draw de Libre Office, mais d'une galerie d'objets pour faire les schémas. Ici, une partie de la solution :https://extensions.libreoffice.org/exte ... -equipmentet à la sourcehttp://www.vrt.com.au/downloads/vrt-network-equipmentStatistiques: Publié par LucN31 — Jeu 22 Juin, 2017 00:34
Ce n'est pas de fonctionnalités dont manque le module Draw de Libre Office, mais d'une galerie d'objets pour faire les schémas.
Ici, une partie de la solution :-) :
https://extensions.libreoffice.org/exte ... -equipment
et à la source
http://www.vrt.com.au/downloads/vrt-network-equipment

Statistiques: Publié par LucN31 — Jeu 22 Juin, 2017 00:34


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur Si on laissait tomber Facebook ? par Dams https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook/#comment-72499 https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook/#comment-72499 Wed, 21 Jun 2017 18:32:34 CDT Dams at Commentaires pour Framablog J'aurais bien partagé cet article sur Face2book... Dommage qu'il n'y ait pas le lien. Tant pis, je vais copier/coller, à l'ancienne... J’aurais bien partagé cet article sur Face2book… Dommage qu’il n’y ait pas le lien. Tant pis, je vais copier/coller, à l’ancienne…

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Cherche logiciel libre pour... • Re: fichier tableur en ligne https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39926&p=296046#p296046 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39926&p=296046#p296046 Wed, 21 Jun 2017 18:21:49 CDT LucN31 at Framagora Sais pas, si cela peut servir :https://www.collaboraoffice.com/ et https://www.collaboraoffice.com/popup-c ... line-demo/https://philippe.scoffoni.net/dotriver- ... -en-ligne/et http://www.dotriver.eu/contact/contact-demo.Mais sinon, une fois la déception passée, avec les formats et les formules, il y a de quoi faire avec framacalc Statistiques: Publié par LucN31 — Jeu 22 Juin, 2017 00:21 https://www.collaboraoffice.com/
et https://www.collaboraoffice.com/popup-c ... line-demo/
https://philippe.scoffoni.net/dotriver- ... -en-ligne/
et http://www.dotriver.eu/contact/contact-demo.

Mais sinon, une fois la déception passée, avec les formats et les formules, il y a de quoi faire avec framacalc ;-)

Statistiques: Publié par LucN31 — Jeu 22 Juin, 2017 00:21


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur La face cachée du web, de la vie, de l’univers, du reste par Philippe https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/#comment-72497 https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/#comment-72497 Wed, 21 Jun 2017 12:04:27 CDT Philippe at Commentaires pour Framablog Pas de version Ebook ? Pas de version Ebook ?

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Le comptoir de l'éducation • Console de jeu en kit éducative https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39970&p=296045#p296045 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39970&p=296045#p296045 Wed, 21 Jun 2017 06:55:45 CDT Papamaker at Framagora Bonjour à tous, Je me présente, je suis François alias Papamaker. Je suis un maker du fablab associatif "Les Fabriqueurs" basé à Malakoff dans la région parisienne. J'ai élaboré un produit open-source et aussi open-hardware. Il s'agit d'un kit de composants électroniques qui, une fois soudé, forme une petite console de jeu portable vintage. L'idée était de faire un contenu éducatif simple, intelligent et bon marché (et aussi open-source bien sûr). Aujourd'hui nous (Les Fabriqueurs) distribuons des kits et animons parfois des ateliers pour apprendre l'électronique à des enfants qui adorent repartir à la fin avec leur console de jeu, ce qui est possible car le prix de revient du kit est très faible(10€). Je ne suis pas là pour faire de la pub mais je suis à la recherche de personnes pour me rejoindre afin de faire progresser le projet. Le but est d'aider à l'éducation pour l'électronique et l'informatique de manière libre et non lucrative. Je suis à l'écoute de toute aide, conseils et critiques constructives,merci d'avance FrançoisJe n'ai pas le droit de mettre le lien car je suis un nouvel inscrit mais vous pouvez taper "La console Kitco" dans Framabee et vous aurez le lien vers le site Statistiques: Publié par Papamaker — Mer 21 Juin, 2017 12:55
Je me présente, je suis François alias Papamaker. Je suis un maker du fablab associatif "Les Fabriqueurs" basé à Malakoff dans la région parisienne. J'ai élaboré un produit open-source et aussi open-hardware. Il s'agit d'un kit de composants électroniques qui, une fois soudé, forme une petite console de jeu portable vintage. L'idée était de faire un contenu éducatif simple, intelligent et bon marché (et aussi open-source bien sûr). Aujourd'hui nous (Les Fabriqueurs) distribuons des kits et animons parfois des ateliers pour apprendre l'électronique à des enfants qui adorent repartir à la fin avec leur console de jeu, ce qui est possible car le prix de revient du kit est très faible(10€). Je ne suis pas là pour faire de la pub mais je suis à la recherche de personnes pour me rejoindre afin de faire progresser le projet. Le but est d'aider à l'éducation pour l'électronique et l'informatique de manière libre et non lucrative. Je suis à l'écoute de toute aide, conseils et critiques constructives,

merci d'avance :-)
François

Je n'ai pas le droit de mettre le lien car je suis un nouvel inscrit mais vous pouvez taper "La console Kitco" dans Framabee et vous aurez le lien vers le site :-)

Statistiques: Publié par Papamaker — Mer 21 Juin, 2017 12:55


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur L’écosystème des contenus piratés par galex-713 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72478 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72478 Tue, 20 Jun 2017 16:05:12 CDT galex-713 at Commentaires pour Framablog En attendant vivement le client de streaming torrent qui traite les liens openload, 1fichier, uptostream/box, etc. comme des webseed ^^ (et si possible qui soit plus flexible dans l’identité des sources de contenu… genre ajouter par dessus les checksum du fingerprinting, pour les cas où plusieurs torrents ont des contenus similaires mais recompressés, ou quand les sites de streamnig recompressent derrière) et la fin des trackers et pairs qui imposent un ratio minimum ou qui restreignent la bande passante artificiellement… …et vivement une meilleure gestion de la congestion et de la priorisation des flux par bittorrent ou les routeurs terminaux… parce qu’un facteur saoulant de bittorrent est aussi quand ça ralentit tous les téléchargement et fait exploser le ping (et donc adieu la VoIP et les jeux en ligne…)… ou quand les wifi ouverts du genre fon&cie sont inutilisables parce que leurs utilisateurs seedent un peu :} Et sinon bittorrent est très facile à surveiller et bloquer, pourtant bien que dans nos pays libéraux ça pose pas encore problème directement (hadopi même pas applicable en France, amendes illégales et mensongères en Allemagne…) ce serait sympa de régler ce problème autrement que par l’obligation exclusive de tous les pairs d’utiliser du gossip ou de l’onion-routing… Oh et un moyen de choper les données à faible latence avec une meilleure intégration à MIME et aux méta-données, pour finir de remplacer HTTP et l’achever une bonne fois pour toutes :> Ce jour là le torrent aura peut-être moyen de survivre et d’empêcher le streaming de mourir, seul et sans aide, une fois que son âge d’or de chance fragile et éphémère sera passée… En attendant vivement le client de streaming torrent qui traite les liens openload, 1fichier, uptostream/box, etc. comme des webseed ^^ (et si possible qui soit plus flexible dans l’identité des sources de contenu… genre ajouter par dessus les checksum du fingerprinting, pour les cas où plusieurs torrents ont des contenus similaires mais recompressés, ou quand les sites de streamnig recompressent derrière) et la fin des trackers et pairs qui imposent un ratio minimum ou qui restreignent la bande passante artificiellement…

…et vivement une meilleure gestion de la congestion et de la priorisation des flux par bittorrent ou les routeurs terminaux… parce qu’un facteur saoulant de bittorrent est aussi quand ça ralentit tous les téléchargement et fait exploser le ping (et donc adieu la VoIP et les jeux en ligne…)… ou quand les wifi ouverts du genre fon&cie sont inutilisables parce que leurs utilisateurs seedent un peu :}

Et sinon bittorrent est très facile à surveiller et bloquer, pourtant bien que dans nos pays libéraux ça pose pas encore problème directement (hadopi même pas applicable en France, amendes illégales et mensongères en Allemagne…) ce serait sympa de régler ce problème autrement que par l’obligation exclusive de tous les pairs d’utiliser du gossip ou de l’onion-routing…

Oh et un moyen de choper les données à faible latence avec une meilleure intégration à MIME et aux méta-données, pour finir de remplacer HTTP et l’achever une bonne fois pour toutes :>

Ce jour là le torrent aura peut-être moyen de survivre et d’empêcher le streaming de mourir, seul et sans aide, une fois que son âge d’or de chance fragile et éphémère sera passée…

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur L’écosystème des contenus piratés par galex-713 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72477 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72477 Tue, 20 Jun 2017 16:03:33 CDT galex-713 at Commentaires pour Framablog Tribler fait ça aussi. Perso ni Tribler, ou Pop corn time ne sont encore dispos dans debian (pas même dans contrib), pourtant ils sont censés être libres :/ J’ignore si c’est parce qu’ils viennent d’un milieu où les gens ont la flemme de devenir mainteneur debian, par instabilité logicielle/de gouvernance du développement, ou je ne sais quoi… Tribler fait ça aussi.

Perso ni Tribler, ou Pop corn time ne sont encore dispos dans debian (pas même dans contrib), pourtant ils sont censés être libres :/ J’ignore si c’est parce qu’ils viennent d’un milieu où les gens ont la flemme de devenir mainteneur debian, par instabilité logicielle/de gouvernance du développement, ou je ne sais quoi…

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur L’écosystème des contenus piratés par galex-713 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72476 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72476 Tue, 20 Jun 2017 15:52:18 CDT galex-713 at Commentaires pour Framablog Sauf quand on utilise adblock, ou qu’avec les torrents on se partage les fichiers torrent ou liens magnets directement sans site centralisateur, ou par gossip comme avec Tribler (financé par l’Europe steuplet !) Sauf quand on utilise adblock, ou qu’avec les torrents on se partage les fichiers torrent ou liens magnets directement sans site centralisateur, ou par gossip comme avec Tribler (financé par l’Europe steuplet !)

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Commentaires sur L’écosystème des contenus piratés par galex-713 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72475 https://framablog.org/2017/06/02/contenus-pirates-ecosyteme/#comment-72475 Tue, 20 Jun 2017 15:50:18 CDT galex-713 at Commentaires pour Framablog Sur un site de DDL, tu peux regarder en streaming, t’as qu’à mettre l’url directe dans vlc ou autre lecteur plutôt que de la télécharger. Et vice versa, c’est juste compliqué (ou ça demande des plugins). Par contre garder hors-ligne sa propre copie quand t’as téléchargé via un site de ddl ne sert à rien d’autre qu’individuellement. Si le site ferme, le contenu ne sera probablement même pas accessible à tes connaissances directes qui sans même te demander si t’en a une copie, se contenteront de remarquer que le contenu a disparu de tous les sites de streaming/ddl trouvés sur google… Or avec le torrent tu gardes cette pérénité. Sur un site de DDL, tu peux regarder en streaming, t’as qu’à mettre l’url directe dans vlc ou autre lecteur plutôt que de la télécharger. Et vice versa, c’est juste compliqué (ou ça demande des plugins).

Par contre garder hors-ligne sa propre copie quand t’as téléchargé via un site de ddl ne sert à rien d’autre qu’individuellement. Si le site ferme, le contenu ne sera probablement même pas accessible à tes connaissances directes qui sans même te demander si t’en a une copie, se contenteront de remarquer que le contenu a disparu de tous les sites de streaming/ddl trouvés sur google…

Or avec le torrent tu gardes cette pérénité.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Questions/Réponses • Re: Framagenda & google calendar https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39968&p=296041#p296041 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39968&p=296041#p296041 Tue, 20 Jun 2017 15:44:41 CDT yostral at Framagora Alors là, je viens de tomber là-dessus : https://help.nextcloud.com/t/sharing-ne ... ndar/12935Si tu comprends l'anglais, visiblement, ça doit être possible. J'ai donc dit des bêtises avant,Statistiques: Publié par yostral — Mar 20 Juin, 2017 21:44 https://help.nextcloud.com/t/sharing-ne ... ndar/12935

Si tu comprends l'anglais, visiblement, ça doit être possible. J'ai donc dit des bêtises avant,

Statistiques: Publié par yostral — Mar 20 Juin, 2017 21:44


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Mise à jour de Framapiaf (https://status.framasoft.org/incident/269) https://framasphere.org/p/3399190 https://framasphere.org/p/3399190 Tue, 20 Jun 2017 08:50:27 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Mise à jour de Framapiaf #framasoft #statutframasoft Le Jeudi 22 juin 2017 à partir de 10h, nous mettrons à jour la version de Mastodon qui fait tourner Framapiaf. Cette mise à jour pourrait durer plus longtemps que les autres car nous passons de la version 1.3.2 à la version 1.4.3, et de multiples étapes sont nécessaires. Mise à jour de Framapiaf

#framasoft #statutframasoft

Le Jeudi 22 juin 2017 à partir de 10h, nous mettrons à jour la version de Mastodon qui fait tourner Framapiaf. Cette mise à jour pourrait durer plus longtemps que les autres car nous passons de la version 1.3.2 à la version 1.4.3, et de multiples étapes sont nécessaires.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
La face cachée du web, de la vie, de l'univers, du reste (https://f... https://framasphere.org/p/3398479 https://framasphere.org/p/3398479 Tue, 20 Jun 2017 06:10:17 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed La face cachée du web, de la vie, de l'univers, du reste Nous sommes bombardés presque chaque semaine d'alertes à la catastrophe numérique ou de pseudo-enquêtes au cœur du Dark Web, censé receler des dangers et des malfaisants, quand il ne s'agit pas d'une conspiration pour diriger le monde. #framablog #framasoft #Libre #free #darkweb #debat #internet #interview #livre #securite Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/ La face cachée du web, de la vie, de l'univers, du reste

Nous sommes bombardés presque chaque semaine d'alertes à la catastrophe numérique ou de pseudo-enquêtes au cœur du Dark Web, censé receler des dangers et des malfaisants, quand il ne s'agit pas d'une conspiration pour diriger le monde.

#framablog #framasoft #Libre #free #darkweb #debat #internet #interview #livre #securite

Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
La face cachée du web, de la vie, de l’univers, du reste https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/ https://framablog.org/2017/06/20/la-face-cachee-du-web-de-la-vie-de-lunivers-du-reste/ Tue, 20 Jun 2017 06:02:17 CDT framasoft at Framablog Nous sommes bombardés presque chaque semaine d’alertes à la catastrophe numérique ou de pseudo-enquêtes au cœur du Dark Web, censé receler des dangers et des malfaisants, quand il ne s’agit pas d’une conspiration pour diriger le monde. Une fois retombé … Lire la suite­­ Nous sommes bombardés presque chaque semaine d’alertes à la catastrophe numérique ou de pseudo-enquêtes au cœur du Dark Web, censé receler des dangers et des malfaisants, quand il ne s’agit pas d’une conspiration pour diriger le monde.

Une fois retombé le coup de trouille, on se remet à regarder des photos de chatons sur le ouèbe. Mais un éclair de lucidité, parfois, troue le brouillard : comment je sais ce qu’il y a de vrai là-dedans ? Entre la fantasque théorie du complot et les authentiques agissements de personnages obscurs, comment trier ?
Il n’est pas facile d’accéder à une information fiable : les spécialistes sont peu nombreux, plutôt discrets (nous avons par exemple vainement essayé pendant deux ans d’obtenir une interview d’une « pointure »), voire peu enclins à communiquer au-delà des anathèmes volcaniques qu’ils déversent de loin en loin sur les mauvaises pratiques, ce qui n’aide pas trop le commun des mortels.

C’est pourquoi la parution récente du livre de Rayna Stamboliyska « La face cachée d’Internet » nous apparaît comme une excellente nouvelle : son livre est celui d’une spécialiste qui s’efforce de mettre à notre portée des éléments parfois épineux à comprendre. Quand on a comme elle fait une thèse en génétique et bio-informatique et un master spécialisé en « défense, sécurité et gestion de crise », on n’a pas forcément l’envie et le talent de s’adresser à tous comme elle fait fort bien.

Merci donc à Rayna pour cet effort d’éducation populaire et pour avoir accepté de répondre à quelques questions pour le Framablog, parce qu’elle ne mâche pas ses mots et franchement ça fait plaisir.

 

Salut Rayna, peux-tu te présenter ?

— Je trolle, donc je suis ?

Ce qui m’intéresse, c’est la gestion de l’incertitude et comment les organisations y font face. Du coup, j’ai tendance à saouler tout le monde quand je parle de sextoys connectés par exemple, parce que ça tourne notamment autour des modèles de menaces et des façons de les pwn (i.e., les compromettre techniquement).

Au cours de mes études, ma thématique a toujours été l’impact de la technique et des données (qu’elles soient ouvertes ou non) sur nous, avec un focus qui a graduellement évolué pour passer de la recherche vers les situations de conflits/post-conflits (armés, j’entends), vers l’évaluation de risques et la gouvernance de projets techniques en lien avec les données.

Avoir un nom d’espionne russe, c’est cool pour parler de surveillance de masse ?

Mmmm, je suis plus parapluie bulgare que tchaï au polonium russe, mais admettons. Quant à la surveillance de masse… faut-il une nationalité particulière pour s’en émouvoir et vouloir s’y opposer ?

Ce que mes origines apportent en réalité, c’est une compréhension intime d’enjeux plus globaux et de mécanismes de gouvernance et d’influence très différents auxquels les pays occidentaux dont la France n’ont pas été franchement confrontés. Ainsi, les oppositions que je peux formuler ne sont pas motivées par une position partisane en faveur de telle asso ou telle autre, mais par des observations de comment ça marche (#oupas) une fois implémenté.

C’est sûr, la Stasi et les régimes communistes totalitaires de l’Est n’appelaient pas ça big data  ; mais l’idée était la même et l’implémentation tout aussi bancale, inutile et inefficace. La grosse différence est probablement que ces régimes disposaient de cerveaux humains pour analyser les informations recueillies, chose qui manque cruellement à l’approche actuelle uniquement centrée sur la collecte de données (oui, je sais, il y a des algorithmes, on a de la puissance de calcul, toussa. Certes, mais les algos, c’est la décision de quelqu’un d’autre).

Au risque de vous spoiler la fin de mon bouquin, il faut bien comprendre ce qui se joue et y agir avec finesse et pédagogie. La recherche du sentiment de sécurité nous est inhérente et, rappelons-le, est très souvent indépendante de la réalité. Autrement dit, on peut très bien se sentir protégé⋅e alors que les conditions matérielles ne sont pas réunies pour qu’on le soit. Mais parfois, le sentiment de sécurité, même s’il n’est pas fondé, suffit pour prévenir de vrais problèmes. Il y a donc un équilibre vraiment difficile à trouver : c’est le moment de sortir le cliché des 50 nuances de sécu et d’en rajouter une couche sur la finesse et la pédagogie des approches. Si nous sommes les sachant⋅e⋅s d’un domaine, alors comportons-nous en adultes responsables et faisons les choses correctement.

Dans le cas de la surveillance généralisée, ces efforts sont d’autant plus indispensables qu’on est face à une situation très complexe où des questions techniques, politiques et de sécurité des populations se mélangent. Il ne faut pas oublier qu’on n’est pas outillés pour comprendre comment fonctionne le renseignement uniquement parce qu’on est un⋅e adminsys qui tue des bébés phoques à coup de Konsole (oui, je suis une fière fan de KDE).

Et Malicia Rogue, elle va bien ? Pourquoi cette double identité en ligne ?

Nous allons bien, merci :-) La double identité date d’il y a très longtemps (2005, par là) et elle était à l’origine motivée par le fait que la science et la politique ne font pas bon ménage. En effet, dans une précédente vie, je faisais de la recherche (génétique évolutive, maladies infectieuses, bio-informatique) ; dans ce monde-là, la prise de position politique est souvent perçue comme une tare. Du coup, il était important de tenir les deux identités séparées, de la façon la plus étanche possible de préférence.

Est-ce que tu es une Anonymousse (au chocolat) ?

Oui, mais chocolat noir seulement, et merci de me passer la cuillère aussi.

Nous, on sait que tu es légitime pour parler de sécurité informatique, mais on a vu que dans un milieu souvent très masculin tu t’es heurtée à des personnes qui doutaient à priori de tes compétences. Et ne parlons pas des premiers à réagir qui n’ont rien lu mais tout compris  ! Pas de problème de ce côté avec ton éditeur ?

Alors, plusieurs choses ici. Je sais que ça va susciter l’ire de plein de gens, mais il faut dire les choses clairement : il y a un sexisme quotidien dans les milieux tech et science. Je suis sûre que ça existe ailleurs aussi, hein, mais disons que ce qui nous préoccupe ici, c’est le milieu tech.

C’est un grand mystère, d’ailleurs. Je viens de l’Est, où malgré toutes les mauvaises choses, les organes génitaux de naissance n’ont pas vraiment été un critère de compétence. On m’a éduquée à faire des choses réfléchies et à savoir argumenter et structurer mes opinions : ce sont les actions qui parlent. La pire discrimination à laquelle j’ai eue à faire face, a été de faire de la bio (une « sous-science » pour mes profs de maths à la fac et ma mère, prof de maths sup’ aussi).

Du coup, débarquer en Europe de l’Ouest et dans le pays des droits humains pour me heurter à la perception qu’avoir des ovaires fait de quelqu’un un sous-humain a été un choc. Et c’est encore pire quand on y pense : les stéréotypes sexistes, c’est bidirectionnel, ils font pareillement mal à toutes les personnes qui les subissent. J’ai décidé de continuer à faire comme d’habitude : construire des trucs. Si je commets des erreurs, je corrige, et si on m’embête inutilement, je mords poliment. :-)

C’est harassant à la longue, hein. Je pense qu’il faut réguler ce genre de réactions, ensemble. C’est très simple : si l’on vous fait vous sentir que vous êtes malvenu⋅e, la plupart du temps la réaction est la fuite. Si on me fait me sentir malvenue, je pars, je serai bien accueillie ailleurs et les projets passionnants avec des gens adorables ne manquent pas. Alors, c’est dommage pour les projets, certes intéressants, mais portés par ceux et celles qui s’imaginent qu’être rustre à longueur de journée, c’est avoir un caractère fort et assumé.

Quant à mon éditeur… On a passé plus de 4 heures à discuter lors de notre première rencontre, il fallait cadrer le sujet et le calendrier. La question de genre ne s’est jamais posée. J’avais face à moi des gens intéressés et passionnés, j’ai fait de mon mieux pour répondre à la demande et … c’est tout. :-)

Tu es proche des assos du libre ou farouchement indépendante ?

Les deux, mon capitaine. Même si j’apprécie mon statut d’électron libre.

Ton bouquin parle du darkweb. Mais alors ça existe vraiment ?

Beh oui. C’est l’ensemble des pages web dont la CSS contient :

body {
    background : #000 !important ;
}

Ton ouvrage est particulièrement bienvenu parce qu’il vise à démystifier, justement, ce fameux darkweb qui est surtout une sorte de réservoir à fantasmes divers.

Une petite critique tout de même : la couverture fait un peu appel au sensationnalisme, non ?

C’est ton choix ou celui de l’éditeur ?

Alors… il y a eu plusieurs versions de couverture sur lesquelles j’ai eu un pouvoir limité. La v.1 était la pire : il y avait un masque Anonymous dessus et du code Visual Basic en arrière-plan. J’ai proposé de fournir des bouts de vrai code de vrais malwares en expliquant que ça nuirait sensiblement à la crédibilité du livre si le sujet était associé pour la postérité à une disquette. Par la suite, le masque Anonymous a été abandonné, j’aime à penser suite à mes suggestions de faire quelque chose de plus sobre. On est donc resté sur des bouts du botnet Mirai et du noir et rouge.

Outre le fait que ce sont mes couleurs préférées et qu’elles correspondent bien aux idées anarchistes qui se manifestent en filigrane ci et là, je l’aime bien, la couv’. Elle correspond bien à l’idée que j’ai tenté de développer brièvement dans l’intro : beaucoup de choses liées au numérique sont cachées et il est infiniment prétentieux de se croire expert ès tout, juste parce qu’on tape plus vite sur son bépo que le collègue sur son qwerty. Plus largement, il y a une vraie viralité de la peur à l’heure du numérique : c’est lorsque le moyen infecte le message que les histoires menaçantes opèrent le mieux, qu’elles aient ou non un fondement matériel. Dans notre cas, on est en plein dans la configuration où, si on pousse un peu, « Internet parle de lui-même ».

Enfin, les goûts et les couleurs… Ce qui me fait le plus halluciner, c’est de voir le conditionnement chez de nombreuses personnes qui se veulent éduquées et critiques et qui m’interpellent de façon désobligeante et misogyne sur les réseaux sociaux en m’expliquant qu’ils sont sûrs que ce que je raconte est totalement débile et naze parce que la couverture ne leur plaît pas. Je continue à maintenir que ce qui compte, c’est le contenu, et si d’aucuns s’arrêtent aux détails tels que le choix de couleurs, c’est dommage pour eux.

Élection de Trump, révélations de Snowden, DieselGate, Anonymous, wannaCry, tous ces mots à la mode, c’est pour vendre du papier ou il faut vraiment avoir peur ?

Da.

Plus sérieusement, ça ne sert à rien d’avoir peur. La peur tétanise. Or, nous, ce qu’on est et ce qu’on veut être, c’est des citoyens libres ET connectés. C’est comprendre et agir sur le monde qu’il faut, pas se recroqueviller et attendre que ça se passe. J’en profite d’ailleurs pour rappeler qu’on va nous hacher menu si on ne se bouge pas : revoyons nos priorités, les modèles de menaces législatifs (au hasard, le projet de loi anti-terrorisme), soutenons La Quadrature, des Exégètes, etc. et mobilisons-nous à leurs côtés.

Est-ce que tu regrettes qu’il n’y ait pas davantage d’implication militante-politique chez la plupart des gens qui bossent dans le numérique ?

Oui. Du coup, c’est digital partout, numérique nulle part. J’ai vraiment l’impression d’être projetée dans les années où je devais prévoir deux identités distinctes pour parler science et pour parler politique. Aujourd’hui, ce non-engagement des scientifiques leur vaut des politiques publiques de recherche totalement désastreuses, des gens qui nient le changement climatique à la tête du ministère de la recherche aux USA, etc. Le souci est là, désolée si je radote, mais : si on n’est pas acteur, on est spectateur et faut pas venir couiner après.

Quel est le lectorat que vise ton livre : le grand public, les journalistes, la communauté de la sécurité informatique… ? Est-ce que je vais tout comprendre ?

Il y a un bout pour chacun. Bon, le grand public est une illusion, au même titre que la sempiternelle Mme Michu ou que sais-je. Cette catégorie a autant d’existence que « la ménagère de moins de 50 ans » dans le ciblage publicitaire de TF1. J’ai aussi gardé mon style : je parle comme j’écris et j’écris comme je parle, je crois que ça rend la lecture moins pénible, enfin j’espère.

Les non-sachants de la technique ne sont pas des sous-humains. Si on veut travailler pour le bien de tous, il faut arrêter de vouloir que tout le monde voie et vive le monde comme on veut. Vous préférez que votre voisin utilise Ubuntu/Debian/Fedora en ayant la moitié de sa domotique braillant sur Internet et en risquant un choc anaphylactique face au premier script kiddie qui pwn son frigo connecté pour déconner, ou bien que les personnes utilisent des outils de façon plus sensible et en connaissance des risques ? Perso, à choisir, je préfère la 2e option, elle m’a l’air plus durable et contribue – je crois – à réduire la quantité globale d’âneries techniques qui nous guettent. Parce que la sécurité du réseau est celle de son maillon le plus faible. Et on est un réseau, en fait.

Je pense que chacun y trouvera des choses à se mettre sous la dent : une lecture moins anxiogène et plus détaillée de certains événements, une vision plus analytique, des contextualisations et une piqûre de rappel que les clicodromes et les certifs ne sont pas l’alpha et l’oméga de la sécurité, etc. Les retours que je commence à avoir, de la part de gens très techniques aussi, me confortent dans cette idée.

Tu rejoins la position d’Aeris qui a fait un peu de bruit en disant : « On brandit en permanence le logiciel libre à bout de bras comme étant THE solution(…). Alors que cette propriété n’apporte en réalité plus aucune protection.  » ?

Je l’ai même référencé, c’est dire :-)

Plus largement, j’ai été très vite très frustrée par le fait que les libertés fournies par le logiciel libre ignorent totalement … ben tout le reste. Il a fallu attendre des années pour que le discours autour du logiciel englobe aussi les données, les contenus éducatifs, les publications scientifiques, etc. Il n’y a pas de synthèse et les voix qui appellent à une vision plus systémique, donc à des approches moins techno-solutionnistes, sont très rares. La réflexion d’Aeris est une tentative appréciable et nécessaire de coup de pied dans la fourmilière, ne la laissons pas péricliter.

Qu’est-ce qui est le plus énervant pour toi : les journalistes qui débitent des approximations, voire des bêtises, ou bien les responsables de la sécu en entreprise qui sont parfois peu compétents ?

Les deux. Mais je pense que de nombreux journalistes prennent conscience d’ignorer des choses et viennent demander de l’aide. C’est encourageant :-) Quant aux RSSI… il y a de très gros problèmes dans les politiques de recrutement pour ces postes, mais gardons ce troll cette discussion pour une prochaine fois.

L’un de tes titres est un poil pessimiste : « on n’est pas sorti de l’auberge ». C’est foutu, « ils » ont gagné ?

« Ils » gagneront tant qu’on continue à s’acharner à perdre.

Je suis un utilisateur ordinaire d’Internet (chez Framasoft, on dit : un DuMo pour faire référence à la famille Dupuis-Morizeau), est-ce que j’ai un intérêt quelconque à aller sur le darkweb ? Et si j’y vais, qu’est-ce que je risque ?

Je ne sais pas. Je suis une utilisatrice ordinaire des transports en commun, est-ce que j’ai un intérêt quelconque à aller en banlieue ? L’analogie m’est soufflée par cet excellent article.

Mais bon, j’ai assez spoilé, alors je ne dirai qu’une chose : GOTO chapitre 3 de mon livre, il ne parle que de ça. ;-)

On a noté un clin d’œil à Framasoft dans ton livre, merci. Tu nous kiffes ?

Grave. :-)

Mais alors pourquoi tu n’as pas publié ton bouquin chez Framabook ?

Parce que ce n’est pas à « nous » que je m’adresse . La famille Michu, la famille DuMo, bref, « les gens » quoi, ont des canaux d’information parallèles, voire orthogonaux à ceux que nous avons. Je ne veux pas prêcher des convaincus, même si je sais très bien que les sachants de la technique apprendront beaucoup de choses en me lisant. Ce n’est pas de la vantardise, ce sont des retours de personnes qui m’ont lue avant la publication, qui ont fait la relecture ou qui ont déjà fini le bouquin. Pour parler à autrui, il faut le rencontrer. Donc, sortir de chez nous !

D’ailleurs, j’en profite pour râler sur ces appellations ignares auxquelles je cède parfois aussi : Mme/la famille Michu, la famille DuMo ou, pire, le déshumanisant et préféré de nombreux libristes qu’est « les gens ». Ce sont d’autres humains et on ne peut pas se plaindre qu’ils ne veulent pas s’intéresser à nos sujets super-méga-trop-bien en les traitant d’imbéciles. On est toujours les gens de quelqu’un (dixit Goofy que je cite en l’état parce qu’il a raison).

Tu déclares dans un Pouet(*) récent : « …à chaque fois que le sujet revient sur le tapis, je me pose la même question : devrait-on continuer à décentraliser (== multiplier de très nombreuses structures petites, agiles *et* potentiellement fragiles) ou clusteriser davantage pour faire contrepoids ? Je n’ai pas de réponse pour l’instant… » Est-ce que tu es sceptique sur une initiative comme celle des CHATONS, qui vise justement à décentraliser ?

Ce n’est pas une question de scepticisme à l’égard de [insérer nom de techno/asso/initiative chérie ici].

Prenons un exemple annexe : l’anarchisme comme mode d’organisation politique. Fondamentalement, c’est le système le plus sain, le plus participatif, le moins infantilisant et le plus porteur de libertés qui soit (attention, je parle en ayant en tête les écrits des théoriciens de l’anarchisme, pas les interprétations de pacotille de pseudo-philosophes de comptoir qu’on nous sert à longueur de journée et qui font qu’on a envie de se pendre tellement ça pue l’ignorance crasse).

Il y a cependant différents problèmes qui ont cristallisé depuis que ce type d’organisation a été théorisé. Et celui qui m’apparaît comme le plus significatif et le moins abordé est la démographie. Faire une organisation collégiale, avec des délégués tournants, ça va quand on est 100, 10 000 ou même 1 million. Quand on est 7 milliards, ça commence à être très délicat. Les inégalités n’ont pas disparu, bien au contraire, et continuent à se transmettre aux générations. Les faibles et vulnérables le demeurent, au mieux.

Résultat des courses : il y a une vision élitiste – et que je trouve extrêmement méprisante – qui consiste à dire qu’il faut d’abord éduquer « les gens » avant de les laisser s’impliquer. Le problème avec la morale, c’est que c’est toujours celle des autres. Alors, le coup de « je décide ce qui constitue une personne civiquement acceptable d’après mon propre système de valeurs qui est le plus mieux bien de l’univers du monde » est constitutif du problème, pas une solution. Passer outre ou, pire, occulter les questions de gouvernance collective est dangereux : c’est, sous prétexte que machin n’est pas assez bien pour nous, créer d’autres fossés.

Pour revenir à la question de départ donc, je suis une grande fan de la décentralisation en ce qu’elle permet des fonctionnements plus sains et responsabilisants. Ce qui me manque est une organisation rigoureuse, une stratégie. Ou probablement il y en a une, mais elle n’est pas clairement définie. Ou probablement, notre détestation du « management » et de la « communication » font qu’on s’imagine faire du bazaar durable ? Le souci est que, de ce que j’ai vu par ex. au CCC, pour que le bazaar marche, y a une p*tain de cathédrale derrière (rappel : « L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre. »). La rigueur d’une organisation n’est pas un gros mot. Est-on prêt-es à s’y astreindre ? Je ne sais pas.

Après, j’ai une propension non-négligeable à me faire des nœuds au cerveau et à aimer ça. Ptet que je m’en fais inutilement ici… mais sans débat régulier et des échanges plus ouverts, comment savoir ?

Le dernier mot est pour toi, comme d’hab sur le Framablog…

Le tact dans l’audace, c’est savoir jusqu’où on peut aller trop loin. Beaucoup sont passionné⋅e⋅s par les questions et les enjeux du numérique, tellement passionné⋅e⋅s que leurs comportements peuvent devenir pénibles. Je pense aux micro-agressions quotidiennes, aux vacheries envoyées à la tronche de certain⋅e⋅s et au sexisme ordinaire. Beaucoup sont épuisés de ces attitudes-là. Il ne s’agit pas de se vivre en Bisounours, mais de faire preuve de tact et de respect. Celles et ceux qui s’échinent à porter une bonne et raisonnable parole publiquement ont déjà assez à faire avec toutes les incivilités et l’hostilité ambiantes, ils n’ont pas besoin de votre mauvaise humeur et manque de tact.

Pensez-y au prochain pouet/tweet/mail/commentaire IRC.

 

Pour en savoir plus : http://www.face-cachee-internet.fr/
Pour rencontrer Rayna à la librairie de Bookynette

(*)Pour retrouver les Pouets de Malicia Rogue sur le réseau social libre et fédéré Mastodon

 

 

 

 

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Questions/Réponses • Re: Framagenda & google calendar https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39968&p=296040#p296040 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39968&p=296040#p296040 Tue, 20 Jun 2017 02:24:04 CDT lucieaz at Framagora ok merci du coup, framagenda n'est utilisable que si les contacts avec lesquels je partage des calendriers l'utilisent aussi ?Statistiques: Publié par lucieaz — Mar 20 Juin, 2017 08:24
du coup, framagenda n'est utilisable que si les contacts avec lesquels je partage des calendriers l'utilisent aussi ?

Statistiques: Publié par lucieaz — Mar 20 Juin, 2017 08:24


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Questions/Réponses • Re: Framateam / pb de serveurs ? https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39967&p=296039#p296039 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39967&p=296039#p296039 Mon, 19 Jun 2017 15:36:35 CDT yostral at Framagora Il en me semble pas qu'il y ait eu des soucis ces jours-ci avec Framateam. Je te conseille plutôt de passer par contact.framasoft.org , tu auras plus de réponses qu'ici concernant ce genre de soucis.Statistiques: Publié par yostral — Lun 19 Juin, 2017 21:36 Statistiques: Publié par yostral — Lun 19 Juin, 2017 21:36


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Questions/Réponses • Re: Framagenda & google calendar https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39968&p=296038#p296038 https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=39968&p=296038#p296038 Mon, 19 Jun 2017 15:33:58 CDT yostral at Framagora Bonjour lucieaz et bienvenue sur Framagora.Il ne me semble pas que ce que tu demandes soit possible. Ce sont 2 services d'agendas différents et aucun ne propose ça il me semble. En tout cas pas Framagenda.Statistiques: Publié par yostral — Lun 19 Juin, 2017 21:33
Il ne me semble pas que ce que tu demandes soit possible. Ce sont 2 services d'agendas différents et aucun ne propose ça il me semble. En tout cas pas Framagenda.

Statistiques: Publié par yostral — Lun 19 Juin, 2017 21:33


]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Passage de lite5.framapad.org en lecture seule, (https://status.fra... https://framasphere.org/p/3393649 https://framasphere.org/p/3393649 Mon, 19 Jun 2017 03:00:08 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Passage de lite5.framapad.org en lecture seule, #framasoft #statutframasoft Jeudi 22 juin, à partir de 10h, nous rendrons lite5.framapad.org indisponible afin de le passer en lecture seule comme nous l'avons déjà fait avec lite.framapad.org. Nous ne pouvons nous engager sur la durée de l'indisponibilité : l'expérience des migrations de lite.framapad.org et lite2.framapad.org nous a montré que des enregistrements peuvent être invalides et nous devons les traiter manuellement… sans compter le nombre élevé de pads à transférer. Il est probable que la migration dure plusieurs jours, nous vous encourageons donc à copier dès aujourd'hui le contenu de vos pads pour pouvoir les consulter pendant la durée de la migration. Passage de lite5.framapad.org en lecture seule,

#framasoft #statutframasoft

Jeudi 22 juin, à partir de 10h, nous rendrons lite5.framapad.org indisponible afin de le passer en lecture seule comme nous l'avons déjà fait avec lite.framapad.org. Nous ne pouvons nous engager sur la durée de l'indisponibilité : l'expérience des migrations de lite.framapad.org et lite2.framapad.org nous a montré que des enregistrements peuvent être invalides et nous devons les traiter manuellement… sans compter le nombre élevé de pads à transférer. Il est probable que la migration dure plusieurs jours, nous vous encourageons donc à copier dès aujourd'hui le contenu de vos pads pour pouvoir les consulter pendant la durée de la migration.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapic : un nouvel outil pour créer une galerie photo ! (https://... https://framasphere.org/p/3384048 https://framasphere.org/p/3384048 Fri, 16 Jun 2017 07:00:29 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Framapic : un nouvel outil pour créer une galerie photo ! Framapic, notre outil d’hébergement d’images, est basé sur Lutim, un logiciel développé par Luc, notre administrateur-système, souvent sur son temps libre. #framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #framapic #gafam #images #planet #rezotic Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/16/framapic-un-nouvel-outil-pour-creer-une-galerie-photo/ Framapic : un nouvel outil pour créer une galerie photo !

Framapic, notre outil d’hébergement d’images, est basé sur Lutim, un logiciel développé par Luc, notre administrateur-système, souvent sur son temps libre.

#framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #framapic #gafam #images #planet #rezotic

Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/16/framapic-un-nouvel-outil-pour-creer-une-galerie-photo/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framapic : un nouvel outil pour créer une galerie photo ! https://framablog.org/2017/06/16/framapic-un-nouvel-outil-pour-creer-une-galerie-photo/ https://framablog.org/2017/06/16/framapic-un-nouvel-outil-pour-creer-une-galerie-photo/ Fri, 16 Jun 2017 06:57:16 CDT framasoft at Framablog Framapic, notre outil d’hébergement d’images, est basé sur Lutim, un logiciel développé par Luc, notre administrateur-système, souvent sur son temps libre. Inutile de vous dire que nous aussi, on se demande quand il prend le temps de dormir, quand on … Lire la suite­­ Framapic, notre outil d’hébergement d’images, est basé sur Lutim, un logiciel développé par Luc, notre administrateur-système, souvent sur son temps libre.

Inutile de vous dire que nous aussi, on se demande quand il prend le temps de dormir, quand on voit les évolutions qu’il apporte à son code !

Une galerie photo à portée de clic !

La dernière nouveauté en date est de taille : on peut désormais créer une galerie d’images depuis la liste des fichiers envoyés. Un lien vers une galerie était déjà créé lors de l’envoi de plusieurs images, mais on devait envoyer toutes les images de sa galerie en une seule fois.

Or Framapic (à l’aide du localstorage) peut se souvenir des images que vous avez versées sur nos serveurs. Il ne manquait plus qu’un outil permettant de piocher dans vos images pour choisir ce que vous désirez mettre dans votre galerie… Vous en avez rêvé ? (nous aussi ^^ !)

Eh bien Luc l’a fait ! Vous pouvez maintenant en créer une n’importe quand à partir de votre bibliothèque et partager cette galerie photo en un seul lien !

La preuve en images

Pouhiou veut rassembler les images des deux derniers Framabooks (La Nef des Loups, et Grise Bouille Tome 2) et de leurs auteurs dans une galerie. Il sait qu’il a déjà envoyé la couverture de Grise Bouille et la photo de son auteur, Gee, sur Framapic. Il commence donc par ajouter les fichiers de La Nef des loups : la couverture du livre et la photo de Yann Kervran, son auteur.

Roh ! Tout plein de liens pour faire tout plein de les choses !

Alors certes, Pouhiou voit qu’il a un lien vers la galerie de ces deux images (cf. l’encadré rouge), mais les autres photos se trouvent déjà dans Framapic… Et puis Pouhiou est une tête de linotte, il oublie de copier ce lien et ferme cet onglet pour aller voir une vidéo de tricot.

Quelques heures plus tard (oui : le tricot, c’est long), Pouhiou revient sur Framapic et décide de construire sa galerie. Pour cela, il clique sur « Mes images ».

C’est relativement facile à trouver, se dit-il.

Là, il se trouve devant un tableau récapitulant les images qu’il a déjà ajoutées à Framapic. Il lui suffit de cocher les quatre qui l’intéressent et de copier le lien de la galerie, en haut (d’ailleurs, le petit bouton à droite du lien de la galerie copie automatiquement ce long lien dans son presse-papier… pratique !)

Image élue gif de l’année.

Une fois le lien copié, il lui suffit de le coller dans la barre d’adresse de son navigateur pour le voir, ou dans un email, par exemple, s’il veut le partager. Et le résultat est là !

D’ailleurs, ce sont des supers livres pour cet été. À découvrir sur Framabook.

Voilà, désormais, créer une galerie d’images qui respecte les données de chacun·e, c’est simple comme quelques clics ! Merci, Luc !

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framavox : faites encore mieux entendre votre voix ! (https://frama... https://framasphere.org/p/3383896 https://framasphere.org/p/3383896 Fri, 16 Jun 2017 06:20:11 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Framavox : faites encore mieux entendre votre voix ! Il y a quelques mois, nous vous présentions Framavox, un outil de prise de décisions en groupe, de manière horizontale. Aujourd'hui, découvrons ensemble les nouvelles fonctionnalités de ce service. #framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #framavox #gafam #loomio #planet #rezotic #service Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/16/framavox-faites-encore-mieux-entendre-votre-voix/ Framavox : faites encore mieux entendre votre voix !

Il y a quelques mois, nous vous présentions Framavox, un outil de prise de décisions en groupe, de manière horizontale. Aujourd'hui, découvrons ensemble les nouvelles fonctionnalités de ce service.

#framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #framavox #gafam #loomio #planet #rezotic #service

Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/16/framavox-faites-encore-mieux-entendre-votre-voix/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framavox : faites encore mieux entendre votre voix ! https://framablog.org/2017/06/16/framavox-faites-encore-mieux-entendre-votre-voix/ https://framablog.org/2017/06/16/framavox-faites-encore-mieux-entendre-votre-voix/ Fri, 16 Jun 2017 06:13:26 CDT framasoft at Framablog Il y a quelques mois, nous vous présentions Framavox, un outil de prise de décisions en groupe, de manière horizontale. Aujourd’hui, découvrons ensemble les nouvelles fonctionnalités de ce service. Loomio, l’outil que les GAFAM n’ont même pas :p ! Le principe … Lire la suite­­ Il y a quelques mois, nous vous présentions Framavox, un outil de prise de décisions en groupe, de manière horizontale. Aujourd’hui, découvrons ensemble les nouvelles fonctionnalités de ce service.

Loomio, l’outil que les GAFAM n’ont même pas :p !

Le principe est simple : vous vous créez un compte, une équipe, vous y invitez vos collaborateurs et collaboratrices (et/ou vous les rejoignez dans une équipe déjà créée : on peut appartenir à plusieurs équipes !) et vous discutez de vos projets. À n’importe quel moment, chacun·e peut proposer un vote (avec une date de fin de vote) pour savoir où l’équipe en est. Notons que le logiciel Loomio, qui propulse Framavox, est aussi beau que pratique : on dirait un mur Facebook, mais en plus clair, aéré, dépouillé.

Loomio est développé par une entreprise sociale (sobrement nommée « Loomio »), des personnes qui ne cessent de nous émerveiller par leur réactivité, leur inventivité, et l’intelligence qu’ils/elles mettent dans leur logiciel libre (d’ailleurs, si vous voulez les soutenir, quittez vite Framavox pour prendre un hébergement chez eux !)

« Loomio permet de gagner du temps » : on confirme !

Récemment, cette joyeuse équipe a apporté une mise à jour majeure du logiciel Loomio. Non seulement cette mise à jour apporte encore plus d’ergonomie, mais surtout elle vous donne désormais le choix entre 5 différents types de votes (contre un auparavant).

Nous nous sommes empressé·e·s de mettre à jour le Loomio de Framavox pour que vous puissiez profiter au plus vite de cet outil qui sert déjà de nombreuses communautés militantes, associatives, etc. Notez cependant que des traductions en français (dans le logiciel et la documentation) ne sont pas encore finalisées… mais on y travaille !

En attendant, laissez-nous vous présenter les nouveautés de Framavox en ressuscitant le G.A.G., le « Groupe d’Action pour le Gras », qui nous avait déjà servi d’exemple factice lors de la présentation de Framavox.

Le G.A.G. organise son festival « Le Gras, c’est la vie ! »

Sandrine est ravie : depuis que le G.A.G. s’est mis à Framavox, on peut recentrer les discussions, ne plus perdre de temps dans d’interminables réunions et prendre des décisions horizontales et équitables en tenant compte des voix de chacun·e.

Lors de leur dernière rencontre, le G.A.G. a décidé d’organiser un festival à haute teneur en lipides et délices grassieux. Sandrine se dit que c’est l’occasion rêvée de tester les nouvelles fonctionnalités de Framavox. Elle se rend donc sur Framavox.org et se connecte avec son email et son mot de passe, puis elle clique dans la colonne de gauche pour se rendre sur la page des discussions du G.A.G.

La page du G.A.G. sur le Framavox de Sandrine

 

Déjà, l’interface est plus claire, épurée et ça, ça plaît à Sandrine qui n’aime pas être perdue dans un déluge d’informations. Par exemple, elle note que…

  1. …il y a un bouton « hamburger », ou « menu » et si elle le clique ça…
  2. …affiche ou ça masque la colonne de gauche, qui est claire et éloquente. Elle la masque, puis voit que…
  3. …elle a trois notifications, sur des discussions précédentes.

Pressée de commencer l’organisation de ce nouveau festival, Sandrine va cliquer sur le bouton « New decision » (tiens, la traduction n’a pas encore été faite, se dit-elle, c’est donc que ça a dû changer…). Et là, au lieu de voir l’unique type de vote auquel elle avait droit, elle se retrouve face à 5 possibilités.

Les 5 types de décisions disponibles

 

 

La proposition

Sandrine commence par faire une proposition pour vérifier que le G.A.G. est d’accord pour organiser ce festival. La proposition, elle connaît, c’était le vote qui existait déjà dans Framavox, qui permet d’exprimer un « Oui – Je m’abstiens – Non – Je Bloque le vote ». Ça tombe bien, c’est justement de cela dont elle avait besoin pour débuter ! Elle remplit donc le formulaire :

Elle utilise même les astuces de mise en page !

Puis elle va voir le résultat de son formulaire, afin d’aller donner son opinion.

Voilà ce que verront les participant·e·s à cette proposition.

La vérification

Le projet a été accepté et Sandrine a besoin de savoir qui dans le groupe peut donner du temps sur l’organisation de ce festival, afin de préparer le comité qui travaillera dessus. Elle décide d’utiliser l’outil de vérification de Framavox.

C’est tout simple à remplir !

Le résultat l’étonne : c’est simple, mais efficace ! Elle se dit qu’elle pourra l’utiliser dans de nombreux cas…

Le sondage

Quelques jours plus tard, il y a une décision importante à prendre. La mairie leur laisse le choix dans le lieu que le G.A.G. peut investir sur leur festival. La MJC, la salle des fêtes, la place du marché… Chaque choix a ses avantages et ses inconvénients et le G.A.G. les a déjà pesés dans une discussion Framavox. Sandrine se dit qu’il est l’heure de trancher (dans l’gras !), et décide de lancer un sondage.

Elle rajoute même une blague, pour faire bisquer Gégé.

Là encore, elle apprécie de pouvoir simplement proposer un choix multiple, avec autant de cases qu’elle le voudrait. Il n’y a plus qu’à aller faire entendre sa voix :

Le vote à points

Ça y est, le festival commence à se concrétiser, les sponsors et subventions sont là, le G.A.G. a donc un budget. C’est bien joli, mais suivant les priorités, on peut choisir de le répartir de multiples manières… Sandrine se dit que c’est l’occasion rêvée de tester le vote à points de Framavox : elle attribue 10 points à chaque membres, en leur expliquant que chacun de ces points représenterait 10 % du budget… Ainsi, en faisant la moyenne, elle saura où vont les priorités du G.A.G.

Il suffit d’expliquer à quoi peuvent correspondre les points.

Bien ! Elle a hâte de voir ce que vont donner les résultats, mais avant cela, il lui faut aller attribuer ses 10 points à elle !

Le sondage réunions

Le festival approche à grand pas ! Le comité d’organisation doit donc vite se réunir pour faire le point et mettre en place les derniers préparatifs… Lourde tâche que de trouver une date de réunion qui convienne -_-… D’habitude, pour cela, Sandrine utilisait Framadate, mais dans un groupe déjà établi sur Framavox, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique. Elle est donc heureuse d’avoir accès à l’outil de sondage réunions :

Easy, quand on connaît déjà Framadate !

C’est sommaire et ça fera parfaitement l’affaire. Sandrine n’oublie pas d’aller voir le résultat pour donner ses disponibilités.

La morale de cette histoire : pour un groupe déjà établi, Framavox (grâce à la puissance du logiciel Loomio) est devenu un outil complet : il est parfait pour cadrer chacune des discussions dans leur propre fil et proposer des votes adaptés en fonction de chaque type de décision que le groupe a à prendre. Et surtout, c’est là un outil qui permet à tou·te·s de faire entendre leur voix, donc d’éviter les jeux de hiérarchie et d’ego qui minent souvent un joyeux groupe comme le G.A.G.

Et si un groupe (factice ^^) dont la devise est « Le Gras, c’est la vie » n’a pas réussi à vous convaincre, ben il ne vous reste plus qu’à… tester par vous-même !

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Réinitialisation des données de https://lite3.framapad.org (https... https://framasphere.org/p/3379502 https://framasphere.org/p/3379502 Thu, 15 Jun 2017 05:50:12 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Réinitialisation des données de https://lite3.framapad.org #framasoft #statutframasoft Nous avons été avertis que certains pads manquaient suite au passage en lecture seule de https://lite3.framapad.org. Nous avons voulu relancer une récupération des données mais cela a réinitialisé la base de données. Pas d'affolement, nous avons toujours les données des pads, mais nous devons tout ré-importer (au lieu de n'importer que les manquants comme prévu). Désolé pour cette erreur. Réinitialisation des données de https://lite3.framapad.org

#framasoft #statutframasoft

Nous avons été avertis que certains pads manquaient suite au passage en lecture seule de https://lite3.framapad.org. Nous avons voulu relancer une récupération des données mais cela a réinitialisé la base de données. Pas d'affolement, nous avons toujours les données des pads, mais nous devons tout ré-importer (au lieu de n'importer que les manquants comme prévu). Désolé pour cette erreur.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
La Nef des loups, un framabook au XIIème siècle (https://framablog.... https://framasphere.org/p/3378690 https://framasphere.org/p/3378690 Thu, 15 Jun 2017 02:10:13 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed La Nef des loups, un framabook au XIIème siècle Le nouveau Framabook est... un polar historique ! Ce premier tome des aventures d'Ernaut de Jérusalem va vous faire aimer le moyen-âge (ou encore plus, si vous l'aimiez déjà ^^). #framablog #framasoft #Libre #free #cc #framabook #histoire #interview #livre #planet #rezotic Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/15/la-nef-des-loups-un-framabook-au-xiieme-siecle/ La Nef des loups, un framabook au XIIème siècle

Le nouveau Framabook est... un polar historique ! Ce premier tome des aventures d'Ernaut de Jérusalem va vous faire aimer le moyen-âge (ou encore plus, si vous l'aimiez déjà ^^).

#framablog #framasoft #Libre #free #cc #framabook #histoire #interview #livre #planet #rezotic

Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/15/la-nef-des-loups-un-framabook-au-xiieme-siecle/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
La Nef des loups, un framabook au XIIème siècle https://framablog.org/2017/06/15/la-nef-des-loups-un-framabook-au-xiieme-siecle/ https://framablog.org/2017/06/15/la-nef-des-loups-un-framabook-au-xiieme-siecle/ Thu, 15 Jun 2017 02:09:04 CDT framasoft at Framablog Le nouveau Framabook est… un polar historique ! Ce premier tome des aventures d’Ernaut de Jérusalem va vous faire aimer le Moyen Âge (ou encore plus, si vous l’aimiez déjà ^^). Gênes, 1156. Le Falconus quitte le port. À son bord, pèlerins, … Lire la suite­­ Le nouveau Framabook est… un polar historique ! Ce premier tome des aventures d’Ernaut de Jérusalem va vous faire aimer le Moyen Âge (ou encore plus, si vous l’aimiez déjà ^^).

Gênes, 1156. Le Falconus quitte le port. À son bord, pèlerins, marchands, membres de l’équipage et… un crime.
« À ainsi te mêler de tout, tu sais que tu t’attires des ennuis. »
Tandis que le jeune Ernaut mène l’enquête, l’exaltation des débuts laisse place à la maturité. Et si le voyage vers la Terre Promise était aussi un cheminement spirituel ?

Dans cette première enquête, à mi-chemin entre polar médiéval et roman d’aventure, Yann Kervran nous embarque dans un huis clos à la fois haletant et érudit. Sur cette inquiétante nef des fous, c’est aussi une partie de nous-mêmes que nous retrouvons, comme si nous étions compagnons d’Ernaut. En maître du genre, l’auteur ne fait pas que nous envoûter, il nous transporte dans ce monde tourmenté des croisades.

Ancien rédacteur en chef de magazines historiques (Histoire Médiévale, Histoire Antique, L’Art de la Guerre…), Yann Kervran se consacre désormais à l’écriture de fiction.

Photographe et reconstitueur historique enthousiaste depuis la fin de ses études universitaires, il trouve dans ces passions l’occasion de concilier goût pour la recherche et intérêt pour la mise en pratique et en scène de savoirs théoriques. Libriste convaincu, il participe de plus à de nombreux projets (dont un jeu vidéo libre !) : nous ne pouvions pas résister à l’envie de l’interviewer !

Cliquez sur la photo de Yann Kervran pour découvrir son site et son univers.

Bonjour Yann, pourrais-tu te présenter brièvement ?

Je suis un passionné d’histoire. J’ai créé et dirigé un certain nombre de magazines papier sur le sujet par le passé et j’ai eu envie de me tourner vers le livre voilà une dizaine d’années. Je fais également de la photographie, toujours sur des sujets historiques, et je donne parfois des conférences. J’ai également été très actif pour la promotion de la reconstitution historique, surtout médiévale, que je pratique depuis plus de vingt ans.

J’ai décidé voilà 5 ou 6 ans de me lancer dans un cycle de romans policiers au Moyen Âge, autour de la Méditerranée, surtout dans les territoires où se déroulaient les Croisades. Dans le troisième quart du XIIe siècle précisément. Je propose également des textes courts, Qit’a, qui prennent place dans cet univers, en périphérie et en marge des principaux récits. Ils sont publiés chaque mois sur mon site.

Tu publies aujourd’hui un roman d’aventures historiques, pourquoi le choix de ce genre ?

Je suis plongé dans l’univers des croisades depuis la fin de mes études et j’ai toujours eu envie d’en faire découvrir l’infinie richesse. C’est à chaque fois un crève cœur pour moi de constater la façon caricaturale dont elle est perçue. C’était ce qui avait motivé la création de mon premier magazine, Histoire Médiévale. Je suis en outre partisan d’une diffusion large des connaissances et la forme du roman d’aventure, du roman policier, me semblaient tout indiqués. J’en suis moi-même très amateur et il faut bien reconnaître que c’est là souvent la base de la culture historique de beaucoup de gens. L’enquête offre l’occasion de s’attacher aux humains, tout en mettant en valeur un ou deux aspects de la société.

Chouette ! C’est bourré d’Histoire ! Mais dis-moi, je peux emmener ton roman sur la plage sans me mettre à dormir ? Y’a une « histoire » avec un petit h ?

C’est là le cœur de mon travail : mettre en forme de façon attrayante toutes les informations que je dévore dans les articles et publications universitaires. Ce n’est que par la fictionnalisation, l’histoire avec un petit h, comme tu dis, que cela pourra se faire. Mes récits concernent des personnes inventées (pour la plupart), mais dont j’espère qu’elles sont des liens, des ami-e-s qui nous prennent par la main pour aller visiter leur monde. L’intrigue policière me donnait l’occasion d’avoir un cadre où faire cela, car j’étais inexpérimenté pour la rédaction de ce genre d’ouvrage. C’est ce qui m’a aidé à franchir le pas : j’avais des codes à respecter.

De façon générale, je ne suis vraiment pas amateur des livres où l’histoire est un décor plaqué sur un récit qui pourrait être moderne, comme peuvent l’être la plupart des films hollywoodiens, qui racontent toujours la même chose, au même rythme. Il me semble qu’il faut vraiment digérer longuement la documentation pour la faire sienne, et ensuite en nourrir son imagination. Il faut faire œuvre alchimique en quelque sorte. Ce n’est pas sans raison si le roman policier historique de référence est Le nom de la rose. Umberto Eco a longuement intériorisé tous les sujets dont il parle et les choses prennent vie sous sa plume sans qu’on ait l’impression de s’y confronter à du carton pâte. Bien au contraire, on en vient à oublier que Guillaume de Baskerville n’a jamais existé, pas plus que le manuscrit d’Adzo.

Cliquez sur la couverture pour aller télécharger et/ou acheter la version papier du Framabook.

Qu’est-ce qui t’attire donc dans ces siècles un peu obscurs ?

À dire le vrai, j’aime l’histoire de façon générale et j’ai choisi de me focaliser sur une courte tranche car on ne peut pas tout faire. Quoi qu’il en soit il me semble que cela m’a particulièrement attiré car j’ai le sentiment qu’il s’agit d’un siècle des possibles. Le monde est ouvert, bouillonnant, empli de symboles encore vivants, riches de potentiel. C’est à ce moment que le chœur de Saint-Denis est édifié, rien d’obscur là-dedans.

Mais c’est aussi une culture radicalement autre, même en Europe. Ils vivent dans un univers mental complètement étranger au nôtre, malgré la filiation que certains en tracent. De plus, en plaçant ma saga essentiellement au Moyen-Orient, j’augmente l’altérité. Mais en même temps, j’espère en faire percevoir toute l’humanité, les passions semblables, malgré les apparentes dissemblances.

Tu as dû te documenter assez longuement et de façon approfondie, est-ce parce que tu veux atteindre un certain réalisme ? Parce que tu as voulu donner un aspect documentaire au récit ?

Absolument. Cela fait partie selon moi du contrat passé avec lecteur : je me dois d’être le plus précis possible si je veux mériter le terme « historique ». À défaut d’une obligation de résultat, je me fixe une obligation de moyens. Je me tiens donc le plus possible au courant des dernières recherches (c’est pour cela que je fournis toujours une petite bibliographie). C’est aussi pour cela que j’indique le jour et le lieu précis de chaque scène, de façon à permettre de replacer chaque petit élément dans le cadre plus large de l’Histoire. Quand cela n’est pas fait, c’est juste pour ne pas trop en dévoiler au lecteur, pour les besoins narratifs.

Mais dans le wiki qui me sert à tracer tout cela, c’est noté précisément.

Tu décris des éléments de paysage, des odeurs, des couleurs qui permettent aux lecteurices de s’imaginer les lieux. Tu es allé dans les régions que tu évoques ?

En rêve souvent. Mais uniquement au XIIe siècle. Je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion d’aller au Moyen-Orient, je ne connais l’endroit que par les textes des chroniqueurs et voyageurs, ainsi que grâce à quelques correspondants. Par contre, pour les scènes qui se déroulent en Europe, c’est souvent lié à des endroits qui me parlent personnellement : j’ai grandi à la Charité-sur-Loire, en Bourgogne, je vis désormais dans le Cantal (où passe mon héros Ernaut et d’où viennent certains personnages secondaires).

Jusqu’à quel degré de précision historique vas-tu ?

Aussi loin que mon temps et la documentation que j’arrive à m’offrir me le permettent. J’essaie par exemple de vérifier les quartiers de lune ou le prix des denrées quotidiennes aussi bien que l’origine des proverbes et dictons. Là encore, je ne prétends pas ne jamais faire d’erreur, mais j’essaie de les éviter au mieux en m’appuyant sur des travaux de recherche de spécialistes. Je dis souvent que je ne suis absolument pas historien (je n’en ai pas les méthodes ni les objectifs), mais je suis néanmoins un expert de cette période. Des amis universitaires sont d’ailleurs souvent enthousiasmés de voir que je donne vie à une hypothèse peu connue ou que je fais référence par sous-entendu à des aspects de leur spécialité de recherche. C’est aussi une façon de rendre hommage à leur travail de bénédictin, tout en servant de passeur vers le grand public.

Est-ce que c’est difficile de caser une intrigue dans la réalité historique si tu te donnes aussi peu de liberté ?

Bien sûr que non, c’est au contraire une formidable source de jouvence. J’ai des idées qui naissent à chaque lecture de charte ou d’article historique. Il y a tellement de blancs, de non-dits, de négligés de l’histoire qu’il y a largement la place pour que l’imagination s’y déploie, nourrie de ces informations. Je ne fais que proposer des liens, des relations, des symboles, qui unissent et mettent en valeur ce que je perçois de la réalité historique. C’est incroyablement libérateur.

L’époque des croisades te passionne. Dans le roman, tu relates les relations entre les cultures de l’époque en restant assez factuel, ton narrateur ne prend pas parti. Est-ce que tu penses comme d’autres (Amin Maalouf, par exemple) que cette période a durablement influencé le monde d’aujourd’hui ?

Bien sûr. C’est valable de toute période historique, mais ce qui est particulièrement vivace avec les Croisades, c’est que cela alimente des discours extrêmement politisés, aux extrêmes. Je ne cherche pas à l’idéaliser, je suis très heureux de vivre au XXIe siècle en France, mais ce n’est pas une raison pour n’y voir que des arguments utilisables a posteriori. Les individus qui vivaient à cette époque avaient leurs propres valeurs, leur vision du monde et leur humanité. Leur logique, pour autant qu’ils puissent en avoir une (quand on pense à soi, on se dit que la cohérence n’est pas notre fort), est interne à leur culture, leur civilisation, leur histoire personnelle. Je cherche avant tout à rendre cela sensible : ils sont, fondamentalement comme nous, tout en étant autre. Loin et proches à la fois.

C’est de là d’ailleurs que vient le terme qui désigne mon univers romanesque « Hexagora ». Cela fait référence à la théorie des 6 degrés de séparation (ou 7, ou 8, cela dépend) : nous sommes une chaîne de relations, et jamais très éloignés les uns des autres. Pour les curieux, je m’en explique un peu plus dans un court texte sur mon blog.

Ton roman historique est plein de rebondissements, des crimes et des énigmes, une trame largement policière… Quelles sont les lectures qui t’ont inspiré ou donné envie d’écrire dans ce genre ?

Je l’ai déjà cité, mais il y a bien évidement Le nom de la rose, qui constitue un canon du genre. Il y a ensuite la série des enquêtes de frère Cadfael, d’Ellis Peeters, qui se déroule au début du XIIe siècle, pendant la guerre civile anglaise. C’est aussi une référence classique. Dans les auteurs encore actifs, je suis un inconditionnel de Jean-François Parot, avec les enquêtes de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet. Je suis admiratif de son talent d’écrivain et de sa capacité à lier la grande histoire, le quotidien des protagonistes et le déroulement du récit. J’ai récemment redécouvert les enquêtes du juge Ti, par Frédéric Lenormand. Là j’y apprécie l’humour féroce pour dépeindre une galerie de personnages d’une grande humanité.

J’ai essayé dans les premiers tomes de me frotter à plusieurs sous-genres : whodunit à la Agatha Christie, thriller plus contemporain dans son rythme ou polar à la française dans la lignée des Nestor Burma de Léo Malet. J’espère ainsi arriver à trouver mon style personnel, qui mélange au final un peu de tout ça, peut-être saupoudré d’Alexander Kent, qui ne fait pas dans le policier mais qui est un maître du roman d’aventure historique avec sa saga des Bolitho.

Au-delà des auteurs strictement policiers, j’ai beaucoup lu de SF et de fantasy quand j’étais jeune, avec Philip K. Dick et J.R.R. Tolkien à mon chevet. Du second j’ai gardé une tendance à vouloir brosser un univers complet, d’en faire un véritable protagoniste. Au final, mon héros, c’est Hexagora, encore plus qu’Ernaut.

Mais dis donc, ce premier roman d’un cycle, tu l’avais déjà publié ? Pourquoi as-tu voulu en faire un framabook ?

Oui, j’ai déjà été publié chez La Louve éditions, avec qui j’avais un contrat traditionnel. Les deux premiers tomes sont d’ailleurs encore disponibles chez lui dans le circuit des librairies (jusqu’à épuisement des stocks). J’ai souhaité en faire un Framabook car j’avais l’envie de publier sous licence libre. Je suis utilisateur de logiciels libres depuis pas mal d’années (sous Debian) et je m’intéresse à la culture libre, les communs, depuis très longtemps. Il m’a fallu du temps pour accepter le fait que je n’étais pas satisfait du système de l’édition traditionnelle.

Il y a tout d’abord la question de la licence, bien sûr, sur laquelle je reviendrai plus tard, mais c’est aussi que j’ai constaté que l’édition traditionnelle est génératrice de beaucoup de souffrance. J’ai eu la chance de n’y travailler qu’avec des gens que j’estime beaucoup professionnellement et personnellement. Des personnes de talent, travailleuses et compétentes. Ceci d’un bout à l’autre de la chaîne : éditeur, diffuseur, libraire… Au fil des ans, j’ai vu leur situation se dégrader, en même temps que la mienne, d’auteur, sans que personne n’arrive à expliquer pourquoi. Et puis un jour cela m’est enfin apparu : nous sommes devant une bêtise systémique. De là à se dire qu’il fallait changer de système, le pas était aisé. C’est ce que j’ai voulu faire. J’ai demandé à l’éditeur de mes romans s’il serait d’accord pour me redonner les droits sur mes textes (car, comme habituellement, il en détenait l’intégralité exclusive jusqu’à 70 ans après ma mort) et il a accepté. Je tiens à l’en remercier car ce n’est pas toujours si simple et amical. Cela a malgré tout demandé quelques mois pour se finaliser. Entretemps, j’avais contacté Framabook car j’avais envie de faire ce nouveau chemin avec des partenaires.

C’est un des aspects importants dans ce travail d’écrivain, de trouver les bons interlocuteurs avec qui avancer. Il est déjà extrêmement difficile d’accoucher d’un roman, et le faire sans assistance extérieure relève de l’audace la plus folle selon moi. Je crois vraiment qu’il est essentiel d’avoir un retour sur son travail et c’est la partie du métier d’éditeur qui ne pourra jamais disparaître, quel que soit le professionnel qui s’en chargera (c’est l’agent dans le monde anglo-saxon).

Pour revenir à la licence, j’ai longtemps réfléchi à ce rapport entre l’auteur et son œuvre, entre l’écrivain et ses lecteurs. La licence libre signifie un lâcher prise consubstantiel à l’acte d’écrire selon moi. Je fournis un écheveau de fils dont chacun fait sa trame et sa chaîne, pour en tirer sa propre étoffe. Difficile de placer une pancarte sur ce paysage mental signifiant « Ici c’est à moi ». J’ai finalement opté pour une licence intégrant le copyleft (CC BY SA précisément) car j’ai envie de voir l’écosystème se développer sans que des enclosures en naissent. Ce serait extrêmement frustrant pour moi de voir un rejeton issu de mon travail m’être interdit d’accès (ce que permettrait le BY ou CC0). De plus cela offre cette même protection à ceux qui souhaiteraient, à l’avenir, contribuer à l’univers d’Hexagora : le rapport sera toujours symétrique et inter-fécond.

Un lecteur de Yann avait compris son amour pour les manchots !

Il demeure la question de la rémunération dans notre monde pas idéal, et il est certain que les licences libres n’offrent pas de modèle économique avéré. Néanmoins, celui proposé aux écrivains de nos jours est boiteux et de plus en plus défavorable. C’est donc un saut de la Foi que je tente. Reste à voir si je volerai ou si je m’écraserai. J’ai mis en place une page d’appel au don, en complément du pourcentage que Framabook me reversera sur les ventes papier, le format électronique étant gratuit.

Et à ce propos, un des aspects importants du travail proposé par Framabook est la confection d’un ebook accessible au format epub. Je crois à ces nouveaux supports de lecture (que j’utilise volontiers), d’autant plus quand ils offrent, comme là, la possibilité de renouer avec un public jusqu’alors exclu. En s’efforçant de faire un fichier qui puisse être lu par des machines à braille ou vocalisé via le matériel adapté, Framabook permet d’accueillir en toute équité des personnes exclues par le simple support papier. Le numérique offre cette chance et peu d’éditeurs la saisissent. Après avoir vu le travail que cela représente, je comprends pourquoi d’ailleurs, ce n’est pas bénin en termes d’investissement. Cela demande des compétences pointues et beaucoup de temps pour ne laisser passer aucun détail.

Comment s’est déroulée la collaboration avec l’équipe de Framabook ? Ils ont pris leur temps hein ? Ils et elles étaient un peu pénibles non avec leurs couches de révisions multiples ? Comment tu as vécu ça ?

La collaboration s’est très bien passée, et c’est une des meilleures ambiances de travail que j’ai pu avoir, car les personnes qui ont travaillé sur mes manuscrits le faisaient sans être pressées par des impératifs externes. Uniquement par goût pour mon travail et envie de l’améliorer en vue d’en faire un bon récit, un beau livre ou un fichier epub de qualité. C’est extrêmement valorisant et motivant, cette recherche d’excellence. Elle est bien sûr présente dans l’édition traditionnelle, mais souvent amoindrie, voire carrément biffée -dans la douleur- à cause d’une course à la rentabilité imposée à tous.
Venant de la presse, je n’ai pas un rapport jaloux à mes écrits et j’essaie d’entendre ce que chacun m’en dit comme une occasion de l’améliorer, éventuellement (car il m’est arrivé de refuser des corrections). Avoir un comité de lecture bienveillant est une chance de progresser dans ce que j’appréhende comme un artisanat. Je dis souvent que ce n’est pas parce que je ne suis pas Victor Hugo que je dois m’interdire d’écrire. Cela veut dire aussi que je dois pratiquer, comme un musicien fait ses gammes ou un peintre ses esquisses, tout en échangeant avec mon public, pour nourrir mon travail. Là encore, c’est une relation de flux et de reflux.

Le long temps passé est en partie ma faute, car j’ai voulu voir si on pouvait améliorer les procédures de façon à simplifier le travail pour les prochains tomes (car oui, je ne vous l’ai pas dit mais c’est un cycle qui, je l’espère, va battre la comédie Humaine de Balzac en termes de volume). Au final, cela n’a pas débouché sur ce que j’espérais et il va falloir améliorer ça à l’avenir. Au passage, ce long délai m’a permis d’ailleurs de rejoindre l’équipe de Framabook pour que mes expérimentations servent sur d’autres projets, à terme. C’est dire comme l’accueil a été plus qu’agréable.

La suite de tes aventures d’écrivain avec Framabook ? D’autres projets ?

Énormément. Je prévois plusieurs dizaines d’enquêtes d’Ernaut, sur environ cinquante ans (jusque 1204 environ), la période que je connais le mieux. Les trois premiers tomes sont rédigés et j’espère qu’on pourra les sortir assez vite. Je viens par ailleurs d’obtenir une bourse d’écriture du Centre National du Libre pour le tome 4, dont le plan est fixé. Quelques pistes ont été tracées pour les tomes 5, 6 et 7 ainsi que des idées pour de futurs volumes, dans la décennie 1170 essentiellement. J’ai aussi environ 70 nouvelles qui attendent d’être mises en recueil, à propos de l’enfance du héros, d’histoires annexes aux romans, de personnages secondaires. Et je conserve sous le coude plusieurs récits « spin off » comme on dit qu’il me plairait bien d’écrire. Quelques destins de personnages historiques hors norme dont la consistance romanesque est considérable. J’ai même un synopsis de bande-dessinée et des envies sur d’autres médias… Donc si vous espériez un one-shot, c’est raté…

Le mot de la fin est pour toi.

En publiant sous licence libre, je fournis aussi tous mes textes au format source, le markdown, sur un dépôt avec les différentes versions de travail. Cela constitue un autre des avantages de la licence libre : mon processus de création est accessible et lisible. J’espère ainsi également promouvoir l’idée qu’il ne faut nul génie pour se lancer dans une activité artistique. Il faut surtout du travail et une bonne dose de témérité peut-être tellement l’ambition est grande. Mais ce qu’on en retire est absolument incroyable. Il en découle une liberté, un enthousiasme revivifiants.

J’aime aller à la rencontre du public pour parler de mon travail car j’ai envie de faire accepter cette idée que nous sommes tous artistes. Enfant nous le savons parfaitement, mais nous l’oublions en grandissant. Et puis lorsque le temps se met à l’orage, il me paraît essentiel de déployer ses mots, de bâtir sa parole, de construire son langage propre. Sans les mots, pas de rêve, et sans rêve, nul monde ne peut advenir de soi. Écrire, c’est résister mais aussi proposer, échanger, offrir. Personne ne devrait s’interdire cela.

Pour aller plus loin :

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Mise à jour de Framapic (indisponibilité) (https://status.framaso... https://framasphere.org/p/3376461 https://framasphere.org/p/3376461 Wed, 14 Jun 2017 10:40:02 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Mise à jour de Framapic (indisponibilité) #framasoft #statutframasoft Jeudi 15 juin, à partir de 8h30, nous couperons Framapic pour en effectuer la mise à jour et la migration vers une base de données PostgreSQL. L'interruption ne devrait pas durer plus d'une heure. Mise à jour de Framapic (indisponibilité)

#framasoft #statutframasoft

Jeudi 15 juin, à partir de 8h30, nous couperons Framapic pour en effectuer la mise à jour et la migration vers une base de données PostgreSQL. L'interruption ne devrait pas durer plus d'une heure.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Passage de lite4.framapad.org en lecture seule (https://status.fram... https://framasphere.org/p/3374234 https://framasphere.org/p/3374234 Wed, 14 Jun 2017 02:00:17 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Passage de lite4.framapad.org en lecture seule #framasoft #statutframasoft Jeudi 15 juin, à partir de 10h, nous rendrons lite3.framapad.org indisponible afin de le passer en lecture seule comme nous l'avons déjà fait avec lite.framapad.org. Nous ne pouvons nous engager sur la durée de l'indisponibilité : l'expérience des migrations de lite.framapad.org et lite2.framapad.org nous a montré que des enregistrements peuvent être invalides et nous devons les traiter manuellement… sans compter le nombre élevé de pads à transférer. Il est probable que la migration dure plusieurs jours, nous vous encourageons donc à copier dès aujourd'hui le contenu de vos pads pour pouvoir les consulter pendant la durée de la migration. Passage de lite4.framapad.org en lecture seule

#framasoft #statutframasoft

Jeudi 15 juin, à partir de 10h, nous rendrons lite3.framapad.org indisponible afin de le passer en lecture seule comme nous l'avons déjà fait avec lite.framapad.org. Nous ne pouvons nous engager sur la durée de l'indisponibilité : l'expérience des migrations de lite.framapad.org et lite2.framapad.org nous a montré que des enregistrements peuvent être invalides et nous devons les traiter manuellement… sans compter le nombre élevé de pads à transférer. Il est probable que la migration dure plusieurs jours, nous vous encourageons donc à copier dès aujourd'hui le contenu de vos pads pour pouvoir les consulter pendant la durée de la migration.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Framaboard et Framasphère indisponibles (https://status.framasoft.... https://framasphere.org/p/3372100 https://framasphere.org/p/3372100 Tue, 13 Jun 2017 11:50:08 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Framaboard et Framasphère indisponibles #framasoft #statutframasoft Le serveur de virtualisation hébergeant les machines virtuelles de Framasphère et Framaboard ne répond plus, rendant indisponibles ces services. Nous investiguons. Framaboard et Framasphère indisponibles

#framasoft #statutframasoft

Le serveur de virtualisation hébergeant les machines virtuelles de Framasphère et Framaboard ne répond plus, rendant indisponibles ces services. Nous investiguons.

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Docs.Framasoft.org : un site pour apprendre à utiliser tous nos ser... https://framasphere.org/p/3367456 https://framasphere.org/p/3367456 Mon, 12 Jun 2017 10:20:09 CDT Framasoft at Framasoft's Public Feed Docs.Framasoft.org : un site pour apprendre à utiliser tous nos services ! Mine de rien, entre les services Dégooglisons Internet et les projets Framasoft, nous maintenons près d'une cinquantaine de sites/projets ouverts au public. #framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #documentation #gafam #livre #planet #rezotic #services #traduction #video Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/12/docs-framasoft-org-un-site-pour-apprendre-a-utiliser-tous-nos-services/ Docs.Framasoft.org : un site pour apprendre à utiliser tous nos services !

Mine de rien, entre les services Dégooglisons Internet et les projets Framasoft, nous maintenons près d'une cinquantaine de sites/projets ouverts au public.

#framablog #framasoft #Libre #free #degooglisons #documentation #gafam #livre #planet #rezotic #services #traduction #video

Cet article est disponible ici: https://framablog.org/2017/06/12/docs-framasoft-org-un-site-pour-apprendre-a-utiliser-tous-nos-services/

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/
Docs.Framasoft.org : un site pour apprendre à utiliser tous nos services ! https://framablog.org/2017/06/12/docs-framasoft-org-un-site-pour-apprendre-a-utiliser-tous-nos-services/ https://framablog.org/2017/06/12/docs-framasoft-org-un-site-pour-apprendre-a-utiliser-tous-nos-services/ Mon, 12 Jun 2017 10:17:52 CDT framasoft at Framablog Mine de rien, entre les services Dégooglisons Internet et les projets Framasoft, nous maintenons près d’une cinquantaine de sites/projets ouverts au public. C’est bien joli, mais si on n’accompagne pas ces sites des savoir-faire et outils pour mieux vous aider … Lire la suite­­ Mine de rien, entre les services Dégooglisons Internet et les projets Framasoft, nous maintenons près d’une cinquantaine de sites/projets ouverts au public.

C’est bien joli, mais si on n’accompagne pas ces sites des savoir-faire et outils pour mieux vous aider à vous en emparer… c’est triste, non ?

Un peu de cathédrale dans notre joli bazar…

Depuis près de trois ans que nous Dégooglisons Internet, nous n’aurions rien pu faire sans votre aide. Nous savons que proposer des outils c’est bien, et que cela ne suffit pas. Il faut aussi les présenter, donner des tutoriels, des outils pour les comprendre et les prendre en main.

Bien entendu, ces logiciels sont déjà souvent soutenus par leurs propres communautés, qui proposent leur propre documentation dont chacun·e peut bénéficier. Il nous fallait, néanmoins, un endroit où rassembler tout cela.

Et depuis trois ans, nombre d’entre nous (contributeurs et contributrices, bénévoles et salarié·e·s…) ont apporté leur petite pierre à l’édifice. Il fallait nous voir, à chaque nouvelle contribution, nous émerveiller :

« Chouette ! Arpinux a fait une vidéo de prise en main de Framapic, pour mieux héberger ses images ! »

« Ah ! je me suis bien marré devant la présentation de Framapack que Pyves vient de nous proposer. J’espère que de plus en plus de windowsiens l’utiliseront pour télécharger des logiciels libres… »

« Attend, en plus de coder des fonctionnalités à Nexcloud pour ouvrir Framagenda, Tcit il s’est fadé d’écrire une jolie documentation pour synchroniser ses rendez-vous et ses contacts… GG ! »

« Sérieusement, le groupe Framalang s’est encore surpassé en traduisant la doc de Mattermost… Ça va bien aider à ce que les gens s’emparent de Framateam pour abandonner leurs groupes Facebook. »

« Oh, tu as vu la vidéo de SVTux pour découvrir Framapad ? En deux minutes, on voit que le libre peut faire aussi bien que GoogleDocs. »

« Pouhiou a encore trippé sur sa présentation de Framanotes. J’espère que Turtl aura autant de succès qu’Evernotes… »

« Franchement, les tutos de Cartocité pour utiliser Umap et Framacartes sont excellents… Si ça pouvait libérer les gens de Google Maps… »

(L’est-y pas belle, la vidéo Framalistes de Nicolas Geiger pour le site Colecti.cc ?)

 

Au départ, nous avons essayé de mettre les liens vers ces outils de documentation dans chaque page d’accueil de chacun de nos projets, afin que vous ayez tout sous la main dès que vous commencez à vous y intéresser… Mais souvent, une fois que vous êtes dans le service, vous n’allez plus voir la page d’accueil. On le sait, parce que nous, on fait pareil.

Alors nous avons lancé le défi à JosephK de mettre un peu de cathédrale dans ce merveilleux bazar, et de rassembler nos documentations en un seul et même endroit. N’écoutant que les clapotis de son clavier, ce dernier a décidé de collecter, d’organiser et de présenter tout cela sous la forme d’un gitbook, afin d’avoir un outil que l’on puisse modifier, amender et mettre à jour de façon collaborative (et pas trop ardue).

Demandez la doc !

Le principe est simple : vous cherchez comment utiliser un de nos services ? Pourquoi choisir tel Frama-bidule ? À quoi sert tel Framachin ? rendez-vous sur docs.framasoft.org.

Vous y serez accueillies par un choix de langue (parce qu’un jour, peut-être, on pourrait avoir des versions en anglais, breton ou espéranto).

C’est sommaire, mais éloquent.

Puis sur la page d’accueil, vous verrez une barre latérale qui vous permet de vous guider dans l’ensemble de notre documentation (elle s’adapte selon la rubrique dans laquelle vous vous trouvez). C’est dans la colonne principale, à droite, que se trouvent l’accès aux informations. Tout en haut, vous y trouverez des guides pratiques.

Les deux premiers guides disponibles à ce jour.

Ce sont des guides à destination du grand public, regorgeant d’informations aussi pratiques qu’indispensables. Pour l’instant, nous y avons inclus :

(si vous voulez nous proposer le vôtre, rendez-vous dans la prochaine partie de cet article)

Ensuite, toujours sur cette page, vous y trouverez une liste des services Framasoft.

Tous les services n’y sont pas (encore) présents… alors proposez vos contributions !

Ce sont l’ensemble des services Dégooglisons Internet sur lesquels nous avons une documentation en Français et (plus ou moins ^^) à jour à proposer.

Il vous suffit de cliquer sur le service qui vous intéresse pour découvrir les outils que nous avons pu récolter à son sujet.

Bien entendu, si vous ne trouvez pas votre service préféré et/ou que vous souhaitez proposer un élément de documentation, nous sommes preneurs (voir plus bas).

Enfin, toujours sur cette page, vous y verrez une rubrique « Culture et Logiciels Libres »

Les premiers Frama-Projets à bénéficier de leur documentation !

Ici, vous aurez des savoirs et savoir-faire sur les projets Framasoft qui ne sont pas des services Dégooglisons, qui tendent à promouvoir le logiciel libre et sa culture.

Libre à vous de cliquer et de consulter ce que bon vous semble, et de faire passer les liens à vos ami·e·s, collaborateurs et collaboratrices !

Une documentation qui n’attend que vous

Bien entendu, l’ensemble de ces documents sont libres. Par défaut, la licence utilisée pour les productions Framasoft est la CC-BY-SA, mais prenez soin de vérifier pour chaque outil de documentation, car leurs auteurs et autrices peuvent tout à fait les avoir placé sous une autre licence libre ^^ !

C’est néanmoins une des grandes forces du Libre : n’importe qui peut y participer.

Vous cherchez à soutenir le (logiciel) libre sans forcément savoir coder ? Présentez votre service ou projet favori avec une petite vidéo, une présentation animée, un texte avec captures d’images… Nous vous l’assurons, cela aidera énormément de monde à passer le pas et à adopter du libre dans ses habitudes numériques.

Pour participer, deux cas de figure :

  • Vous connaissez le git, les push et pull request ne vous font pas peur ? : rendez-vous sur la forge de notre gitbook pour proposer vos commits afin que l’on merge tout cela ensemble.
  • Vous n’avez rien compris à la phrase ci dessus ? (ne vous inquiétez pas, celui qui l’a écrite est comme vous !) Rendez-vous sur notre forum des bénévoles, partie tutoriels, pour proposer vos tutos, vidéos, et autres trucs en -os !

Enfin, une manière toute simple de participer, c’est simplement d’aller lire ces petits bouts de savoirs qui aident à mieux se dégoogliser… et de les partager avec son entourage !

]]>
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/